Vous êtes ici

Seul le texte allemand fait foi.

Notre analyse de la situation

La mobilité est un facteur très important pour l'économie et le site économique. Dans une économie ouverte, l'échange de produits et de services par la route, les chemins de fer, l'air et l'eau a une importance cruciale. Le Luxembourg a un besoin de rattrapage énorme en ce qui concerne les transports publics, mais aussi le réseau routier, qu'il doit réduire au cours des années à venir par des investissements ciblés. La croissance démographique et la hausse du nombre de personnes engagées dans la vie active qui l'accompagne, ainsi que la concentration des emplois à Luxembourg-Ville, constituent des défis énormes. Il n'est donc pas étonnant que les 1,7 millions de trajets motorisés par jour provoquent des problèmes de la circulation, des bouchons, des retards et des inconvénients pour les salariés. 

La mobilité concerne aussi la qualité de vie, l'aménagement du territoire, la pollution de l'air, la pollution sonore et la protection de l'environnement. Ainsi, plus de la moitié des émissions nationales de CO2 sont provoquées par la circulation individuelle, c'est-à-dire les voitures. Des milliers de personnes sont exposées à une pollution sonore élevée, par exemple aux alentours du réseau des autoroutes. Le Luxembourg a besoin d'un concept de mobilité intégratif, qui relie tous ces objectifs. Le DP soutient expressément le concept de mobilité « MoDu » et est prêt à mettre en œuvre ce concept pendant les années à venir sur base  d'un plan des priorités précis.

L'enjeu est de promouvoir davantage les transports publics, d'améliorer l'intermodalité et la complémentarité des différents moyens de transport et de donner la priorité aux moyens de transport durables et écologiques. Nous regrettons cependant que, ces dernières années, les usagers de la route n'aient guère constaté d'améliorations significatives, voire même des détériorations considérables. Dans ce domaine aussi, le Luxembourg semble être trop lent  pour faire des investissements rapides.

Que fera le DP dans les années à venir?

Accélérer les processus

Les grands projets comportent une longue phase de planification et d'investissement. Toutefois, chaque citoyen a le sentiment que ces procédures sont trop lentes au Luxembourg. Ces dernières années, certaines démarches et procédures ont certes été condensées et mieux structurées. Le résultat n'est toutefois que maigre, comparé aux défis qui deviennent plus grands tous les jours. Nous voulons donc examiner quelles causes, outre la complexité des projets d'investissement, provoquent ces retards énormes que nous constatons avant tout dans l'extension du réseau routier, et libérer les moyens nécessaires pour accélérer ces processus à l'avenir.

Mise en œuvre systématique du concept « MoDu »

Ces prochaines années, nous mettrons systématiquement en œuvre le concept de mobilité intégratif « MoDu » dans le cadre de l'instrument d'aménagement du territoire du plan sectoriel transports. En fonction des moyens financiers à disposition, nous donnerons la priorité aux investissements dans les transports publics et l'expansion du réseau ferroviaire, ainsi qu'à l'intermodalité et la complémentarité des différents moyens de transport, étant donné que les plus grands besoins résident dans ces domaines. Dans ce contexte, le DP salue la construction d'un tram avec les gares périphériques nécessaires, qui est indispensable en raison du besoin élevé en matière de mobilité et de capacités, notamment pour les personnes qui travaillent à Luxembourg-Ville. Nous voulons que le tram devienne rapidement une réalité.

Améliorer la mobilité transfrontalière et les raccordements internationaux

Nous continuerons de nous engager pour l'amélioration des raccordements internationaux du Luxembourg. Il faut, d'une part, améliorer les flux du trafic des régions frontalières en direction du Luxembourg et vice-versa et, d'autre part, assurer le raccordement du Luxembourg aux grands axes de communication internationaux. Nous visons une coopération intensive avec les responsables dans la Grande Région, pour que les flux du trafic transfrontalier et les concepts de mobilité puissent être coordonnés avec l'aménagement du territoire(création de structures P+R dans les régions frontalières, capacités des bus et des trains aux heures de pointe, approvisionnement en matériel cohérent...).

En ce qui concerne les axes de communication internationaux, le projet EuroCapRail nous tient très à cœur, bien que nos partenaires n'accordent actuellement pas la priorité à ce projet. Nous ferons tout notre possible pour convaincre nos partenaires belges de libérer des moyens pour l'amélioration du trajet Luxembourg-Namur-Bruxelles et assurer ainsi un meilleur raccordement du Luxembourg aux réseaux Eurostar et Thalys. En outre, nous voulons examiner avec nos partenaires allemands la possibilité d'une connexion ferroviaire entre Luxembourg et Sarrebruck pour rattacher le Luxembourg au réseau ICE. Nous nous engageons également pour une amélioration du réseau ferroviaire en direction de la Lorraine.

Promouvoir la mobilité douce

Nous continuerons d'investir dans des chemins de randonnée et des sentiers cyclistes sûrs, ensemble avec les communes. Nous voulons que ces types de mobilité soient pris en compte dès le stade de la planification des grands projets d'infrastructure et soient prioritaires par rapport aux autres types de transport.

