Wirtschaft

Economie

Politique économique : renforcement de la place économique et promotion des PME

Après des années de crise, la croissance économique a reprisson envol au Luxembourg au cours de la législature actuelle. D’après les chiffres actuels, la croissance économique sera de 3,8 % en 2018. Cela se reflète également dans la bonne situation sur le marché du travail. Le chômage a reculé de 7,1 % en 2013 à 5,5 % (chiffres de juin 2018).

Le DP a conscience de l’importance d’une Europe forte sur le plan économique pour la prospérité de notre pays et continuera par conséquent à s’engager au niveau européen pour une Europe compétitive. Le DP s’engage pour une politique économique active et globale. Hormis la mise en place de conditionsfavorables pour notre économie, cette politique doit aussi garantir une meilleure qualité de vie à nos citoyens. Le DP est convaincu que le Luxembourg a besoin d’une économie forte en tant que garant d’un système social étendu. En effet, seules les richesses qui ont été générées préalablement peuvent être redistribuées. Le DP fera en sorte que les citoyens profitent directement de la croissance et de la prospérité économique de notre pays. Depuis 2013, l’économie a de nouveau enregistré une croissance solide. Celle-ci repose d’une part sur une bonne conjoncture internationale, mais également sur une politique économique rigoureuse. Au cours de la législature actuelle, le gouvernement mené par le DP a contribué au développement de secteurs économiques à l’avenir prometteur, comme le sont notamment la logistique, les finances durables, l’industrie numérique, les fintechs et le spacemining.

Le DP s’engage pour un modèle économique durable et sur le long terme. C’est pourquoi le DP réfléchit sur l’avenir du modèle à succès luxembourgeois. La place financière, qui contribue 27 % du PIB, est un parfait exemple de croissance qualitative grâce à son important potentiel d’innovation. Il faut renforcer cette puissance d’innovation, et partant la productivité, dans tous les secteurs économiques. Le DP développera une stratégie d’avenir pour notre pays, qui va audelà des questions purement économiques. La transformation numérique et le passage aux ressources renouvelables pour faire face au changement climatique entraîneront des changements dansl’économie et dansla société. La numérisation et l’automatisation permettent également de créer une importante plus-value économique, qui repose moins sur la croissance purement quantitative de la main-d’œuvre. Afin de se préparer aux nouveaux défis et de concevoir activement le développement du Luxembourg, le gouvernement dirigé par le DP a initié l’étude Rifkin. Dans le cadre de cette stratégie, le DP souhaite avant tout accompagner et promouvoir activement les petites et moyennes entreprises.

Pour le DP, les PME sont le pilier de notre économie. Elles ne créent passeulement des emplois, mais sont aussi fortement ancrées dans notre pays. Pour cette raison, le DP continuera à accorder une attention particulière à la promotion des PME.

Poursuite systématique de la politique de développement actif de la place économique et de la diversification économique

La place financière génère plus d’un quart du PIB de notre pays. Le DP approfondira la diversification au sein du secteur financier, par exemple par l’installation ciblée d’entreprises du secteur fintech. La diversification de l’ensemble de notre économie doit en outre être poursuivie systématiquement.

 

Le DP mise sur le développement de secteurs économiques ayant une importante plus-value et un grand potentiel d’innovation. Dans ce domaine, le DP attirera de manière ciblée des entreprises vers le Luxembourg. Au cours de la législature passée, cette stratégie a porté ses premiers fruits dans l’industrie numérique. Il faut poursuivre ces efforts et développer le Luxembourg comme pôle de connaissances. Le DP promouvra de manière ciblée les technologies vertes, ainsi que l’économie numérique et créative, par exemple dans le domaine de la cybersécurité.

Renforcement du dialogue social dans les entreprises

Le dialogue social fait partie du modèle à succès luxembourgeois. Le DP poursuivra la tradition du dialogue social. Il renforcera les options de négociation au niveau des entreprises et, en contrepartie, il soumettra les règles trop rigides du droit du travail à l’examen.

Création d’emplois décentralisés

Le DP veut rapprocher les emplois des personnes, pas l’inverse. Il élargira les zones économiques à proximité des frontières, pour encourager les entreprises à établir des filiales hors de Luxembourg-Ville. Les frontaliers en bénéficieront particulièrement et passeront moins de temps en déplacement. De plus, le DP mettra en place des structures « open office » dans les régions frontalières, qui permettent aux entreprises de partager des locaux

