Integratioun a Zesummeliewen

Integration et vivre ensemble

La crise migratoire était un grand défi pour la politique européenne et luxembourgeoise. Au cours de l’année 2015, les demandes de protection internationale ont plus que doublé au Luxembourg : de quelque 1000 avant 2015, les demandes sont passées à presque 2500 l’année suivante. Notre pays a dû assurer l’accueil et l’intégration de ces personnes. Le gouvernement dirigé par le DP a assumé sa responsabilité pendant cette période de crise. En collaboration étroite avec les communes, le ministère de la Famille et de l’Intégration a assuré une politique d’accueil et d’intégration cohérente. L’augmentation substantielle du personnel de l’Office luxembourgeois de l’accueil et l’intégration (OLAI) a permis d’assurer un accueil digne et un encadrement compétent des nombreux nouveaux demandeurs d’asile. Afin de promouvoir l’intégration des réfugiés, le ministère de la Famille, en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, a imposé le « parcours d’intégration accompagné » (PIA), qui aux réfugiés des cours de langue et des cours d’éducation civique. Le nouveau « Lëtzebuerger Integratiounsa Sozialkohäsiounszenter » (LISKO) sert également d’interface avec les offices sociaux et les associations et soutient l’intégration dans les communes.

Le DP continuera à s’engager pour une cohabitation respectueuse et tolérante et promouvra la participation sociale de tous les citoyens. Nous continuerons à lutter contre les injustices dans la société et contre toute forme de discrimination.

Accueil digne des demandeurs d’asile

Le DP continuera à s’engager pour un accueil digne des personnes et à préparer le pays à une potentielle nouvelle crise migratoire en planifiant, en collaboration étroite avec les communes, de nouvelles structures, par exemple pour les mineurs non accompagnés. En outre, nous évaluerons les processus actuels, notamment le traitement des mineurs non accompagnés, à l’examen, afin d’être mieux préparés aux futures vagues de réfugiés.

Mise en commun des compétences pour les réfugiés

Le DP veut réunir toutes les compétences – de la procédure d’asile au logement jusqu’à l’assistance aux réfugiés – au sein du ministère de l’Immigration. Le ressort de l’intégration des concitoyens étrangers, qu’ils soient réfugiés ou non, doit rester une compétence du ministère de l’Intégration. Cette répartition des tâches doit apporter une plus grande efficacité. À l’avenir, l’encadrement d’un réfugie doit être assuré, dans la mesure du possible, par le même assistant tout au long de la procédure. Le DP élargira également le parcours d’intégration accompagné (PIA), afin de promouvoir davantage l’intégration dans la société et au monde du travail.

Garantir des procédures d’asile rapides mais justes

Par le passé, le Luxembourg a été confronté à de nombreusesreprises à des vagues de demandes d’asile. Ces variations fortes ne diminueront pas à l’avenir. Pour pouvoir garantir des procédures rapides, mais tout de même justes, l’administration doit pouvoir gérer son personnel de manière flexible, afin de pouvoir recourir rapidement à du personnel additionnel. Afin de ne pas faire naître de faux espoirs, les demandeurs d’asile qui ne remplissent pas les critères d’admission doivent quitter le pays le plus rapidement possible après la fin des procédures.

Intégration des concitoyens étrangers

À la suite d’un grand débat de consultation pendant la législature en cours, le gouvernement dirigé par le DP a présenté un nouveau plan d’action national pour l’intégration. Le DP mettra en œuvre ce plan d’action étape par étape au cours des prochaines années. Le DP stimulera la participation politique des étrangers par des campagnes de sensibilisation préalables aux élections communales et européennes. Nous promouvrons également la participation des concitoyens non-luxembourgeois à l’élaboration de mesures politiques en matière d’intégration, notamment par le biais des commissions consultatives des communes et du Conseil national pour étrangers. De plus, les mesures d’intégration locales des communes seront promues et soutenues par le biais de l’instrument des plans d’intégration communaux. Finalement, le DP mettra particulièrement l’accent sur l’intégration scolaire et linguistique. Pour le DP, l’apprentissage des langues du pays, et notamment du luxembourgeois, est un aspect central d’une intégration réussie.

 

Le contrat d’accueil et d’intégration (CAI) est également un instrument important pour le DP. Il permet aux nouveaux arrivés d’apprendre à connaître le Luxembourg et de s’intégrer. Les cours de langue et d’éducation civique ainsi que les journées d’orientation sont proposés par l’OLAI. Le DP souhaite élargir les contrats et les proposer systématiquement au niveau régional. La collaboration régionale des petites communes doit être encouragée pour que le CAI puisse être proposé de manière décentralisée.

Deelen:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp