Vous êtes ici

Seul le texte allemand fait foi.

Notre analyse de la situation

Le gouvernement a placé le programme de la coalition sous le signe du développement durable. Un ministère du Développement durable a même été créé. Toutefois, cela n'a guère été visible dans la politique concrète, de sorte que les citoyens pensent que la politique du développement durable est en premier lieu une politique symbolique. Beaucoup de communes ont déjà prouvé au niveau local et régional que la politique du développement durable peut être plus que cela. Nous sommes convaincus que cette approche politique peut obtenir de meilleurs résultats et représente une véritable chance pour le site économique luxembourgeois.

Nous pensons aussi qu'une politique économique active et une protection systématique de la nature et de l'environnement ne sont pas contradictoires. Une protection efficace de la nature et de l'environnement est synonyme de biodiversité et de qualité de vie. Elle est synonyme d'habitats protégés et donc aussi d'une politique d'aménagement du territoire qui évite la déstructuration du paysage. Elle est synonyme de gestion économique ménageant les ressources et de développement durable. À nos yeux, la protection de la nature fait partie de la politique du site économique. D'une part, elle peut être exploitée par le tourisme et, d'autre part, il faut aussi veiller à ce que la politique de protection de la nature ne devienne pas une politique de blocage total. Tel est le cas quand les personnes et les entreprises sont abandonnées dans la jungle des procédures et des décisions de l'État. La politique en matière d'environnement et de protection de la nature doit aussi assurer la sécurité de planification pour les citoyens et les entreprises.

Nous considérons qu'une politique active du développement durable est une chance pour notre site économique, malgré ou justement à cause de la crise économique et financière, qui a montré que les gens ne veulent pas la croissance comme un but en soi. Nous voulons apporter un nouvel élan dans la politique du développement durable, pour utiliser cette chance pour notre pays.

Que fera le DP dans les années à venir?

Pour une nouvelle culture du développement durable

Le DP réclame et promeut un discours politique et social qui place le développement équilibré et durable au centre. Il faut enfin mettre en place un système de surveillance pour évaluer les objectifs, les mesures, les moyens et les méthodes, pour examiner les évolutions, définir des objectifs pour l'avenir et effectuer des corrections.

Appliquer la politique du développement durable dans tous les ministères et toutes les administrations

Nous voulons que la politique du développement durable ne soit pas considérée comme un ressort politique additionnel, mais comme une partie intégrante des différents ressorts. Le développement durable peut et doit être appliqué dans tous les domaines. Il commence par l'achat d'un simple meuble de bureau et va jusqu'aux décisions politiques et législatives. Nous nous fixons l'objectif d'établir et de réaliser une stratégie du développement durable compréhensible et mesurable, sur le fondement de critères clairs, dans la sphère publique.

Une loi fonctionnelle concernant la protection de la nature

Nous discuterons une nouvelle fois de la nouvelle loi concernant la protection de la nature, actuellement en cours d'élaboration, avec toutes les personnes concernées. Le DP partage l'idée fondamentale d'une procédure d'évaluation des biotopes avec éco-points, éco-comptes, mesures de compensation et réserves foncières.Il faut maintenant trouver des règles fonctionnelles et durables pour l'environnement, l'économie et l'agriculture dans le cadre de ces critères, d'autant plus que le besoin de compensation estimé par an s'élève à 200 à 300 hectares de terrain. Dans le but de gagner en cohérence dans l'aménagement du territoire et de donner de la sécurité aux planifications, nous voulons examiner si et dans quelle mesure il serait possible de réaliser à l'avenir les mesures de compensation exclusivement sur des terrains publics.

De manière générale, nous voulons définir dans la législation les critères des objectifs de protection de manière si précise que l'exécution de projets peut être mieux planifiée et mise en œuvre. De plus, nous voulons resserrer certains délais prévus et harmoniser les procédures.

Nouvelle édition du plan pour la protection de la nature

Ensemble avec tous les partenaires, nous voulons élaborer un nouveau plan pour la protection de la nature, le mettre en œuvre de manière systématique et libérer les moyens nécessaires à cette fin, à condition qu'il s'agisse d'investissements scientifiquement fondés et nécessaires. De plus, nous voulons accorder une plus grande importance au respect et à la surveillance des normes en matière de protection de la nature.

Mettre en place des stations biologiques

Dans toutes les régions du pays, nous créerons ou maintiendrons des stations biologiques. Ensemble avec toutes les personnes concernées (habitants, agriculteurs, communes, syndicats de communes, l'administration de la nature et des forêts, organisations de protection de la nature...), nous élaborerons et mettrons en œuvre des mesures concrètes pour protéger la nature. Il est important pour nous que les moyens financiers soient utilisés efficacement sur le fondement d'objectifs et de critères clairs.

