Die beunruhingende Situation in der Enge des El Guergarat

Marokko hat eine Operation in der Enge von el Guergarat begonnen, um die freie Bewegung von Personen und Güter wieder zu garantieren. «Polisario» und seine Milizen haben den Grenzübergang blockiert und den Waffenstillstand bedroht, der in dieser Zone seit ungefähr 30 Jahren besteht. Im Rahmen dieser Ereignisse hat der DP-Abgeordnete Gusty Graas dem Aussenminister einige Fragen gestellt.

Fro

« Depuis le 21 octobre 2020, le « Polisario » et ses milices ont bloqué la traversée de biens et de personnes dans la zone tampon du passage d’el Guergarat entre le Maroc et la Mauritanie. En réaction à ce blocage, le Maroc a lancé une opération afin de rétablir la libre circulation civile et commerciale sur cet axe routier.

Le Secrétaire Général de l’ONU avait d’abord appelé le « Polisario » de mettre fin à ses actes déstabilisateurs. Ce dernier ne respecte pas le statut de la zone, viole les accords militaires et ses actions constituent une réelle menace pour le maintien du cessez-le-feu en place depuis environ 30 ans.

L’Algérie voisine a souligné son soutien au « Polisario » dans une vidéo martiale dont le but était de faire comprendre que l’on était capable d’effectuer des frappes militaires massives si cela devait s’avérer nécessaire. Parallèlement, des déclarations du président et de l’état-major ont été insérées, qui classent clairement le Maroc comme nation ennemie.

D’après un communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, le Maroc aurait agi « dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoirs et en parfaite conformité avec la légalité internationale ». 

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires européennes et étrangères :

Cette opération ne risque-t-elle pas d’aggraver à nouveau la situation dans la région ?

Quelle est l’opinion de l’Union européenne face à la situation actuelle dans la zone tampon et les régions limitrophes ?

Est-ce que l’UE serait en mesure d’intervenir au niveau diplomatique ? »

Äntfert

Réponse à la question 1 :

Les incidents récents au passage d’El Guergerat sont en effet préoccupants. Suite au regain des tensions, il paraît que les parties se soient conformées de nouveau au cessez-le-feu, en place depuis 1991. Il n’en reste pas moins qu’il faut continuer d’œuvrer en faveur d’un règlement pacifique de la question du Sahara occidental, qui est posée depuis 1975.

Réponse aux questions 2 et 3 :

Le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell s’est entretenu le 15 novembre 2020 avec les Ministres des Affaires étrangères du Royaume du Maroc Nasser Bourita et de l’Algérie Sabri Boukadoum (le communiqué de presse est joint en annexe).

Lors de ces appels, le Haut représentant a réitéré le plein soutien de l’Union européenne à la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). La résolution 2548, adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies le 30 octobre 2020 a prorogé le mandat de cette Mission pour une année, jusqu’au 31 octobre 2021. Le Conseil de sécurité demande par ailleurs aux parties de reprendre les négociations sous les auspices du Secrétaire général des Nations Unies, et invite les États membres à prêter le concours voulu à ces négociations.

L’UE continue d’appuyer les efforts en vue de trouver un règlement pacifique à la question du Sahara occidental. Dans ce contexte, la nomination d’un nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général, suite à la démission de Monsieur Horst Köhler en mai 2019, serait d’une importance primordiale.

Möchten Sie eine Übersetzung dieser parlamentarischen Anfrage auf Deutsch ?

Teilen:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Weitere parlamentarische Fragen

Atert Natur Ëmwelt Baach Floss

Gefahr durch Baumstämme in der Attert?

Die DP-Abgeordnete André Bauler und Gusty Graas weisen das Umweltministerium darauf hin, dass es in der Attert noch Baumstämme gibt, die eine Gefahr für die SEBES-Brücke darstellen. Sie fragen daher die Ministerin, was gegen diese Gefahr unternommen wird und ob es entlang der Attert noch andere Stellen gibt, an denen umgestürzte Bäume bei Hochwasser zu Stausituationen führen könnten?

weiterlesen...