Natur- an Ëmweltschutz

Protection de la nature et de l’environnement

Protection de la nature et de l’environnement : la durabilité comme fil rouge

Pour le DP, la protection efficace de la nature et de l’environnement est indispensable pour la biodiversité et la qualité de vie des habitants de notre pays. Le DP pense qu’une politique économique active n’est pas incompatible avec la protection systématique de la nature et de l’environnement. Au contraire, la nature ne connaît pas le gaspillage, mais se caractérise par de nombreux circuits fermés et stables. Une économie durable, fondée sur ces connaissances, assure également une prospérité durable et une meilleure qualité de vie. L’économie et l’écologie ne sont pas des opposés, mais créent des synergies. Les mesures bénéfiques pour l’environnement ont généralement un effet régional et créent donc des emplois à proximité du domicile.

Pour ce motif, le gouvernement dirigé par le DP a initié le « processus Rifkin », qui élabore pour la première fois un concept pour le développement durable à long terme de notre pays. En outre, pendant la législature actuelle, une nouvelle loi sur la protection de la nature a été votée, avec des règles claires pour réduire le travail administratif et la création de pools compensatoires pour rendre les mesures compensatoires plus simples et plus efficaces à l’avenir. Un nouveau plan d’action pour la conservation de la nature a également été voté.

Le DP vise une utilisation prudente de nos ressources, pour garantir la survie durable de notre planète et offrir la meilleure qualité de vie à nos citoyens. Le parti s’engage pour des habitats protégés et pour une politique d’aménagement du territoire qui empêche l’étalement urbain. Il prendra en outre des mesures ciblées pour mettre fin à la perte de biodiversité, par exemple en réduisant davantage l’utilisation de pesticides. Le DP veille cependant à ce que la politique de protection de la nature ne devienne pas une politique de blocage, qui rend les projets de construction inutilement chers et longs. Il s’engage également pour des procédures claires, compréhensibles, rapides et équitables, qui procurent une sécurité de planification aux citoyens et aux entreprises.

Préservation et élargissement des surfaces vertes au sein des localités

Pour minimiser la consommation des terres, il est judicieux de densifier les constructions dans les zones habitées. Le DP considère toutefois qu’il est important d’éviter l’imperméabilité excessive du sol. Le DP encouragera les communes à planifier et maintenir des espaces verts. Il cherchera également à préserver la biodiversité dans les espaces publics.

Évaluation de l’efficacité des pools compensatoires (Flächenpools)

La loi sur la protection de la nature votée au cours de la législature actuelle prévoit la création de pools compensatoires destinés à compenser la destruction de biotopes. Elle aidera à simplifier la procédure et rendra la compensation plus efficace. Le DP évaluera l’efficacité de ces pools compensatoires, aussi bien en termes d’impact qu’en termes de bureaucratie pour les acteurs concernés. Afin de freiner l’utilisation des terres pour des mesures compensatoires, le DP permettra également la compensation pour la transformation des forêts, les projets de renaturation et les mesures de compensation intégrées à la production (zones d’abri pour les alouettes, bandes de fleurs sur les terres cultivées, double écart entre les rangs de semis pour l’ensemencement des céréales d’hiver) sur des terres non publiques.

Élargissement des stations biologiques

Le DP continuera d’élargir le réseau national de stations biologiques et développera les stations existantes, dans le but de couvrir le pays entier. Il est prévu d’élaborer et de mettre en œuvre des mesures concrètes pour protéger la nature en collaboration avec les acteurs concernés (habitants, agriculteurs, communes, syndicats de communes, administration de la nature et des forêts, organisations de protection de la nature).

Utilisation durable des surfaces agricoles

La loi concernant le remembrement des biens ruraux doit être adaptée à la réalité. Le DP introduira donc une nouvelle loi pour moderniser le remembrement foncier en coordination avec les acteurs concernés.

 

L’objectif de la nouvelle loi est d’améliorer la productivité de l’agriculture, de la sylviculture et de la viticulture. L’accent sera mis sur l’utilisation durable des sols.

Garantir l’utilisation responsable de nos ressources

Les ressources naturelles renouvelables et non renouvelables sont la base de notre vie. Pour améliorer la protection de la nature, de l’eau et des sols, une série de projets de loi a été soumise au vote au cours de la législature actuelle. Le DP considère qu’une utilisation prudente et responsable de nosressources est une question d’équité entre les générations et un aspect central du développement durable de notre pays. Il utilisera le développement numérique pour promouvoir les méthodes de production qui ménagent les ressources. Le DP défend aussi l’approche du cycle de vie, qui s’étend de l’extraction des matières premières à leur réutilisation, en passant par le recyclage.

Éviter les déchets

Pour éviter les déchets inutiles, le DP mise sur une hiérarchie claire en matière de déchets : évitement des déchets, réutilisation, recyclage, autre utilisation et, en dernier recours, élimination aussi écologique que possible. Pour éviter les déchets, il faut avant tout sensibiliser les pollueurs.

