Vous êtes ici

Renouvèlement de la N10 entre Marnach et Dasburg.

Questions parlementaires Mobilité et trafic André Bauler

La N10 entre Marnach et Dasburg n’est pas dans un bon état et aurait dû être renouvelée en 2016. Cependant, rien ne s’est passé jusqu’à présent. Pour cette raison le Député André Bauler demande au Ministre de Transport des informations sur le statut actuel des plans.

Question

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 de notre Règlement interne, je souhaite poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures:

« Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures avait annoncé dans sa réponse à ma question écrite N°1483 que la route N10 entre Dasbourg et Marnach avait dû être réparée localement il y a quelques années en attendant son réaménagement définitif qui était prévu pour l’an 2016. Or, jusqu'à cette date aucun chantier n'a été commencé sur ce tronçon de la N10.

C'est pourquoi je me permets de poser les questions suivantes:

  • En raison du nombre de frontaliers qui passent tous les jours par cette route et vu son état misérable voire dangereux, Monsieur le Ministre peut-il m'annoncer quand le chantier en question débutera enfin?
  • Quelles sont les causes qui expliquent pourquoi le chantier n'a pas été commencé en 2016?
  • Quelle sera la durée de ce chantier et comment les déviations seront-elles organisées? »

Veuillez croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma très haute considération.

André BAULER
Député

Réponse de Monsieur François BAUSCH, Ministre du Développement durable et des Infrastructures, à la question parlementaire N°2787 du 21 février 2017 de Monsieur le Député André Bauler

Par sa question parlementaire, l’honorable Député voudrait avoir des informations supplémentaires concernant la route N10 entre Dasbourg et Marnach.

Après l’élaboration de plusieurs variantes qui n’avaient pas été retenues à cause de leur impact important sur l’environnement, une variante « status quo » plus modérée a été élaborée. Il s’agissait d’une variante qui suivait exactement le tracé existant avec un rétrécissement de la largeur de la chaussée actuelle de 6 mètres à 5,5 mètres. Or, cette variante a également dû être écartée suite aux conclusions d’un audit de sécurité réalisé par le Centre d’Études Techniques de l’Équipement de l’Est (CETE) de Metz (F) en décembre 2010. En effet, cet audit montrait la nécessité de prévoir, sur 7 endroits, des zones de visibilité en courbe moyennant agrandissement des rayons de courbure et élargissement des accotements jusqu’à trois mètres. Ces mesures de conformité sécuritaires ont pour conséquence un certain nombre de travaux de terrassement, à savoir le décapage de la terre végétale sur une surface de 10 500 m2, le débroussaillage de 10 000 m2 et notamment le déblaiement de quelque 40 000 m3 de terre ou de roche. Contrairement à une autorisation environnementale initiale obtenue pour le déblaiement de 7 000 m3, l’obtention d’une autorisation pour le déblaiement des 40 000 m3 s’avérait impossible et il fallait se pencher à nouveau sur la variante « status quo ».

En 2016, une étude supplémentaire de l’évaluation de la sécurité technique sur un nouveau tracé et le potentiel d’optimisation de la N10 entre Dasbourg-Pont et Marnach avait été confiée au bureau d’études Schroeder et Associés et leur partenaire allemand Durth Roos Consulting GmbH de Darmstadt. Cette étude n’est pas encore complètement terminée, mais les résultats en ce qui concerne la sécurité technique sur le nouveau tracé, qui est en principe celui de la variante « status quo », ne sont pas du tout concluants.

Actuellement mes services sont en train d’élaborer une nouvelle variante « douce » avec un redressement plus léger des virages, afin de trouver un consensus entre sécurité et impact sur l’environnement naturel.

À l’heure actuelle, il n’est donc pas possible d’avancer une date précise pour le commencement des travaux de redressement du tronçon de la route N10 entre Dasbourg-Pont et Marnach.

Enfin, une fois les travaux lancés, leur durée est estimée à 200 jours et la déviation se fera habituellement par le CR342 entre Rodershausen et Hosingen.

 


André Bauler