Mise en place de zones franches de l’autre côté de la frontière

Pour le DP, la Grande Région n’est pas un concept abstrait, maisla réalité vécue. La coopération avec nos voisins doit également être développée sur le plan économique. C’est pourquoi le DP s’engagera pour la création de zones franches dans les régions frontalières. Dans les régions frontalières en France, l’installation d’instituts de recherche français pourrait notamment donner lieu à des synergies avec le pôle de recherche d’Esch-Belval. Il est également envisageable que des entreprises luxembourgeoises délocalisent des parties de leurs activités dans ces zones. Pour ce faire, un statut légal doit être négocié. Des premiers entretiens à ce sujet ont déjà été menés avec nos voisins français. Un tel projet bénéficierait aussi bien au Luxembourg qu’à la France. Les entreprises luxembourgeoises auraient accès à des terrains à bâtir additionnels, tandis que la région frontalière française pourrait connaître une reprise économique. Le DP souhaite que le Fonds européen de développement rural (FEDER) cofinance ce projet transfrontalier.

Recherche et innovation comme facteurs économiques

Le Luxembourg a besoin d’un soutien ciblé de la recherche par les pouvoirs publics. Le DP veillera à mieux concilier la recherche publique et les objectifs de la politique de diversification de notre pays. La réforme de la loi sur les aides à l’innovation a considérablement simplifié l’accès à ces subventions pour les petites et moyennes entreprises. Le DP analysera l’utilisation de ces subventions par les PME et les adaptera si nécessaire.

Conception flexible des horaires de travail dans l’intérêt des employés et des patrons

Le DP permettra aux personnes d’organiser leur travail de sorte à pouvoir passer plus de temps avec leur famille. Nous visons une flexibilisation du temps de travail adaptée aux familles, en abolissant les règles rigides actuelles et en introduisant le temps de travail annuel (p. ex. 1800 heures). La règle actuelle du temps de travail maximal par jour (10 heures) et par semaine (48 heures) sera maintenue. Les suppléments pour le travail du dimanche et les jours fériés continuent bien sûr de s’appliquer. Le DP estime également que la disponibilité numérique des employés doit avoir des limites claires. Une réglementation plus souple du temps de travail doit permettre aux entreprises de mieux s’adapter à un environnement économique en constante évolution et à contribuer à accroître la productivité. Dans cet esprit, nous chercherons à réformer la directive européenne sur le temps de travail.

 

À l’avenir, il doit être possible de négocier le temps de travail de manière individuelle entre l’employé et le patron, sans les restrictions superflues d’un droit du travail trop rigide. Nous ne voulons absolument pas abolir la traditionnelle semaine de 40 heures, mais octroyer plus de flexibilité aux personnes qui ne sont pas intéressées par un emploi de 9 à 17 heures. Les employés et les patrons qui ne veulent pas de flexibilité supplémentaire peuvent continuer d’appliquer la réglementation existante.

 

Les jeunes familles, qui se trouvent dans une étape particulièrement stressante de leur vie, seront les grands gagnants de notre initiative de flexibilisation. Beaucoup de parents aimeraient pouvoir organiser leur temps de travail de sorte à pouvoir passer plus de temps avec leurs enfants. Les patrons profiteront également de cette règlementation, car ils pourront utiliser leurs effectifs de manière plus efficace et quand ils en ont le plus besoin. Cette flexibilisation du temps de travail doit être combinée avec l’introduction générale des comptes épargne temps et un recours accru des bureaux à domicile (Home Office).

Accélération des procédures des permis de travail et des visas

Dans certains domaines très spécifiques, le Luxembourg et la Grande Région ont un manque de personnel spécialisé. Par conséquent, le DP veut que les permis de travail et les permis de séjour nécessaires soient délivrés plus vite. Des permis à durée limitée sont censés considérablement accélérer ce processus. Toutefois, si les dispositions légales ne sont pas respectées et les documents nécessaires ne sont pas présentés dans les délais imposés, des sanctions sévères sont appliquées.

Réduction systématique de la bureaucratie

La loi omnibus ratifiée au cours de la législature passée a contribué à réduire la bureaucratie. Ce n’est toutefois pas suffisant. Les procédures pour obtenir les autorisations nécessaires pour la construction d’infrastructures commerciales sont toujours trop lourdes et lentes. Le DP examinera l’efficience et la nécessité de ces procédures. Une loi omnibus élargie aboutira à des procédures plus rapides. Il faut utiliser systématiquement les nouveaux instruments numériques pour mettre une demande valable à disposition des entreprises et raccourcir ainsi les démarches administratives.

Réforme de la directive européenne sur le détachement de travailleurs

Le DP salue les efforts de l’UE pour renforcer les droits sociaux des salariés envoyés temporairement par leur employeur dans un autre pays. En même temps, des règles trop rigides et des obstacles administratifs ne doivent pas entraver l’activité des entreprises qui respectent les règles. Le DP veillera donc notamment à ce que les conducteurs de bus qui passent quotidiennement les frontières ne soient pas obligés de remplir un formulaire à chaque trajet.