 

Le DP améliorera systématiquement les conditions-cadres pour une économie circulaire innovante. Le gouvernement dirigé par le DP a déjà planifié plusieurs projets selon le principe de l’économie circulaire, comme le projet de logement « Wunne mat der Wooltz » ou le « Luxembourg Automotive Campus » à Bissen. Le DP veillera à ce que l’État assume un rôle de modèle dans ce domaine.

Promotion de la gestion durable des déchets

La gestion durable des déchets par des techniques modernes et efficaces de traitement des déchets permet de protéger les ressources et le climat. Le DP mise systématiquement sur le développement de la gestion des déchets aux niveaux européen et international et promouvra les concepts de gestion durable des déchets, qui permettent d’extraire des matières premières ou de l’énergie des déchets.

Garantir la protection de l’eau coopérative

L’eau est l’aliment le plus important qui soit. La protection de l’eau potable a la plus haute priorité pour le DP. Cette protection doit être assurée en collaboration étroite avec l’agriculture. Pour cette raison, les agriculteurs qui cultivent des champs dans les zones de protection de l’eau doivent être activement accompagnés, conseillés et, si nécessaire, assistés. Les fournisseurs d’eau potable doivent cofinancer les mesures de protection préventives (p. ex. LAKU dans la région de la Haute-Sûre) par le biais d’accords de coopération.

Nouvelle conception de la protection des plantes

Le ministère de l’Agriculture dirigé par le DP a présenté en 2017 un plan d’action national (PAN) pour la réduction des pesticides, dans le but de réduire l’utilisation de ceux-ci. Le DP mettra en œuvre le plan d’action étape par étape pour atteindre les objectifs concrets qui y sont énoncés, notamment l’abandon progressif de l’utilisation du glyphosate. La réduction significative de l’utilisation des pesticides dans l’agriculture est indispensable pour conserver la biodiversité et pour protéger les eaux en surface et les sources d’eau potable. Il est important de conseiller les agriculteurs pendant la phase de transition et de leur proposer des aides concrètes et pratiques ainsi que des alternatives pendant la transition. Le DP exige un plan d’abandon concret au niveau de l’UE, bien que l’UE ait prolongé pour cinq ans l’autorisation du glyphosate contre la voix du gouvernement DP, en novembre 2017.

Renforcement du rôle actif de la chasse en matière de protection de la nature

Le DP est conscient de l’importance de la chasse pour réguler les populations de gibier et prévenir les dommages causés par ces derniers. Pour cette raison, le DP veut activement intégrer les chasseurs dans des groupes de travail dans lesquels ils peuvent, entre autres, apporter leur expérience dans l’élaboration de plans d’action concernant les populations de loups et de renards. Le DP cherchera des solutions possibles en collaboration avec les chasseurs afin que les plans de chasse légaux soient mieux respectés. Il surveillera également le développement des populations de renards et des renards souffrant de l’échinocoque (echinococcus multilocularis) afin de lutter contre la progression de cette maladie.

 

 

Protection et exploitation durable de la forêt

Plus d’un tiers de la surface de notre pays est constitué de forêts. Le DP préservera les forêts pour qu’elles puissent continuer de remplir leurs fonctions importantes à l’avenir. La forêt n’est pas seulement le poumon vert de notre pays, mais fournit aussi un habitat à de nombreuses espèces animales et végétales. Elle est également une zone récréative importante pour les personnes et livre le bois, une matière première importante.

 

Le DP fera avancer les travaux sur le Code forestier en collaboration avec les propriétaires forestiers privés et les organisations environnementales, pour que la forêt puisse encore remplir ses fonctions à l’avenir. Le nouveau Code forestier doit contribuer à une meilleure protection de la forêt et garantir une utilisation économique durable dans le respect des droits de propriété des propriétaires forestiers privés. Le DP s’engagera également pour que le bois local soit davantage utilisé et valorisé au Luxembourg au lieu d’être exporté dans des pays lointains.

Développement de l’espace rural

Le DP défend le développement durable de l’espace rural et veillera à ce que les fonds européens mis à disposition soient utilisés davantage. Le DP soutient le potentiel économique dans les régions rurales et la gestion durable des ressources naturelles

Alléger fiscalement les travaux de réparation et les voitures électriques

Selon la devise « réparer au lieu de jeter », le DP appliquera le taux super-réduit de 3% sur tous les travaux de réparation. L’objectif déclaré en étant de prolonger la vie des objets usuels et de promouvoir l’économie circulaire.

 

Les moyens de transport électriques sont un élément déterminant de la mobilité à faibles émissions de l’avenir. Dans le but de promouvoir davantage l’électromobilité, le DP introduira un taux super-réduit de 3% qui sera applicable sur les moyens de locomotion électriques (voitures électriques, vélos électriques, pedelecs, trottinettes électriques, etc.).

