Vous êtes ici

E neie Wand fir Europa

Communiqué de presse Politique étrangère et de sécurité Marc Ruppert Charles Goerens

Um Europadag, den 9.Mee, huet d’DP an engem Communiqué un d’Fundament vun Europa erënnert: d’Solidaritéit, ee Grondwäert deen ëmmer nees a Fro gestallt gëtt. Alleng kann keen europäescht Memberland déi rezent Erausfuerderunge meeschteren. Grad elo as et dofir wichteg zesummen ze halen a populisteschen an nationalistesche Stëmmen entgéint ze wierken.

De 9. Mee 1950 hat de franséischen Ausseminister Robert Schuman a senger faméiser Declaratioun de Grondstee vun der europäesche Communautéit fir Kuel a Stol, an domadder dee vun der europäescher Integratioun, geluecht. All Joers, an elo fir déi 66. Kéier, gëtt dofir de 9. Mee den Europadag gefeiert.

Iwert all déi lescht Joeren war d’EU en Garant vum Fridden, mee de Moment muss se sech ganz villen Erausfuerderunge stellen : Eurokris, Flüchtlingsproblematik, Ongewëssheeten z.B. wann et ëm den Brexit oder den TTIP geet…. An dem Kontext ass d’DP-Politikerin Anne Brasseur virun der Assemblée vum Conseil de l’Europe op een Deel vun den Ursaachen agaangen: „D’Solidaritéit zwëschent de Länner ass néideg fir dat déi Europäesch Institutioune kënne funktionéieren. Dës Solidaritéit geet am Moment verluer a verschidde Länner verschléissen sech op Grond vun engem neien Nationalismus a Populismus. Verschidde Memberlänner verstousse géint d’Prinzipie vum Rechtsstat a vun der Demokratie.“

Och den Europadeputéierte Charel Goerens huet drop bestan un d’Grondwäerter vun Europa z’erënneren an z’ënnersträichen dat déi eenzel Memberlänner sech den Erausfuerderungen net alleng kéinte stellen. Et wier un der Zäit de nationalen Egoismus op der Säit ze loosse an sech d’Laaschten ënnerteneen opzedeelen, fir de kommende Generatiounen e friddlecht Europa kënnen ze garantéieren, esou de Plaidoyer vum Europadeputéierten.

Et ass un der jonker Generatioun fir sech fir Europa staark ze maachen“ huet den DP-Generalsekretär Marc Ruppert betount. „Déi Jonk sinn mat mat all de konkreten Avantagen, déi Europa erméiglecht, grouss ginn an huelen se als selbstverständlech hinn. Wann d’Wäerter vun Europa géint extremistesch Tendenzen verteidegt solle ginn, sinn et haaptsächlëch sie déi dës Aufgab mussen iwerhuelen.“

Marc Ruppert

 

Plus d'informations

Communiqué de presse:

« L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble: elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait », prononça le ministre des affaires étrangères français le 9 mai 1950 lors de sa fameuse déclaration et proposa la création d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier.

Aujourd’hui, soixante-six ans plus tard nous célébrons la journée de l’Europe. Nous commémorons la paix et l’unité garanties par l’intégration européenne et pourtant les festivités se retrouvent entachées par de nombreuses crises. Le drame migratoire, la crise de l’Euro, les incertitudes liées au Brexit et au TTIP…les connotations négatives ont pris le dessus. « La solidarité entre pays est la clé de voûte de nos institutions européennes. Or, cette solidarité s’effrite à vue d’œil, faisant place à un repli sur soi, fondé sur un élan de nationalisme, d’électoralisme et de populisme. Dans certains pays, même au sein de l’Union européenne, l’Etat de droit est miné, ce qui constitue une atteinte à nos principes démocratiques » a récemment rappelé la députée Anne Brasseur au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Face à la remise en question des valeurs des pères fondateurs de l’Europe, le Parti Démocratique souhaite profiter de la date d’aujourd’hui pour rappeler que les défis actuels ne peuvent pas être surmontés par les Etats nationaux individuellement. « Mettons fin aux indifférences, aux égoïsmes nationaux et essayons de façonner notre avenir en partageant les charges du présent pour permettre aux générations futures de vivre dans un espace de paix, de liberté et de justice », tel est le playdoyer du député européen Charles Goerens. 

Une Union bâtie autour du principe de la solidarité implique à la fois des droits et des devoirs de la part de tous ses membres.

Le secrétaire général du DP Marc Ruppert soulève la question de la responsabilité d’insuffler un nouvel élan à l’UE: « Il est de la responsabilité des citoyens, et ce de tous âges, de se mobiliser pour les acquis de l’UE ! Tout nous semble évident : la paix, la stabilité, la libre circulation, la monnaie unique…nous avons oublié qu’il faut se battre, que rien n’est acquis pour l’éternité. Ma génération, qui a grandi avec tous les avantages concrets de l’intégration européenne, a le devoir de défendre les valeurs européennes contre les tendances extrémistes qui connaissent un succès préoccupant.»

Charles Goerens