Vous êtes ici

Seul le texte allemand fait foi.

Notre analyse de la situation

Une économie agricole et alimentaire moderne aux perspectives d'avenir se doit de répondre aux exigences du développement durable. Les ressources à notre disposition doivent être utilisées prudemment. L'orientation de la politique agricole de l'UE pour la période 2014-2020 a été décidée. D’après cette réforme, la politique agricole commune (PAC) sera conçue de manière plus écologique et plus transparente. La place de l'agriculture dans notre société est renforcée. Il est tenu compte de la sécurité alimentaire, du changement climatique et du développement rural. Le DP s'engage pour que les réformes agricoles ultérieures rattachent les paiements directs aux travailleurs plutôt qu'aux surfaces.

Il faut maintenant élaborer la loi la plus importante pour l'agriculture luxembourgeoise, le programme de développement rural (PDR), avec ses conditions cadres pour les sept ans à venir. Le DP souligne la grande importance de l'agriculture dans la société, l'importance de la production alimentaire régionale, le maintien d'un niveau de vie élevé et soutient notamment le maintien d'emplois dans les zones rurales.

Que fera le DP dans les années à venir?

Que fera le DP dans les années à venir ? Miser sur des produits de qualité

Le DP garantira une production alimentaire de qualité par le développement durable et tourné vers l'avenir de toute l'économie agricole. Il soutiendra particulièrement les concepts innovants, orientés vers le marché, le long de la chaîne de création de valeur dans l'agriculture luxembourgeoise, les (jeunes) agriculteurs et viticulteurs, ainsi que les maraîchers et fruiticulteurs. Le DP veillera aussi à ce que des aliments d'origine luxembourgeoise soient au menu dans les cantines scolaires, les maisons relais, les maisons de retraite et les hôpitaux du pays.

Garantir une signalisation adaptée aux besoins des consommateurs

Le DP garantira une signalisation adaptée aux besoins des consommateurs, clairement compréhensible et vérifiable, pour les produits de qualité. Il doit être mis fin à la jungle des labels et à la désorientation des consommateurs. Les étiquettes mensongères et les scandales alimentaires, provoqués par des agissements criminels, sont inacceptables et doivent être sanctionnés systématiquement.

Soutenir les jeunes agriculteurs

Le DP exploitera au maximum la législation existante pour soutenir les jeunes agriculteurs, afin de motiver davantage les jeunes à créer ou reprendre une exploitation agricole.

Il s'engagera également pour un avantage fiscal lors de la vente de terrains à de jeunes agriculteurs.

Adapter le droit du bail à ferme

Le droit du bail à ferme doit être adapté aux circonstances actuelles des agriculteurs actifs.

Elaborer une loi de protection du sol

Le DP protègera les surfaces cultivables en tant que bases de la production non multipliables pour la sécurité alimentaire et plaide pour l'identification d'une « zone de protection et de production agricole » sur les plans sectoriels. Les riches terres   agricoles  ne doivent pas devenir des objets de spéculation et le gaspillage excessif des terres doit être endigué.

Maintenir les emplois dans l'agriculture

Le DP est convaincu que les entreprises agricoles familiales resteront indispensables pour garantir une agriculture socialement et écologiquement acceptable et veillera à ce que les emplois dans l'agriculture soient maintenus. Bien que la part de l'agriculture dans l'ensemble des emplois au Luxembourg soit la plus basse en Europe avec 1,2 %, l'agriculture paysanne reste aujourd'hui la source de revenu la plus importante et le plus grand secteur économique au monde.

Renforcer la compétitivité

Le DP investira dans les entrepreneurs dans le domaine de l'agriculture, ainsi que dans les entreprises viticoles et horticoles pour renforcer leur compétitivité et préparer les entreprises aux nouveaux défis de l'orientation de la politique agricole commune pour les années à venir. Le besoin en financement nécessaire et la plus grande exigence en matière de gestion des liquidités et des risques doivent être amorties par l'État et soutenus de manière ciblée par des subventions intéressantes.

Stratégie Agriculture 2020

Le DP créera un groupe de travail pour l'agriculture, une cellule de réflexion et de création. Son objectif sera de discuter des potentiels d'innovation et d'amélioration ensemble avec tous les acteurs de l'agriculture (chambre d'agriculture, organisations professionnelles, coopératives, lycée technique agricole, etc.). Ce processus bénéficiera d'un accompagnement scientifique par des universités et des instituts de recherche. Tous les ans, une conférence agricole sera organisée, lors de laquelle divers sujets, tels que le marketing, les analyses de marché, la production rentable et écologique et des méthodes de production innovantes, peuvent être traités.

Proposer une formation

Le DP estime que la condition la plus importante pour une exploitation rentable et responsable des entreprises agricoles est la compétence technique de leurs directeurs. Les futurs agriculteurs acquièrent les connaissances nécessaires par un conseil individuel et une formation moderne au lycée technique agricole, un centre de formation et de compétence. Après une formation de base solide, une bonne formation continue est indispensable pour les agriculteurs.