Sortir progressivement du tourisme à la pompe

Le retrait progressif du tourisme à la pompe fut déjà lancé à l’initiative de l’actuel gouvernement dirigé par le DP. Comme par le passé, plutôt que de prendre des mesures hâtives qui ne conduiraient qu’à la baisse abrupte des rentrées en termes d’accises, le DP veillera à poursuivre sur la voie d’un retrait continu et réfléchi.

Servir de modèle en matière de durabilité

Servir de modèle en matière de durabilité Le DP veillera à ce que l’État fasse figure d’exemple en matière de durabilité. C’est pourquoi il exige la création d’un inventaire des toits de tous les bâtiments publics pour détecter les surfaces pouvant être utilisées pour l’installation de plaques solaires. En outre, le DP procédera à un assainissement énergétique systématique des bâtiments de l’État.

 

Il développera également une stratégie de durabilité pour tous les ministères et administrations. Les chances de la numérisation doivent être utilisées pour économiser des ressources.

Élaboration d’un cahier des charges pour l’approvisionnement écologique

Le DP élaborera un cahier des charges modèle pour un approvisionnement respectueux de l’environnement et du climat pour les pouvoirs et institutions publics. Les critères de durabilité pourront ainsi être mieux pris en compte dans les appels d’offres publics.

Promotion des produits régionaux

Le DP améliorera les conditions-cadres pour que les besoins alimentaires du pays puissent à l’avenir être mieux couverts par la production nationale, par exemple la production de volaille et de légumes. Actuellement, l’agriculture luxembourgeoise couvre uniquement 1,6 % du besoin national en viande de volaille et un peu plus de 1 % du besoin en légumes. Il faut améliorer systématiquement le taux de consommation propre en collaboration avec les agriculteurs.

 

Nous continuerons à promouvoir l’utilisation de produits régionaux dans les cantines, notamment dansles écoles, les maisonsrelais, les crèches, les hôpitaux et les maisons de retraite et de soins. Cela doit être rendu possible, d’une part, par des critèresrégionaux dansles marchés publics. La nouvelle loi sur les marchés publics autorise et encourage cette approche en accordant une plus grande importance aux critères tels que la qualité, la durabilité et les conditions sociales dans la production alimentaire. Dans le passé, le prix était souvent le seul facteur déterminant dans les marchés publics.

 

Le DP promouvra davantage les structures de traitement qui permettent de préparer les produits régionaux de façon à répondre aux besoins des cantines. D’autre part, un « matcher » doit soutenir la collaboration entre plusieurs exploitations agricoles, pour que les petits producteurs aient également la possibilité de participer à un appel d’offre important.

Promotion de l’agriculture bio

Le DP veut augmenter considérablement la part de l’agriculture bio pour réagir à la demande croissante de différents produits. À l’heure actuelle, cette part ne représente que près de 5 % des exploitations ou 4 % des terres cultivées. Grâce à l’augmentation substantielle de la bioprime et de la compatibilité de cette prime avec d’autres mesures environnementales, le Luxembourg est le pays qui promeut le plusl’agriculture bio. Il s’agit maintenant de sensibiliser les consommateurs aux avantages des produits bio nationaux. En effet, le comportement d’achat des clients détermine quels aliments sont proposés dans les rayons des centres commerciaux. Le DP veut accorder un plus grand soutien financier à la recherche scientifique dans le domaine de l’agriculture bio et redéfinir le plan d’action bio.

« Green finance » : renforcement du rôle de pionnier

Sous l’impulsion du ministère des Finances dirigé par le DP, le Luxembourg est devenu pionnier en matière de finances vertes, notamment par la création de la plus grande bourse au monde pour les obligations écologiques (« green bonds »). Le DP continuera de renforcer les partenariats public-privé dans ce domaine. Il est prévu d’élargir le rôle de la bourse luxembourgeoise (Luxembourg Green Exchange) et de LuxFlag (agence de labellisation internationale et indépendante). De plus, le développement de la Luxembourg Sustainable Development Finance Platform, qui rassemble les investisseurs et les responsables de projets en matière de durabilité, doit être poursuivi.

 

Afin de consolider davantage le domaine des finances durables, notamment en matière de lutte contre le changement climatique, le DP créera un fonds de fonds pour le climat, qui effectuera des investissements pour lutter contre le changement climatique dans les pays en développement.

 

Selon le modèle du SIFEM suisse (Swiss Investment Fund for Emerging Markets), les pouvoirs publics élaboreront le mandat détaillé et les critères d’investissement, tandis que la mise en œuvre sera confiée à des gestionnaires de placementsspécialisés. Ce concept permet de soutenir durablement les objectifs climatiques de Paris dans les pays en développement, sans devoir recourir à des subventions budgétaires régulières, et d’impliquer des investisseurs privés dans ce projet. De plus, la création d’un tel fonds contribue au renforcement des compétences spécialisées dans ce secteur prometteur et a un impact positif sur l’image du Luxembourg en tant que partenaire responsable dans la lutte contre le changement climatique.

Deelen:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp