Vous êtes ici

Wat geschitt mat den ale Schiferbréch zu Uewermaarteleng a Rombech?

Questions parlementaires Culture Tourisme André Bauler

Viru ronn 15 Joer huet de Staat déi al Schiferbréch zu Uewermaarteleng a Rombech kaf, fir se op engem kulturellen an historesche Plang ze revaloriséieren, a fir den Tourismus méi attraktiv ze maachen. Den DP-Deputéierten André Bauler huet beim zoustännege Minister nogefrot, wéi d'Konzept fir d'Revitaliséierung vum Site ausgesäit a wéi eng Aarbechten an deem Kader gemaach musse ginn.

Question

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 de notre Règlement interne, je souhaite poser la question parlementaire suivante à Monsieur le Ministre de la Culture:

« L’Etat avait acheté les sites ardoisiers de Haut-Martelange et de Rombach il y a une quinzaine d’années afin d’organiser et de financer leur revitalisation sur les plans culturel, historique et touristique tout en rendant les sites en question plus attractifs pour les visiteurs les plus divers.

Dans ce contexte, je souhaiterais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Culture :

1. Monsieur le Ministre peut-il fournir des informations concernant le concept muséal et touristique des anciennes ardoisières qui a été développé et peaufiné avec les différents partenaires ?

2. Quels seront les travaux à réaliser sur les sites de Martelange/Rombach au cours des années à venir ?

3. Dans quelle mesure la commune de Rambrouch intervient-elle, pour sa part, dans la mise en œuvre de ce projet ? »

Veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma très haute considération.

 

André BAULER

Député

 

Réponse de Madame la Ministre de la Culture à la question parlementaire n°67 du 30 novembre 2018 de l’Honorable Député André Bauler au sujet des sites ardoisiers de Haut-Martelange et de Rombach

La première phase de revalorisation du site des anciennes ardoises de Haut-Martelange, décidée par le gouvernement précédent, vise à mettre en place les infrastructures nécessaires en vue de l’exploitation journalière du Musée de l’Ardoise. Une partie des anciennes chambres souterraines d’exploitation sera ainsi rendue accessible au public. Un bâtiment d’accueil provisoire avec sanitaire, vestiaire et shop sera mis en place. Le « Bopebistro » servira de taverne et les activités telles que balades en train, démonstration de l'ardoisier et de la forge fonctionneront de manière régulière. Des workshops et des animations diverses seront organisés, tout comme l'accueil des classes de l’enseignement fondamental et secondaire. En effet, sur le site des anciennes ardoisières de Haut-Martelange, la nature, la technique, la géologie, l'architecture et l'artisanat permettent d'étudier une multitude d'applications concrètes en relation avec les contenus des sciences naturelles enseignées dans nos écoles.

De surcroît, il s’agira d’entretenir et de créer des réseaux très divers afin d'attirer et de fidéliser un public très large. Aussi, les contacts déjà noués par « Les Amis de l’Ardoise a.s.b.l. » seront renforcés avec d’autres établissements analogues, notamment dans les Ardennes belges et françaises et dans l’Eifel allemande. Faire développer le tourisme dans la région et au-delà, devenir un centre d’interprétation transnational sur le thème de l’ardoise, telles sont quelques-unes des ambitions du Musée de l’Ardoise.

D’après les statuts de la nouvelle association « Musée de l’Ardoise a.s.b.l. », cette dernière est appelée à assurer la gestion, l’exploitation et le développement culturel et touristique du site des anciennes ardoisières de Haut-Martelange selon un concept global, intégrant les points d’intérêts culturels, historiques et naturels, notamment :

  • en développant une exposition permanente assurant la transmission du savoir historique par rapport à l'industrie ardoisière de la région des Ardennes et de documenter le patrimoine culturel et industriel de la Grande Région de Martelange ;
  • en organisant des événements secondaires à l’encontre de différents publics cibles p.ex. témoignages, conférences, débats, lectures, expositions temporaires, etc, toujours en relation avec la thématique abordée par le site des ardoisières ;
  • en présentant le site dans son ensemble et son autarcie, grâce à différents circuits thématiques et de soutenir la conservation du petit patrimoine ardoisier régional ;
  • en favorisant l'échange de professionnels et de savoir-faire sur le patrimoine industriel, sa conservation, sa réaffectation et sa mise en valeur
  • en assurant une médiation au public afin de contribuer activement à la connaissance et à la compréhension du patrimoine ardoisier, industriel et naturel présent sur le site des ardoisières.

Pour ce qui est des travaux à réaliser, une première étape sera celle de la mise en place et de la mise en service d’un équipement de pompage, cela pour faire évacuer les eaux de manière permanente à une profondeur de 42 mètres. Puis, après des travaux d’aménagement relatifs à la stabilisation et la mise en sécurité des lieux, divers aménagements seront réalisés tels l’installation de plateforme de vue en porte-à-faux, passerelles et escaliers métalliques.

Un système d’éclairage pour la circulation des visiteurs, un éclairage de secours et une vidéo-surveillance seront installés.

Des bornes d’information, des expositions d’outillages et des reconstitutions de « scènes de travail » vont compléter l’aménagement didactique et touristique du souterrain.

Afin de permettre une exploitation souterraine touristique adéquate, un espace d’accueil avec billetterie, sanitaires, remise casques, local technique et local pour les guides sera mis en place en surface.

Le Service des Sites et Monuments nationaux figurera comme maître d’ouvrage des travaux précités.

La commune de Rambrouch intervient en tant que membre-fondateur de l’association « Musée de l’Ardoise a.s.b.l. ».


André Bauler