Création d’un cadre juridique moderne pour les modèles économiques modernes

La politique doit pouvoir répondre aux défis émanant de nouveaux modèles d’affaires. De nombreuses startups, notamment dans le secteur informatique, n’ont guère besoin de capital pour mettre en œuvre leur modèle d’affaires. C’est pourquoi le gouvernement dirigé par le DP a introduit la société au capital de 1 euro (sàrl simplifiée). Le DP créera également un cadre juridique clair pour les nouveaux modèles d’affaires de l’économie du partage (par exemple Uber, Airbnb), pour éviter la concurrence déloyale pour les entreprises existantes.

Création d’ateliers pour les artistes et les acteurs de l’industrie créative

Les artistes locaux ont besoin non seulement de possibilités d’exposition mais aussi de plus de locaux de travail. Le DP s’engagera pour la création d’ateliers pour les artistes luxembourgeois.

 

Il existe un grand potentiel pour la scène artistique luxembourgeoise et l’économie dans le domaine des industries créatives. Qu’il s’agisse d’artisans d’art, de designers, de graphistes, de développeurs de jeux ou d’autres profils professionnels, l’industrie créative couvre un large éventail de domaines d’activité. Afin de créer des synergies entre les différents acteurs et de rassembler le potentiel d’innovation, le DP veillera à ce qu’un nombre suffisant de lieux de rencontre et d’ateliers soit mis à disposition des acteurs des industries créatives pour leur permettre de se développer. À l’instar du « 1535° » à Differdange, le DP veut installer de tels « hubs créatifs » dans tout le pays et soutenir le mouvement dynamique qui en découle.

Création de zones d’activité spécifiques par secteurs

La proximité géographique d’entreprises d’un même secteur économique peut créer des synergies et promouvoir l’innovation. Pour cette raison, le DP veut créer de nouvelles zones économiques spécifiques à un secteur – à l’instar du pôle logistique à Bettembourg –, notamment dans l’industrie numérique et créative.

Garantie de l’approvisionnement en énergie

L’essor croissant de l’électromobilité et les processus d’automatisation feront augmenter le besoin en énergie au cours des prochaines années. En même temps, nous devons atteindre nos objectifs climatiques de réduction des émissions de CO2 de 40 % jusqu’en 2030. Le DP concevra la politique énergétique de sorte que l’économie puisse continuer de s’approvisionner en énergie à des prix compétitifs et en garantira l’approvisionnement. Le DP s’engagera également pour un marché unique dans le domaine des énergies renouvelables. Le Luxembourg doit également avoir la possibilité d’investir dans des projets en matière d’énergie en Europe. Cependant, si possible, un maximum d’énergie renouvelable doit être produite au Luxembourg.

Mise à disposition de connexions internet plus rapides grâce à la fibre optique et à la technologie 5G

Le DP fera en sorte que le Luxembourg soit parmi les premiers pays à proposer, à l’aide de la technologie 5G, un internet mobile rapide, couvrant l’intégralité du territoire. Nous raccourcirons considérablement les délais pour l’installation des lignes de fibre optique pour que toutes les entreprises et tous les ménages aient un accès internet rapide, où qu’ils se trouvent.

Conception active de l’économie de demain

En adoptant le processus Rifkin, le gouvernement dirigé par le DP s’est doté pour la première fois dans l’histoire du pays d’une stratégie globale, à long terme, comportant une approche participative, pour développer durablement le modèle économique avec une orientation de qualité. Le DP mettra systématiquement en œuvre le catalogue de mesures à 9 points qui en résulte. En font notamment partie la mise en place d’un internet de l’énergie ainsi que la promotion de l’électromobilité et de l’économie circulaire.

Promouvoir l’économie circulaire

Le DP promouvra l’économie circulaire innovante, pour que les produits et lesressourcessoient utilisés aussi longtemps que possible. À l’avenir, les déchets doivent être considérés comme une ressource. Pour le DP, la réparation, la réutilisation et le recyclage de produits doivent devenir la règle. Par conséquent, le DP améliorera les conditions-cadres pour le fonctionnement de l’économie circulaire. Il prévoit notamment un taux de TVA super-réduit pour la réparation d’objets d’usage courant. Il convient également de promouvoir le modèle économique du « prosumer », c’est-à-dire du consommateur qui est en même temps producteur.

Libéralisation des horaires d’ouverture des magasins

L’internet est ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Le DP permettra au commerce et à ses 50 000 collaborateurs de s’adapter au nouveau comportement d’achat des consommateurs. Chaque commerce doit pouvoir décider lui-même quand il ouvre et quand il ferme. Cette approche mettra fin à l’inégalité de traitement des commerces, due notamment aux heures d’ouverture différentes pour les stations-service et les centres commerciaux dans les régions frontalières. Le DP mettra en œuvre une libéralisation générale des heures d’ouverture dans le commerce, dans le respect du droit du travail en vigueur.