Examiner le réseau des bus, étendre les lignes des navettes et le bus sur demande dans les régions rurales

Les personnes ont souvent des besoins très individuels en matière de mobilité, qui ne peuvent être satisfaits par des bus de ligne aux horaires fixes dans les régions rurales. Nous voulons examiner la création de lignes dites tangentielles (lignes de navettes) et étendre le modèle des bus sur demande dans les régions rurales, étant donné qu'il assure aussi bien la flexibilité que le confort des utilisateurs. En outre, nous voulons examiner l'efficacité du réseau des bus existant et l'adapter dans le cadre du concept « MoDu ».

Développer davantage la centrale de mobilité

Nous voulons étendre davantage le concept de la centrale de mobilité et emprunter de nouvelles voies avant tout dans le domaine de l'information. Nous voulons qu'à l'avenir, la centrale de mobilité fournisse à tous les utilisateurs des informations actuelles, aussi bien sur la circulation individuelle que sur les transports publics (mobilité alternative, informations sur les bouchons et les routes alternatives, covoiturage, mobilité électrique, chantiers...) par le biais de moyens de communication modernes (SMS, applications, messages du Traffic Message Channel pour les systèmes de navigation...). De plus, nous voulons utiliser davantage la centrale de mobilité comme une force centrale et directrice pour les besoins sur mesure en matière de mobilité. Nous pensons que la centrale de mobilité pourrait notamment proposer aux entreprises intéressées, situées dans des zones d'activité ou non, des concepts de mobilité individuels pour leurs salariés et qu'elle devrait mieux promouvoir les atouts de l'offre existante.

Investir dans la qualité du réseau routier et la qualité de vie des habitants

Nous voulons améliorer la qualité du réseau routier et réaliser les périphériques prévus au fur et à mesure sur le fondement de priorités claires et conformément au plan sectoriel transports. Ensemble avec nos partenaires dans la Grande Région, nous voulons examiner dans quelle mesure nous pouvons accorder la priorité aux transports publics et aux covoiturages sur le réseau autoroutier existant entre les régions frontalières et le Luxembourg.

Favoriser les moyens de transport peu polluants

Dans le cadre de la réforme fiscale écologique et l'examen des systèmes de transfert que nous prévoyons, nous voulons promouvoir l'utilisation des moyens de transport peu polluants, comme la mobilité électrique et le covoiturage. Nous voulons développer un concept global dans le cadre duquel nous réexaminerons et réorienterons les instruments de promotion fiscaux directs et indirects, tels que la taxe automobile, l'imposition des voitures de service, les droits d'accise sur les huiles minérales, la promotion des véhicules électriques, etc.

Améliorer davantage la sécurité routière

Au cours des dernières années, des décisions importantes pour l'amélioration de la sécurité routière ont été prises sur initiative ou avec le soutien du DP. Nous nous engageons pour les mesures pédagogiques et préventives, comme le permis à points, le stage de conduite ou l'obligation des pneus d'hiver. Nous voulons poursuivre systématiquement la lutte pour prévenir les décès et les accidents de la route. L'alcool et les drogues au volant ainsi que la vitesse excessive doivent être combattus par des programmes de sensibilisation et de prévention, ainsi que par descontrôles de police aux points névralgiques. Nous pensons qu'il est judicieux d'installer des radars aux endroits dangereux de notre réseau routier, en tenant compte des dispositions applicables en matière de protection de données, à condition qu'ils ne soient pas conçus comme de véritables pièges mais comme un élément de sécurité additionnel sur nos routes. Par ailleurs, nous voulons désamorcer les dangers existants au fur et à mesure sur le fondement d'audits de sécurité, que ce soit par des réductions de la vitesse, d'améliorations des constructions ou une meilleure signalisation.

Permettre les contrôles techniques par les garages automobiles

Le DP fera en sorte que les garages automobiles qualifiés puissent effectuer les contrôles techniques des véhicules, à côté de la SNCT (Société Nationale de Contrôle Technique). Le règlement actuel des garages automobiles doit être évalué le plus vite possible, pour garantir que les offres nécessaires soient créées dans ce domaine.

Accompagner activement le processus de restructuration des compagnies aériennes nationales

Nous accompagnerons activement le processus de restructuration des deux compagnies aériennes nationales sur base d'une stratégie commerciale claire et tournée vers l'avenir. Nous estimons que cette stratégie doit être développée en tenant compte de l'interdiction des vols de nuit actuelle. De plus, le DP veut élaborer une stratégie globale à long terme, pour utiliser les participations dans les entreprises privées de manière plus professionnelle, plus active et plus ciblée. Notre objectif est de renforcer la confiance des investisseurs étrangers. Nous pourrions p. ex. envisager de regrouper toutes les parts étatiques dans une société, qui sera gérée par des experts dans le cadre d'un mandat public clair avec des critères clairs et vérifiables.

Extension de écluses de la Moselle

La Moselle est une grande voie navigable, importante en Europe, que nous devons rendre séduisante pour le trafic maritime. Ensemble avec les pays riverains de la Moselle, nous continuons de nous engager pour l'extension des écluses de la Moselle, pour faire face aux besoins de capacité croissants.

La traduction a été effectuée par Christine Schmit (www.christineschmit.com)