Promouvoir l'agriculture bio

Le DP pense que l'agriculture bio est un modèle pour l'agriculture moderne, tournée vers l'avenir. Le DP soutiendra davantage l'agriculture bio et contribuera à améliorer et moderniser les méthodes de production de l'agriculture traditionnelle, afin de garantir un élevage respectant les besoins des animaux de ferme et de réduire l'utilisation d'engrais chimiques et de pesticides, notamment pour éviter la disparition des abeilles. En plus du plan d'action bio, le DP élaborera des plans d'action sur l'utilisation appropriée de produits phytosanitaires sur les champs et l'utilisation d'antibiotiques dans l'élevage des animaux, en collaboration avec les acteurs de l'agriculture.

L'utilisation diversifiée des sols avec de grandes alternances des cultures a des effets positifs sur le climat, les ressources et la diversité des espèces. Un paysage cultivé diversifié et richement structuré ainsi que des méthodes de culture plus extensives font augmenter la biodiversité.

Soutenir la recherche

Pour stimuler une production alimentaire saine, le DP soutiendra particulièrement la culture de céréales plus résistantes aux maladies et encouragera la plantation de légumineuses à grains. Il s'agit de plantes capables d'utiliser l'azote de l'air à l'aide de rhizobiums et qui peuvent servir de matière fourragère régionale pour les animaux. Elles permettent de couvrir la majeure partie du besoin en protéines dans l'UE, de réduire les effets négatifs des importations (p. ex. soja) d'outre-mer et d'éviter la destruction de la forêt tropicale.

Rester critique face au génie génétique « vert »

Le DP reste très critique face au génie génétique vert et plaide pour le principe de la prévention dans le domaine de la sécurité alimentaire. Le DP s'engage pour la diversité des semences et des espèces non modifiées génétiquement et pour les droits des agriculteurs à utiliser les semences de leur propre récolte. Les agriculteurs et les consommateurs doivent pouvoir décider librement de ce qu'ils mettent sur leurs champs, dans leurs bacs et dans leurs assiettes.

Favoriser la protection de l'eau coopérative

L'eau est un bien fondamental indispensable pour les personnes, les animaux et les plantes et doit donc être protégée. Le DP est convaincu qu'une protection préventive de l'eau et des sources en coopération avec l'agriculture est possible. La transposition de la directive-cadre sur l'eau, en liaison avec la réforme de la politique agricole commune, peut fixer des critères pour une protection durable des cours d'eaux et contribuer à éviter les déversements de tous types dans la nappe phréatique, notamment ceux de l'azote.

Priorité à la production d'aliments

Le DP estime que l'agriculture doit continuer à accorder la priorité à la production d'aliments. Les centrales de biogaz, qui travaillent presqu'exclusivement à base de maïs, n'ont pas de caractère durable (monocultures, prix des terrains, etc.). Le DP défend donc une « prime de lisier » pour les centrales de biogaz régionales qui sont alimentées en premier lieu de lisier et de fumier. Cette prime contribuerait à la diversification des entreprises agricoles et à l'autonomie en matière d'énergie. En parallèle, la culture de fruits et de légumes peut aussi être promue par l'émission de chaleur excessive.

Faire avancer la dé-bureaucratisation

La simplification des demandes et du travail administratif des agriculteurs doit être mise en œuvre. Les charges bureaucratiques et financières provoquées par les contrôles étatiques des entreprises agricoles doivent être réduites.

Le DP veut mettre en place des guichets uniques régionaux, un interlocuteur qui soutient activement les agriculteurs et les conseille en matière de demandes et de procédures d'autorisation, telles que les permis de construire en zone verte.

Promouvoir la viticulture

Le DP soutiendra l'assurance de la qualité dans la viticulture, de la recherche sur le changement climatique et les méthodes de production ménageant l'environnement jusqu'à la commercialisation professionnelle.

La viticulture fait face à de grands défis. En plus des conséquences du changement climatique, depuis des années, le secteur doit non seulement lutter contre la consommation en baisse, mais aussi tenter de tenir compte des plus grandes exigences des consommateurs en matière de qualité. Le DP veut contribuer par sa politique à assurer l'avenir de la viticulture luxembourgeoise.

Ces dernières années, de grands efforts dans la viticulture ont été entrepris en matière d'amélioration de la qualité. Le DP continuera à soutenir et accompagner ces efforts. En outre, le DP estime que l'extension de la gamme de produits initiée doit être poursuivie, dont notamment, en plus de divers produits de niche complémentaires, la viticulture écologique, que le DP voit d'un œil positif.

L'avenir de la viticulture sera assuré par le DP en poursuivant les essais avec d'autres types de vignes et de cultures afin de tenir compte du changement climatique. Afin qu'à l'avenir, les jeunes viticulteurs continuent à investir dans la viticulture, le DP s'engagera pour que le cadre juridique pour soutenir les jeunes viticulteurs soit exploité au maximum.

Pour améliorer la commercialisation du vin luxembourgeois, le DP élaborera un concept de marketing qui englobe toute la région viticole et relie entre eux le vin, la gastronomie et la culture.

La traduction a été effectuée par Christine Schmit (www.christineschmit.com)