Sie sind hier

Wéi steet et ëm d'Verkéierssécherheet vun de Foussgänger?

Parlamentarische Fragen Mobilität und Verkehr Claude Lamberty Max Hahn

Nodeems an der Lescht ëmmer rem Foussgänger an zum Deel schro Accidenter verwéckelt waren an den däitschen Ausseministère dowéinst souguer zäitweileg eng Reeswarnung fir Lëtzebuerg erausginn hat, froen d'Deputéiert Max Hahn a Claude Lamberty den zoustännege Minister François Bausch wat d'Grënn fir des Entwécklung sinn a wat hie wëlles huet dogéint ze ënnerhuelen.

Question

Monsieur le Président,

Par la présente, nous avons l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 de notre Règlement interne, nous souhaitons poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures:

« Dans un article paru le 25 octobre 2017 sur le site internet de la radio 100,7, il est rapporté que le « Auswärtiges Amt » en Allemagne avait publié au mois de septembre une recommandation de voyage pour le Luxembourg. Dans cette recommandation le « Auswärtiges Amt » avertissait les voyageurs allemands du taux élevé d’accidents routiers au Luxembourg et mettait notamment en question la sécurité des piétons dans le trafic. Bien que la recommandation ait été retirée entre-temps, le fait reste que le nombre des accidents impliquant des piétons a augmenté dans les derniers mois.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :

  • Monsieur le Ministre a-t-il des statistiques précises sur les accidents impliquant des piétons des derniers 6 mois et les circonstances respectives ?
  • Monsieur le Ministre a-t-il des explications pour cette hausse des accidents ?
  • Monsieur le Ministre a-t-il fait une analyse des différentes causes des accidents en relation avec des piétons ?
  • Qu’est-ce que Monsieur le Ministre envisage de faire pour contrer cette tendance ?
  • Etant donné que la période de l’année la plus périlleuse pour les piétons dans le trafic arrive, quelles mesures concrètes Monsieur le Ministre envisage-t-il ? »

 Croyez, nous vous prions, Monsieur le Président, à l’assurance de notre très haute considération.

                         

                   Max HAHN                      Claude LAMBERTY

                       Député                                    Député

 

Réponse de Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures François BAUSCH à la question parlementaire n° 3395 du 26 octobre 2017 de Messieurs les Députés Claude LAMBERTY et Max HAHN

 

Par leur question parlementaire les honorables Députés s’enquièrent sur les accidents routiers impliquant des piétons, et plus particulièrement sur les statistiques et les actions en la matière.

Au premier semestre 2017, un piéton est décédé dans le cadre d’une collision, survenue sur un passage pour piétons du parking d’un supermarché à Howald. La collision en question est toujours en cours d’instruction pour en déterminer les circonstances exactes. Ci-dessous les six derniers bilans des piétons tués et blessés graves :

 

 

Tués/total

Piétons tués

Blessés graves/total

Piétons blessés graves

2011

33

6

317

53

2012

34

6

339

64

2013

45

5

316

38

2014

35

3

245

35

2015

36

7

319

52

2016

32

8

249

48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En analysant les circonstances des différentes collisions entre un véhicule et un piéton survenues, nombreuses sont celles qui se sont produites dans l’obscurité. 

Force est de constater qu’en automne et en hiver, lorsque les conditions météorologiques et la visibilité sont mauvaises, les usagers vulnérables, et notamment les piétons, sont particulièrement exposés aux risques d’accident, alors qu’ils risquent de ne pas être vus ou d'être vus trop tard par les automobilistes. Dans l'obscurité, l'automobiliste n'aperçoit un piéton vêtu de vêtements foncés qu'à une distance de 25 mètres. La pluie et le brouillard diminuent encore plus cette visibilité. Un piéton muni d'accessoires réfléchissants par contre sera perceptible à une distance de 140 mètres ce qui diminue significativement le risque de collision.

C’est pourquoi le ministère du Développement durable et des Infrastructures, ensemble avec la Sécurité Routière et la Police Grand-Ducale, a relancé dans le cadre de la Journée de la sécurité routière le dimanche 22 octobre 2017 la campagne « Gitt siichtbar ». Ainsi, pour sensibiliser et encourager le grand public, à côté de flyers qui indiquent des recommandations, des brassards réfléchissants sont distribués. Cette campagne avait déjà été lancé en 2010, 2013 et 2016.

Il résulte également des analyses effectuées qu’une majorité des collisions impliquant un piéton se produisent en agglomération et dans un tiers des cas sur un passage pour piétons. Devant cette toile de fond, un groupe de travail de la Commission de circulation de l’Etat, ensemble avec La Sécurité Routière, en concertation avec l’Association nationale des victimes de la route (AVR), le Syvicol, la Ville de Luxembourg, la Ville d’Esch/Alzette, l’Administration des Ponts & Chaussées et le Centre de Formation pour Conducteurs, a élaboré une brochure « sécurisation des passages pour piétons en agglomération », dont l’objectif est de renforcer la sécurité des piétons par l’élaboration de recommandations pour l’aménagement et la sécurisation des passages piétons en agglomération. Elle est destinée aux communes, gestionnaires du trafic et aux bureaux d’études.

La Commission de circulation de l’Etat a également élaboré un guide sur l’aménagement d’infrastructures sur la voirie hors agglomération en étroite collaboration avec la Sécurité Routière asbl, l’Association nationale des victimes de la route (AVR), l’Administration des Ponts & Chaussées, la Police grand-ducale, le Centre de Formation pour Conducteurs, le Syvicol, ainsi que les Villes de Luxembourg et d’Esch-sur-Alzette. Le guide en question a pour but de contribuer à une sécurisation maximale des endroits où se croisent les automobilistes et les piétons et cyclistes : aux passages pour piétons, passages pour cyclistes et arrêts d’autobus. Dans ce sens, le guide recueille les aspects techniques des signalisations ainsi que des aménagements de la voie publique et s’adresse aux administrations communales, aux planificateurs et aux experts qui les épaulent, ainsi qu’aux instances étatiques dans le cadre de la mise en place de nouvelles infrastructures en dehors des agglomérations.

Ensuite il convient encore de souligner que le Ministère du Développement durable et des Infrastructures soutient la réalisation de zones à trafic apaisé qui visent entre autres à lutter contre l’insécurité routière sur le plan local. Ainsi, beaucoup de communes ont opté pour la mise en place de zones 30km/h. Les zones résidentielles et les zones de rencontre apparaissent de plus en plus dans le cadre de projets d’aménagement de nouveaux quartiers, ainsi que dans le cadre de projets de réaménagement de centres d’agglomération.

A relever dans ce contexte que l’abaissement de la limitation de vitesse de 50km/h à 30km/h ou à 20km/h permet de réduire sensiblement la distance d’arrêt des véhicules en cas de freinage d’urgence.

Finalement il convient d’attirer l’attention des honorables députés au plan d’action « sécurité routière » 2014-2018, qui a fait l’objet du débat de consultation sur « Vision Zéro – Comment combattre l’insécurité routière durablement ? » lors de la séance plénière de la Chambre des députés en date du 16 juin 2015. En effet, ledit plan d’action identifie les défis auxquels se heurtent actuellement les efforts d’amélioration de la sécurité routière et définit les mesures à mettre en œuvre par les acteurs nationaux pour relever ces défis. Parmi ces mesures figurent les mesures dont question ci-dessus.


Max Hahn

Claude Lamberty