Vous êtes ici

Seul le texte allemand fait foi.

Notre analyse de la situation

Peu avant les élections législatives de 2009, tous les partis représentés au Parlement ont signé publiquement le « pacte culturel », élaboré par un groupe d’artistes et de personnes intéressées par la culture (Forum, Culture(s)). Une partie des exigences contenues dans ce document ont réellement été intégrées au programme du gouvernement. Il faut toutefois constater aujourd’hui avec étonnement que, malgré les annonces grandiloquentes du gouvernement, de nombreuses exigences n’ont pas été mises en œuvre ou ont tout simplement disparu dans un tiroir.

Le DP plaide pour un partenariat fiable et dynamique avec les artistes, qui respecte les engagements pris. Nous mettrons en œuvre le pacte culturel signé il y a plus de quatre ans avec les artistes.

Les années européennes de la culture 1995 et 2007 ont eu un impact durable sur la culture et les activités culturelles au Luxembourg.  Dans une société tournée vers le savoir telle que nous la connaissons aujourd’hui, le développement d’un tel secteur est important non seulement pour la vie culturelle et sociale, mais aussi pour le site économique du Luxembourg.

Pour le DP, la politique des arts et de la culture est synonyme de diversité culturelle, d’appréciation des artistes, de leur travail et de leurs œuvres, ainsi que d’amélioration de la situation matérielle des artistes.

Aux yeux du DP, la politique culturelle est de la politique sociétale et nous concerne donc tous.

Que fera le DP dans les années à venir?

Mettre en œuvre le pacte culturel

Le DP mettra en œuvre le pacte culturel avec tous les artistes intéressés, notamment les exigences dont il n’a pas été tenu compte jusqu’à maintenant.

Promouvoir le libre accès à la culture

La culture est un bien auquel toutes les personnes – indépendamment de leur position sociale – ont droit. Cela signifie non seulement la consommation plutôt passive de la culture, mais aussi l’enlèvement  d’obstacles à l’accès à la création active de culture à tous les niveaux imaginables.

Agir en matière d'éducation

L’accès à la culture et à la créativité active doit être facilité aux enfants et aux adolescents. Le DP créera une nouvelle dynamique dans le cadre de l’école publique, qui renforcera la conscience pour la culture, en promouvant les talents créatifs de nos enfants et stimulant leur imagination et leur créativité. Le DP s’engagera aussi, avant tout au niveau local, pour une plus grande coopération entre les écoles et les instituts culturels (tels que bibliothèques, théâtres, musées, etc.).

La culture en tant que facteur d’intégration

Le DP est convaincu que la culture est un facteur d’intégration extraordinaire. Il promouvra le dialogue entre les personnes de tous les contextes culturels et sociaux. En outre, le DP veillera à ce qu’aucun citoyen ne doive renoncer à l’accès aux évènements ou développements culturels pour des raisons financières ou sociales.

Investir dans les artistes

Ces dernières années, les différents gouvernements ont investi des sommes considérables dans les infrastructures culturelles. Il est grand temps maintenant que les artistes et les personnes qui travaillent dans le domaine de la culture puissent en bénéficier et les remplir de vie culturelle. Les artistes doivent être soutenus de la meilleure façon qui soit.

Partenariat proactif entre l'État, les arts et la culture

Le DP a conscience de la responsabilité de l'État en matière de promotion et de financement des arts et de la culture. C’est pourquoi nous misons sur un partenariat proactif, ouvert, qui entretient le dialogue régulier entre les personnes travaillant dans le domaine de la culture et les décideurs publics.

Le ministère de la Culture comme lieu de rencontre et de créativité

Le DP ne considère pas le ministère de la culture comme une administration fermée et veut le rendre plus ouvert, notamment pour le rendre plus accessible aux artistes. Il examinera si la Villa Louvigny avec son environnement ouvert pourrait servir d’infrastructure pour le ministère de la culture et les instituts culturels publics comme un lieu de créativité.  La salle de concerts existante pourrait notamment être revalorisée.

Remédier au manque de salles de répétition et d'ateliers

Les salles de répétition pour les musiciens, les danseurs, les comédiens ou les ateliers pour les peintres et les sculpteurs manquent toujours au Luxembourg. Le DP s’engagera pour donner accès aux artistes à des locaux appropriés, pour qu’ils puissent exercer leur activité artistique en toute liberté. Nous examinerons en dialogue avec les communes quelles infrastructures publiques existantes peuvent être transformées en ateliers créatifs.

