Famill

Famille

Politique familiale : un meilleur équilibre entre travail et famille

Pendant la législature 2013-2018, le DP a initié une modernisation de la politique familiale. La politique ne correspondait plus aux exigences de la société actuelle et consolidait même dans certains cas des situations incertaines. Le risque de pauvreté – concernant surtout les familles monoparentales – a rendu nécessaire un changement de paradigme dans la politique familiale, qui permet aux parents de mieux concilier la vie professionnelle et la vie familiale. Ce sont surtout les enfants issus de familles menacées par la pauvreté qui risquent de subir des désavantages ou des échecs à l’école et donc des échecs dans leur vie professionnelle.

Un facteur fondamental du bien-être des enfants est le temps que leurs parents passent avec eux. Pour cette raison, le DP a pris des mesures concrètes pour permettre aux parents de passer plus de temps avec leurs enfants. La flexibilisation et les meilleures conditions financières du congé parental ont déjà fait en sorte que le nombre de parents qui profitent du nouveau congé parental ait augmenté de 70 %. Notamment la part des pères qui profitent du nouveau congé parental a considérablement augmenté. D’autres améliorations concernent les jours de congé extraordinaire : le congé de paternité pour la naissance d’un enfant a été augmenté de 2 à 10 jours, le congé de maternité postnatal a été prolongé de manière générale de 8 à 12 semaines et le congé pour raisons familiales pour les parents dont les enfants sont malades a été rendu plus flexible. Pour le DP, ces améliorations n’étaient que la première étape pour permettre aux parents de passer plus de temps avec leurs enfants.

Le DP s’engage pour une politique familiale durable et responsable, qui place les enfants au centre de ses préoccupations. L’un des objectifs prioritaires de notre politique est l’égalité des chances. Le DP ne se limite pas aux prestations financières pour les familles, mais il mise davantage sur des prestations en nature et des services publics de qualité, notamment en matière d’accueil des enfants. Pendant les années à venir, le DP mettra en œuvre des mesures additionnelles pour que les parents puissent mieux concilier leur vie privée et leur vie professionnelle.

Introduction du « Congé parental PLUS »

La réforme du congé parental initiée par le DP était un grand succès. Le DP examinera les conséquences de cette mesure trois ans après son introduction et l’approfondira le cas échéant. De plus, afin de promouvoir une répartition équitable desresponsabilités en matière d’éducation des enfants, le DP récompensera les familles dans lesquelles les deux parents ont demandé le congé parental.

 

Le DP créera également la possibilité de bénéficier après le congé parental d’un congé parental PLUS d’une durée maximale de 18 mois à temps plein ou de 36 mois à mi-temps. Pendant cette période, l’État ne payera aucune indemnité financière, mais il prendra en charge les cotisations sociales de l’employé et du patron à la caisse de pension sur la base du salaire moyen des 12 derniers mois avant la naissance. Le congé parental PLUS peut être pris par l’un des parents ou réparti sur les deux parents. Le droit au retour au poste de travail est également garanti par le congé parental PLUS.

 

Afin de répondre aux besoins des employeurs, l’État prendra en charge les cotisations sociales des employés embauchés en tant que remplaçants pendant la durée du congé parental PLUS. Dans ce cas spécifique, le DP permettra également les contrats à durée déterminée pour toute la durée du remplacement.

 

Nous négocierons les modalités et détails du nouveau congé parental PLUS en dialogue avec les partenaires sociaux.

Conception flexible des horaires de travail dans l’intérêt des employés et des patrons

Le DP permettra aux personnes d’organiser leur travail de sorte à pouvoir passer plus de temps avec leur famille. Nous visons une flexibilisation du temps de travail adaptée aux familles, en abolissant les règles rigides actuelles et en introduisant le temps de travail annuel (p. ex. 1800 heures). La règle actuelle du temps de travail maximal par jour (10 heures) et par semaine (48 heures) sera maintenue. Les suppléments pour le travail du dimanche et les jours fériés continuent bien sûr de s’appliquer. Le DP estime également que la disponibilité numérique des employés doit avoir des limites claires. Une réglementation plus souple du temps de travail doit permettre aux entreprises de mieux s’adapter à un environnement économique en constante évolution et à contribuer à accroître la productivité. Dans cet esprit, nous chercherons à réformer la directive européenne sur le temps de travail.

