Extension de la peine de mort au Bélarus

Le 18 mars de cette année, le Bélarus a étendu par décret la possibilité d’être condamné à la peine de mort, de sorte que désormais non seulement les auteurs d'un acte terroriste mais aussi ceux qui auraient tenté un tel acte peuvent être punis de la peine de mort. L'opposition voit dans cette décision une tentative de réprimer la libre expression d'opinion et les opposants au gouvernement. Comment évaluer cette situation ? Notre député Gusty Graas s'est renseigné auprès du Ministère des Affaires étrangères.

« Selon un décret publié mercredi 18 mars, la Biélorussie a introduit la peine de mort pour préparation d’attentat et pour « tentative d’acte de terrorisme ». Jusqu’à présent, seules les personnes qui avaient en effet commis un tel acte étaient passibles de la peine de mort. Selon un article au « Figaro » du 18 mai 2022, ces nouvelles dispositions entreront en vigueur vers la fin du mois de mai. La ‘leader’ de l’opposition Svetlana Tikhanovskaïa, ainsi que les opposants au régime du président, y voient une menace et une attaque directe, visant à étouffer toute expression de divergence d’opinion et de révolte.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  • Comment Monsieur le Ministre évalue-t-il cette extension de la disposition permettant un recours à la peine de mort en Biélorussie ?
  • Est-ce que l’Union européenne envisage d’entamer des démarches dans ce contexte ?
  • Dans l’affirmative, lesquelles ? »

Réponse

Comment Monsieur le Ministre évalue-t-il cette extension de la disposition permettant un recours à la peine de mort en Biélorussie ?

La Biélorussie est le seul pays européen à pratiquer encore la peine de mort. L’extension de la peine capitale à des « tentatives d’actes de terrorisme » constitue une évolution des plus inquiétantes dans ce pays, parce qu’avec cette notion, juridiquement vague, le régime se donne les moyens de supprimer des opposants politiques sous le couvert de la légalité. Le Luxembourg, comme tous les Etats membres du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne, est opposé à la peine capitale, quelles que soient les circonstances.

Est-ce que l’Union européenne envisage d’entamer des démarches dans ce contexte ? Dans l’affirmative, lesquelles ? Suite aux élections tronquées du 9 août 2020 et à la détérioration de la situation politique et sécuritaire en Biélorussie, l’UE a réduit sa coopération bilatérale avec les autorités biélorusses, tout en accroissant son soutien au peuple et à la société civile biélorusses. Au lendemain de l’approbation de l’Assemblée nationale de l’amendement au code criminel en question, le Service européen d’action extérieure a publié une déclaration condamnant fermement cette décision.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Évolution du chômage dans le secteur immobilier ?

En raison de la crise dans le secteur de l’immobilier, de plus en plus d’entreprises doivent licencier du personnel. Le député du DP André Bauler a demandé au Ministre du Travail s’il existait des chiffres sur l’évolution du chômage, combien de travailleurs ont retrouvé un emploi et combien de personnes ont bénéficié des mesures de formation continue de l’Adem.

lire plus...
Luxembourg Police car vehicle

Plus de présence policière dans le quartier de la gare ?

En matière de criminalité liée à la drogue, les quartiers gare et Hollerich sont souvent nommés. Les habitants réclament plus de sécurité, les commissariats de police ne sont ouverts que de manière limitée ou devraient disparaître complètement à l’avenir. Dans ce contexte, qu‘est-ce qui est fait pour assurer une présence policière ? Notre députée Corinne Cahen a posé la questions aux ministères responsables.

lire plus...

Une passerelle pour mieux relier la gare de Cents-Hamm et Hamm?

Une passerelle pour piétons et cyclistes entre la gare de Cents-Hamm et Hamm pourrait rendre les transports publics plus intéressants pour de nombreuses personnes qui travaillent ou vont à l’école à Hamm, et le trajet serait nettement plus sûr. La députée DP Corinne Cahen a donc demandé au ministre de la Mobilité et des Travaux publics Yuriko Backes si la construction d’une telle passerelle n’était pas envisageable.

lire plus...