Utiliser la forêt de manière durable

Le DP s'engage pour une exploitation durable de nos forêts, selon les critères du FSC et du PEFC. Les propriétaires des forêts doivent pouvoir recourir à un conseil approprié. En raison des conséquences du changement climatique, le DP mise sur la réduction des risques par leur répartition et promouvra particulièrement les forêts mixtes composées d'arbres à feuilles et de conifères. Le DP veut recourir le moins possible aux règlements, étant donné que les lois sur la protection de la nature peuvent être renouvelées tous les 10 ans, alors que ce n'est pas le cas des forêts qui sont plantées aujourd'hui. Étant donné que la forêt a des utilisations multiples (forêt de production, bois comme source d'énergie, biotope, stockage de CO2, production d'oxygène, réservoir d'eau, espace de villégiature, etc.), le DP privilégiera une symbiose d'économie et d'écologie conformément au principe de la protection par l'utilisation.

Commodo-Incommodo

Dans le cadre d'un développement industriel durable, l'utilisation de nouvelles technologies industrielles doit être autorisée au cas par cas. Il serait toutefois judicieux de publier des conditions d'utilisation générales, indépendantes du site. Cette procédure doit garantir le développement technique et social, ainsi que l'ordre public, de manière harmonieuse. Toutefois, les démarches administratives pour ces procédures peuvent et doivent être simplifiées davantage. Cette simplification n'empêche en aucun cas que toutes les demandes soient rendues accessibles au public au moment opportun.

Nécessité urgente de la loi de protection du sol

Nous nous engagerons dans l'UE pour un droit de protection du sol européen commun. S'il n'y a pas d'accord à courte échéance, le DP élaborera une loi de protection du sol pour le Luxembourg.

Rester critique face au génie génétique « vert »

Le DP reste très critique face au génie génétique vert et plaide pour le principe de la prévention dans le domaine de la sécurité alimentaire. Le DP s'engage pour la diversité des semences et des espèces non modifiées génétiquement et pour les droits des agriculteurs à utiliser les semences de leur propre récolte. Les agriculteurs et les consommateurs doivent pouvoir décider librement de ce qu'ils mettent sur leurs champs, dans leurs bacs et dans leurs assiettes. Les conséquences des aliments génétiquement modifiés sur la santé ne sont pas claires. Le génie génétique agricole comporte des risques écologiques impossibles à évaluer.

Investissements dans une qualité d'eau élevée

La gestion de l'eau est confrontée à de grands défis. Le principal enjeu est maintenant de transposer systématique la directive-cadre sur l'eau. Nous ne voulons plus revenir sur les décisions de la Chambre des députés et des communes concernant le prix de l'eau. Pour que nous puissions atteindre les objectifs fixés en matière de qualité de l'eau, le DP veut effectuer les investissements nécessaires pour améliorer la qualité de l'eau potable, de l'élimination des eaux usées et des cours d'eau et mettra à disposition les moyens personnels et matériels nécessaires. En outre, le DP transférera l'administration de la gestion de l'eau du ministère de l'Intérieur au ministère compétent en matière d'environnement.

Prendre au sérieux la protection des animaux

Ces dernières années, de nombreux lois et règlements ont été adoptés en faveur d'une protection active des animaux sur les plans national et européen. La protection des animaux a été intégrée à juste titre dans la Constitution. Le DP continuera à s'engager pour le respect de ces textes et mettra en œuvre une protection active des animaux, notamment sur le plan des contrôles (élevage respectant les besoins de l'espèce, transport des animaux...).En outre, nous voulons faire le bilan des conséquences de la nouvelle loi relative à la chasse et procéder, le cas échéant, aux améliorations nécessaires.

Lutte contre les pollutions sonores

En matière de pollution sonore par le trafic aérien, routier ou ferroviaire, le DP mettra en œuvre et accompagnera lesplans d'action de lutte contre le bruit, afin d'améliorer la qualité de vie de tous les citoyens concernés. De plus, le DP mettra enfin les données concernant le bruit autour de l'aéroport à disposition du grand public.

La gestion des déchets est une politique des ressources

Nous nous engageons pour une gestion des déchets moderne, qui privilégie la réduction des déchets et considère aussi les déchets comme une ressource. La nouvelle loi relative à la gestion des déchets de 2012 prévoit une collecte plus séparée et le recyclage de différents types de déchets (papier, verre, métal, matières plastiques) par les ménages. Malheureusement, les déchets organiques (tonte de gazon, taille de haies, ordures ménagères) ne sont actuellement collectés et utilisés que dans quelques rares parties du pays. Ces déchets pourraient être utilisés pour la fabrication de produits de gaz dans des usines de méthanisation et alimentés dans le réseau du gaz naturel. Lors d'une élimination normale de ces déchets avec les ordures du ménage, des ressources sont gaspillées à deux reprises : d'une part, de l'espace de dépôt inutile est utilisé et, d'autre part, une source d'énergie renouvelable est gaspillée. Nous nous engagerons pour que les taux de recyclage prévus par la loi soient enfin atteints et intégrerons dans la mesure du possible les entreprises dans une politique de réduction des déchets, d'élimination des déchets et de recyclage. Par ailleurs, nous lutterons contre le phénomène de l'abandon de déchets aux bords des routes par des moyens de prévention et de sanction.

La traduction a été effectuée par Christine Schmit (www.christineschmit.com)