Promotion de nos artistes au Luxembourg et à l'étranger

La promotion nationale et internationale de nos artistes nous tient très à cœur. Nous sommes fiers de nos artistes et nous considérons qu'il est de notre devoir de présenter et de promouvoir les œuvres de nos ambassadeurs culturels qui valent la peine d'être vues et entendues à l'étranger, pour qu'ils puissent y obtenir la reconnaissance qu'ils méritent. Sur le plan international, il s'agit sans aucun doute d'un bénéfice extraordinaire pour l'image de notre pays, qui s'est limitée jusqu'à maintenant presqu'exclusivement aux aspects économiques.

Pour atteindre cet objectif, le ministère doit investir davantage, ensemble avec les acteurs principaux du secteur culturel (galeristes, producteurs de films et de musique, artistes, écrivains) dans des voyages de promotion à l'étranger et dans des stands communs aux foires et expositions internationales. En parallèle, il serait extrêmement important de mettre à disposition des bourses pour des formations continues, afin de promouvoir l'échange international.

Le DP pense que les missions économiques entreprises à l'étranger pourraient inclure une composante culturelle.

Des conditions cadres sociales appropriées pour les artistes

Seule une minorité d'artistes peuvent vivre de leur travail créatif. Il est d'autant plus important d'améliorer considérablement leur sécurité sociale, que ce soit pour l'assurance maladie, la retraite ou l'indemnité de chômage.

Le DP examine l'idée de baisser la TVA sur les présentations artistiques, dans le but de favoriser une rémunération juste des prestations créatives et la professionnalisation des artistes.

Le DP salue l’initiative législative concernant le statut de l'artiste professionnel indépendant et de l'intermittent du spectacle et veillera à ce qu'elle soit mise en œuvre comme prévu.

Le DP plaide aussi pour la promotion des incitations fiscales, pour stimuler les investissements privés dans la culture par le mécénat et la philanthropie.

Introduire des règles claires pour la promotion de la culture

L'État doit avoir conscience de sa responsabilité dans la politique des subventions culturelles. Aux yeux du DP, la répartition des aides étatiques pour les projets culturels doit reposer sur des règles claires, transparentes, compréhensibles et identiques pour tous les demandeurs.

En outre, nous scruterons le rôle des différents ministères dans la répartition des fonds de promotion culturelle et adopterons de nouvelles règles si nécessaire. Une structure interministérielle doit prévenir les financements doubles.

Pour que les artistes puissent se consacrer pleinement à l'exercice de leur art, leur développement créatif ne doit pas être entravé par des démarches administratives. Le DP veut réduire les procédures administratives, entre autres pour les demandes de subvention.

Protéger l'héritage culturel national matériel et immatériel

Les possibilités de documentation actuelles sont extraordinaires. La numérisation nous permet d'archiver, restaurer et mettre à disposition du public en tout confort toutes les publications imprimées, électroniques ou audiovisuelles luxembourgeoises. Dans ce contexte, le DP veut adapter le plus rapidement possible les infrastructures des archives nationales et de la bibliothèque nationale aux normes modernes. Les archives doivent déménager dans de nouveaux locaux modernes pour assumer pleinement leur rôle d'acteur national dans ce domaine. La construction du nouveau bâtiment de la bibliothèque nationale doit avancer rapidement.

Il faut également introduire des normes de conservation et d'archivage appropriées pour les documents publics, ensemble avec les archives nationales, la bibliothèque nationale, le Centre national de littérature, le Centre national de l'audiovisuel et les administrations publiques de l'État et des communes.

L'Université du Luxembourg sera impliquée dans le dépouillement de notre héritage culturel national.

Par ailleurs, le DP protégera des bâtiments historiques importants et soutiendra systématiquement une architecture moderne et durable. Nous nous engageons pour une culture de la construction qui est caractérisée aussi bien par la diversité historique que par la diversité formelle. Dans les grands projets de construction publics, nous mettrons les architectes nationaux en concurrence avec les architectes internationaux. Ensemble avec l'Ordre des architectes et des ingénieurs-conseils (OAI), nous élaborerons et réaliserons un programme pour promouvoir la culture de la construction au Luxembourg.

Le DP s'engage pour une réforme rapide de la loi sur la conservation et la protection des sites et monuments dans le respect des conventions et chartes internationales existantes. Dans le cadre de cette réforme, le mode de travail de la Commission des sites et monuments nationaux (COSIMO) doit être redéfini.

La traduction a été effectuée par Christine Schmit (www.christineschmit.com)