Libre choix des fournisseurs pour les commerces

Le DP s’engagera au niveau européen pour le libre choix des fournisseurs. De nombreux producteurs obligent les commerçants luxembourgeois à acheter leurs produits à des prix élevés par le biais d’intermédiaires belges. Cela va à l’encontre du principe d’un marché unique qui fonctionne. Le DP mettra ce sujet à l’ordre du jour des instances européennes pour que les commerçants aient enfin le libre choix.

Autorisation des recours collectifs en justice

Les scandales en matière de protection des consommateurs concernent souvent des milliers de personnes, qui, jusqu’à maintenant, doivent cependant agir individuellement devant la justice luxembourgeoise. Le DP permettra les recours collectifs dans certains cas, en visant une solution harmonisée sur le plan européen. Nous discuterons des modalités procédurales et juridiques aussi bien avec les associations de la protection des consommateurs qu’avec le secteur privé, pour trouver aussi rapidement que possible une solution équilibrée dans l’intérêt des deux parties.

Renforcement de la place financière

La place financière reste le pilier de l’économie luxembourgeoise. Avec ses quelque 45 000 emplois, la place financière contribue 27 % du PIB et est ainsi l’exemple type de la croissance qualitative. Grâce à sa capacité d’innovation et au savoir-faire important du secteur, le Luxembourg fait partie des meilleurs centres financiers du monde. Le DP s’engage clairement pour une place financière forte et bien réglementée, qui soit compétitive au niveau international.

Augmentation de l’attrait du pôle des TIC au Luxembourg

Le DP développera le pôle informatique du Luxembourg. Nous continuerons à améliorer les infrastructures nécessaires pour un pôle des TIC compétitif au niveau international, nous examinerons si la législation est favorable au TIC et nous l’adapterons si nécessaire. Nous continuerons également à investir dans l’archivage numérique et dans le stockage de données.

Promotion de l’esprit d’entreprise

Dans la comparaison internationale, l’esprit d’entreprise luxembourgeois a encore un grand potentiel de développement. Le DP estime que le courage et la performance doivent être récompensés. Les idées commerciales d’aujourd’hui jettent les bases des emplois et du succès économique de demain. Le DP veut soutenir l’esprit d’entreprise au Luxembourg. Des campagnes de sensibilisation telles que HandsUp sont développées en collaboration avec les chambres professionnelles. Les projets scolaires, tels que « Mini-Entreprises », bénéficient également d’un soutien renforcé. Le DP réduira les démarches administratives pour les startups à un minimum pour leur première année d’existence.

Favoriser fiscalement les investissements de particuliers dans les entreprises start-up

Afin d’améliorer l’accès au financement des jeunes start-ups (aussi dans les domaines du commerce et de l’artisanat) et de stimuler l’économie luxembourgeoise, le DP introduira des incitations fiscales pour les particuliers qui investissent dans des jeunes entreprises innovatrices. Cette mesure permettra ainsi aux jeunes start-ups luxembourgeoises de bénéficier d’investissements de personnes privées. Dans le cas d’une participation continue de trois ans, le particulier-investisseur reçoit un crédit d’impôt d’un montant qui est équivalent à une partie définie de son investissement. L’investissement doit atteindre une somme minimale par entreprise et le crédit d’impôt sera plafonné par personne et par année. Notons qu’au Luxembourg, un premier fonds de microfinance pour l’économie locale est déjà en place. Le DP renforcera son soutien en matière d’octroi de microcrédits aux entreprises locales.

Mise en œuvre de l’administration numérique

Le DP informatisera toutes les étapes de travail des administrations publiques aussi bien entre elles qu’en contact avec les citoyens et les entreprises jusqu’en 2023. Tout contact entre l’État et les tiers doit pouvoir être effectué par internet. Afin d’éviter les démarches administratives inutiles, le DP veillera au bon fonctionnement de l’échange de documents déjà présentés. Les démarches administratives pour les créateurs d’entreprise doivent être réduites de sorte qu’il soit possible d’effectuer la création en un seul jour ouvrable et par internet. Les citoyens et les entreprises seront informés par un système de suivi du progrès de leur demande et du responsable du traitement.

 

Le ministère de la Protection des consommateurs dirigé par le DP a également lancé un projet pilote pour répondre aux questions relatives à la protection des données par internet, en ayant recours à des « chatbots ». Le DP élargira le champ d’application en collaboration avec Guichet.lu pour faciliter l’accès aux informations aux citoyens.

Deelen:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp