Vous êtes ici

Vill Leit sinn mat engem "Text neck" geplot

Questions parlementaires Santé et soins Gusty Graas

Leit déi ze laang op den Handy kucken an sech dobäi nach schlecht halen, kréien op Dauer oft Réckwéi a Tortekollien. Experte schwätzen dofir och mëttlerweil vum sougenannten "Text neck". Den DP-Deputéierte Gusty Graas freet an dem Kontext bei der zoustänneger Ministesch no, wéi et zu Lëtzebuerg ausgesäit an, ob och scho Kanner a Jugendlech domat geplot sinn.

Question

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 de notre Règlement interne, je souhaite poser la question parlementaire suivante à Madame la Ministre de la Santé :

« Selon les observations de l’organisation Eurospine, la plus grande représentation en Europe de spécialistes de la colonne vertébrale, la cervicalgie de textos compte désormais parmi les maladies professionnelles les plus répandues. En effet, ce « text neck syndrome » se manifeste par des douleurs au niveau du cou et des épaules, induites par la posture statique prolongée du cou lorsqu’on utilise les smartphones ou appareils similaires. Il est également avancé que ce syndrome peut, à moyen terme, être source de céphalées, de troubles de la statique vertébrale et de troubles musculo-squelettiques (TMS).

Dans ce contexte, je voudrais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

Madame la Ministre peut-elle m’informer s’il existe une statistique récente au Luxembourg sur le nombre de personnes concernées par le syndrome du «text neck» ? Dans l’affirmative, quelle est l’évolution ?

  • Est-ce que les mêmes symptômes sont aussi observés chez les enfants et jeunes adultes ?
  • Est-ce que, le cas échéant, un programme spécifique de prévention ou de sensibilisation est prévu ?»

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très haute considération.

Gusty GRAAS
Député

Réponse de Madame la Ministre de la Santé à la question parlementaire n° 2679 du 17 janvier 2017 de Monsieur le Député Gusty Graas concernant "Text neck syndrome".

Depuis quelques années, les médecins sont confrontés à des patients de plus en plus jeunes qui se plaignent de douleurs et/ou de contractures musculaires de la colonne cervicale associées à des céphalées ou des tendinites des membres supérieurs. Ces symptômes seraient dus à l’addiction des jeunes aux textos et/ou à la vision de films sur leurs GSM et portables.

Le fait de conserver la tête baissée trop longtemps en avant entraîne une hypersollicitation des muscles du cou, un blocage du cou et une hyperextension de la colonne cervicale qui seraient à l’origine des douleurs. Plus l’inclinaison de la tête est grande, plus la tension supportée par les muscles du cou est importante.

Il n’a pas été clairement démontré si cette position de risque entraîne des séquelles plus ou moins permanentes à long terme chez les plus jeunes.

Sachant que les jeunes passent beaucoup de temps à regarder leur téléphone, il est important que la prévention passe par la sensibilisation.

Ce « syndrome » s’ajoute aux problèmes musculo-squelettiques généraux rencontrés fréquemment dans le cadre de la surveillance médico-scolaire chez les enfants et adolescents en âge scolaire; il est important d’adresser les problèmes musculo-squelettiques d’une façon préventive par un ensemble de mesures globales.

  • Sensibiliser les enfants, les adolescents et leurs parents à l’importance d’une activité physique régulière et d’une réduction des activités sédentaires (entre autre temps ordinateurs, tv,  smartphone et autres)
  • Veiller en collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enfance et de la jeunesse, à ce que dans le cadre de la formation formelle et informelle des espaces et conditions suffisantes pour l’activité physique des enfants et des jeunes soient garantis (tel que retenu dans le plan d’action Activité physique – extension du plan d’action Gesond Iessen Mei Bewegen : http://www.sport.public.lu/fr/sport-loisir/pan-extension/)
  • Veiller à des équipements et mobiliers (sièges, etc) plus ergonomiques , notamment à l’école
  • Sensibiliser les équipes médico-scolaires aux problèmes orthopédiques des jeunes pour qu’elles les orientent précocement vers une prise en charge thérapeutique si besoin

La prévention est primordiale et d’autant plus importante que cela concerne des jeunes qui risquent par après d’être confrontés sur leur futur lieu de travail à d’autres risques entraînant des troubles musculosquelettiques (TMS) de la colonne cervicale et/ou des membres supérieurs.

Les médecins du travail au Luxembourg sont de plus en plus attentifs aux risques d’addictions engendrés par les nouvelles technologies, dont les smartphones. Les risques du domaine psychologique et les TMS sont les deux risques les plus souvent relevés. Les médecins du travail donnent des explications de nature préventive lors de l’examen initial et/ou périodique aux salariés qui doivent utiliser un écran de visualisation pendant leur travail. Un RGD spécifique existe en la matière (RGD du 4 novembre 1994 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives au travail sur les équipements à écran de visualisation).

 


Gusty Graas