Vous êtes ici

Krank Béischten am Schluechthaus?

Questions parlementaires Animaux Lex Delles Gusty Graas

Wéi vill Béischten aus Fräilandhaltung si krank wann se am Schluechthaus ukommen? Sinn dës Déieren, déi d’ganz Joer zu Lëtzebuerg dobausse gehale ginn gesond genuch fir an d’Fleeschproduktioun? Dës Froe stellen d’DP-Deputéiert Lex Delles a Gusty Graas dem Landwirtschaftsminister Fernand Etgen.

Question

Monsieur le Président,

Par la présente, nous avons l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 de notre Règlement interne, nous souhaitons poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs:

« Après la mort de plusieurs bovins de l’espèce « Galloways » dans un pâturage à Mensdorf, la question se pose si l’élevage extensif pendant toute l’année pour la production de la viande « Naturschutz Fleesch » est adapté au Luxembourg.

De plus, il nous a été rapporté qu’un grand nombre de bêtes amenées dans les abattoirs ne répondent pas aux exigences sanitaires relatives à la production de viande, car atteintes de maladies diverses (infestation vermine ou parasitaire).

Voilà pourquoi nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs :

  • Quel est le nombre de bêtes transportées dans nos abattoirs et pour lesquelles il s’avère que leur état de santé ne remplit pas les critères sanitaires nécessaires à la production de viande?
  • Pour quelles raisons ces bêtes ne sont plus comestibles ?
  • Est-ce que ces bêtes sont issues de l’élevage extensif ?
  • Dans l’affirmative, Monsieur le Ministre ne juge-t-il pas que l’élevage de ces animaux à des fins comestibles constitue un gaspillage de ressources naturelles ? »

Croyez, nous vous prions, Monsieur le Président, à l’assurance de notre très haute considération.

Lex DELLES et Gusty GRAAS
Députés

Réponse de Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs à la question parlementaire no 2731 des honorables Députés Messieurs Lex Delles et Gusty Graas

1. Quel est le nombre de bêtes transportées dans nos abattoirs et pour lesquelles il s’avère que leur état de santé ne remplit pas les critères sanitaires nécessaires à la production de viande ?

En principe ne peuvent être transportés à l’abattoir que des animaux en bonne santé et aptes au transport. Ces conditions sont contrôlées à l’abattoir par les vétérinaires-inspecteurs de l’Administration des Services Vétérinaires lors de l’examen ante mortem. Les animaux montrant des pathologies, conduisant à la saisie totale de l’animal, ne sont acceptés à l’abattage et sont euthanasiés et les cadavres sont éliminés au Clos d’équarrissage.

Néanmoins, certaines lésions ne sont décelées qu’à l’examen post mortem des carcasses et suivant le cas peuvent conduire à une saisie totale (entièreté de la carcasse) ou partielle (certaines parties de la carcasse ou organes tels que foie, cœur, poumon).

Les chiffres des bovins adultes abattus dans les abattoirs au Luxembourg sont les suivants (en parenthèses le nombre des saisies totales) :

2015 : +/- 24.000 bovins abattus (28 saisies)

2016 : +/- 25.000 bovins abattus (27 saisies)

Ces chiffres montrent que le pourcentage de carcasses saisies dans les abattoirs au Luxembourg est faible (+/- 0,1%).

2) Pour quelles raisons ces bêtes ne sont plus comestibles ?

Les motifs de saisie totale sont de nature diverse et les plus fréquents sont les suivants : maladie généralisée, infestation parasitaire, présence de résidus de médicaments ou autres substances en quantité supérieure aux niveaux fixés par la législation, cachexie.

3) Est-ce que ces bêtes sont issues de l’élevage extensif ?

Les services du Ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des consommateurs ne disposent pas d’informations concernant les résultats d’inspection des bovins dont la viande est commercialisée sous le label « Naturschutz Fleesch » puisque tous ces animaux sont abattus dans un abattoir en Belgique.

4) Dans l’affirmative, Monsieur le Ministre ne juge-t-il pas que l’élevage de ces animaux à des fins comestibles constitue un gaspillage de ressources naturelles ?

Sans objet.

 


Lex Delles

Gusty Graas