 

À l’avenir, il doit être possible de négocier le temps de travail de manière individuelle entre l’employé et le patron, sans les restrictions superflues d’un droit du travail trop rigide. Nous ne voulons absolument pas abolir la traditionnelle semaine de 40 heures, mais octroyer plus de flexibilité aux personnes qui ne sont pas intéressées par un emploi de 9 à 17 heures. Les employés et les patrons qui ne veulent pas de flexibilité supplémentaire peuvent continuer d’appliquer la réglementation existante.

 

Les jeunes familles, qui se trouvent dans une étape particulièrement stressante de leur vie, seront les grands gagnants de notre initiative de flexibilisation. Beaucoup de parents aimeraient pouvoir organiser leur temps de travail de sorte à pouvoir passer plus de temps avec leurs enfants. Les patrons profiteront également de cette règlementation, car ils pourront utiliser leurs effectifs de manière plus efficace et quand ils en ont le plus besoin. Cette flexibilisation du temps de travail doit être combinée avec l’introduction générale des comptes épargne temps et un recours accru des bureaux à domicile (Home Office).

Introduction générale des comptes épargne temps

Après l’introduction du compte épargne temps pour les employés et fonctionnaires de l’État et une phase de test dans une partie du secteur privé, le DP veut rendre cet instrument accessible à tous les employés par voie d’une loi. Les employés doivent pouvoir transférer les heures supplémentaires et le congé restant sur un compte épargne temps personnel. Les heures ainsi épargnées pendant les périodes de travail intensif peuvent notamment être utilisées pour passer du temps en famille, pour un voyage de longue durée, pour un congé sabbatique ou pour une formation continue. Les modalités précises des comptes épargne temps doivent être discutées avec les partenaires sociaux pour arriver à une décision équilibrée entre employé et employeur.

 

Conjointement avec la flexibilisation des heures de travail prévue par le DP, l’introduction des comptes épargne temps donnera considérablement plus de liberté aux employés pour organiser leur travail et leur temps libre.

Promotion du recours renforcé au télétravail

Dans le cadre de la numérisation, le télétravail devient de plus en plus souvent une alternative viable pour de nombreux employés et entreprises. Le DP veut promouvoir davantage le travail occasionnel ou régulier depuis le domicile, si les possibilités de l’entreprise le permettent. Nous créerons un cadre juridique pour réglementer clairement les conditions du télétravail et améliorer la sécurité juridique dans ce domaine. Le DP estime que l’État doit montrer l’exemple en matière de télétravail et soutiendra le recours au télétravail dans la fonction publique.

Introduction du congé de paternité pour les indépendants

Le DP a fait en sorte que les jeunes pères aient droit à dix jours de congé de paternité, pour passer du temps avec leur nouveau-né. Le DP étendra ce droit au congé de paternité aux indépendants pour que tous les pères soient traités de façon égalitaire, indépendamment de leur relation de travail.

Introduire une navette « clubs enfants » dédiée aux associations et clubs pour jeunes et enfants (Kindervereinsbus)

En collaboration avec les communes, le DP mettra en place un service de navette dédié aux associations afin de transporter les élèves de l’enseignement fondamental de l’école/la maison relais vers les centres sportifs ou culturels où se déroulent les activités extrascolaires. Ce nouveau service, préfinancé par les communes et remboursé par l’Etat, permettra d’un côté de décharger les parents dans l’organisation de leur vie quotidienne, et de l’autre côté, de promouvoir la vie associative locale qui joue un rôle majeur dans la cohésion sociale au sein des villes et villages du pays.

Promotion du placement d’enfants dans des familles d’accueil

De nombreux enfants attendent dans des foyers pour être placés dans une famille d’accueil. Après une campagne de sensibilisation du ministère de l’Éducation nationale (« Gitt Fleegefamill! »), de nombreux enfants ont été accueillis par une famille d’accueil. Le DP s’engage à créer le meilleur environnement possible dans les foyers pour enfants ou adolescents. En même temps, il faut continuer de promouvoir l’accueil des enfants dans des familles.

Réforme de la loi sur les relations entre l’État et les organisations dans les domaines sociaux, de la famille et de la thérapie

Les nombreuses organisations actives dans les domaines sociaux, de la famille et de la thérapie sont des piliers centraux de la structure sociale de notre pays. L’État a conclu une série de conventions avec ces organisations pour qu’elles soient en mesure d’accomplir leurs tâches. La loi actuelle sur les relations entre l’État et les organisations concernées ne correspond plus aux réalités du terrain. Le DP adaptera le cadre légal dans le but d’accroître la transparence, de développer des approches de qualité, de définir plus clairement les droits des utilisateurs et les obligations des organisations, ainsi que d’assurer la cohérence entre les lois et règlements existants.

Deelen:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp