Sie sind hier

Déboisement de la plus grande forêt humide de l'Amérique du Nord?

Parlamentarische Fragen Nachhaltigkeit, Natur- und Umweltschutz Gusty Graas

L’annonce du président américain de vouloir ouvrir certaines parties du « Tongass national forest » en Alaska à l’exploitation économique, a provoqué de vives critiques de la part d’organisations environnementales du monde entier. C'est pourquoi le député du DP Gusty Graas a adressé une question parlementaire au Gouvernement afin de connaître sa position dans la matière.

Question

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 de notre Règlement interne, je souhaite poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes et à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable :

« L’annonce du président américain de vouloir ouvrir certaines parties du « Tongass national forest » en Alaska à l’exploitation économique, notamment de l’industrie du bois, a provoqué de vives critiques de la part d’organisations environnementales du monde entier.

En effet, la plus grande forêt tempérée humide intacte de l’Amérique du Nord joue un rôle important de tampon dans la lutte contre l’échauffement climatique en séquestrant des millions, voire des milliards de tonnes de CO2. A noter que son rôle devient d’autant plus important que des feux forestiers en Amérique du Sud ont détruit jusqu’à présent déjà environ un million d’hectares du « poumon vert » de notre planète.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes et à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable :

  • Quelle est la position du Gouvernement face à cette annonce du président américain ?
  • Le Gouvernement entend-il soulever la thématique dans ses échanges avec le gouvernement américain ?
  • Le Gouvernement estime-t-il opportun que l’Union européenne prenne position face aux plans du gouvernement américain ?
  • Le Gouvernement est-il d’avis que la protection de l’environnement et du climat devrait être une condition essentielle pour tout renforcement des relations économiques avec les États-Unis ? »

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très haute considération.

 

Gusty GRAAS

Député

 

Réponse commune de Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes et de Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable à la question parlementaire n° 1178 du 9 septembre 2019 déposée par l’honorable Député Monsieur Gusty Graas

 

  1. Comme le signalent de nombreuses autorités scientifiques reconnues, notamment le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, les exploitations économiques à large échelle de ressources forestières ont un impact négatif qui dépasse les frontières nationales. A cet égard, le gouvernement continue de suivre de près les développements concernant la forêt nationale de Tongass en Alaska.
  2. Les questions environnementales sont régulièrement soulevées dans les échanges avec les représentants du gouvernement américain. Le Luxembourg s’engage de manière proactive lors de discussions sur la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique dans les enceintes multilatérales. A Washington D.C., le Luxembourg soutient également diverses initiatives de l’UE dans ce domaine.
  3. A ce stade, selon nos informations, l’Union européenne n’a pas prévu de prendre position de façon spécifique au sujet de la forêt nationale du Tongass. Le Luxembourg soutient les échanges réguliers dans le cadre du dialogue de haut niveau sur l’environnement, le climat et l’énergie entre l’UE et les Etats-Unis. Ce dialogue vise notamment un renforcement de la coopération sur des sujets environnementaux et climatiques au sein des enceintes multilatérales.
  4. Dans le cadre des discussions qui se sont tenues cette année au sein du Conseil de l’Union européenne sur l’ouverture de négociations commerciales avec les Etats-Unis, le Luxembourg a rappelé que seul un accord limité aux tarifs industriels était envisageable à ce stade avec les Etats-Unis en raison du rejet de l'Accord de Paris par l’actuelle administration américaine. Le Luxembourg a appelé à l’inclusion, dans le mandat de négociation, de langage rappelant que l'Union cherche à négocier des accords de libre-échange approfondis et complets uniquement avec les parties à l'Accord de Paris. Par ailleurs, il a demandé que l’ancien mandat pour un accord approfondi et complet avec les États-Unis (TTIP) soit désormais obsolète et dénué de toute pertinence. Ces deux demandes ont été acceptées, ce qui implique que le lancement de toute future négociation en vue d’un accord global avec les Etats-Unis (ou un autre Etat tiers) sera conditionnée au respect effectif de l’Accord de Paris.

 


Gusty Graas