Gilles Baum

Maintenir les entreprises en vie et renforcer le pouvoir d’achat des personnes

Mercredi dernier, la majeure partie de ce qu’on appelle le paquet de crise a été adopté à la Chambre des députés. L’ensemble du paquet représente un montant historique de plus de 830 millions d’euros. La majorité aide ainsi les gens et l’économie à amortir la crise énergétique et l’inflation qui en découle.

La solidarité est le leitmotiv de ces mesures. Personne ne doit être laissé pour compte. Ni les citoyennes et citoyens, ni l’économie.

Avec la mise en œuvre de la première partie de l’accord tripartite, le pouvoir d’achat des salariés, des indépendants, des retraités, des apprenties et des apprentis sera compensé par le crédit d’impôt “énergie” d’une valeur de 530 millions d’euros. Il s’agit d’un signe substantiel visant à soutenir au mieux le pouvoir d’achat au Luxembourg. Il s’agit surtout des ménages à faible et moyen revenu, dont la perte du pouvoir d’achat est compensée, voire surcompensée.

Par une autre mesure, nous voulons garantir la prévisibilité aux entreprises : C’est pourquoi dès à présent 12 mois s’écouleront entre deux tranches indiciaires.

En outre, une prime d’énergie a été introduite pour les personnes particulièrement vulnérables et l’indexation des allocations familiales est maintenue. Les bourses d’études ont été augmentées.

Je voudrais également rappeler le gel temporaire des loyers jusqu’à la fin de l’année et le fait que le gouvernement a déjà réduit les prix de l’essence, du diesel et du mazout de 7,5 centimes. D’autres ajustements ciblés – par exemple l’augmentation de la subvention de loyer – sont en en cours de procédure législative.

Chères auditrices,

Chers auditeurs,

Je viens d’évoquer toute à l’heure des crédits d’impôt pour les particuliers qui compensent le report d’une tranche indiciaire. J’aimerais vous donner trois exemples de ce que cela signifie concrètement pour le portefeuille.

Une personne en classe d’impôt 1 avec un salaire minimum non qualifié reçoit 41,76 euros de plus que si l’index était payé.

Pour une famille monoparentale en classe d’impôt 1a, avec un salaire brut de 4. 200 euros, c’est 29,16 euros de plus.

Et pour un couple qui travaille, en classe d’impôt 2, avec un salaire de 3000 et de 3500 euros, il en résulte 43,73 euros de plus.

Vous voyez que pour les revenus les plus bas, c’est un vrai plus par rapport à une tranche indiciaire. En outre – contrairement à la tranche indiciaire – le crédit d’impôt n’est pas soumis à l’impôt.

Il est évident qu’aucun d’entre nous ne sait comment la situation va se développer. Toutefois, si la situation se détériore davantage, le gouvernement se réunira une fois de plus avec les partenaires sociaux pour discuter de nouvelles mesures.

D’ici là, la majeure partie du paquet de crise a été mise en œuvre afin de maintenir nos entreprises en vie et de renforcer le pouvoir d’achat de la population.

  • C’est l’engagement du DP et c’est ce que nous défendons.
  • C’était dès le début l’objectif du DP et c’est ce que nous défendons.
  • Pour le DP il est, était et reste essentiel d’aider les gens et les entreprises.
  • C’est la seule façon de garantir la cohésion sociale dans le pays. Cela reste la conviction du DP (et nous agissons en conséquence).

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus d'actualités

Guy Arendt

Une numérisation pour tous

Dans la Tribune Libre du DP, notre député Guy Arendt s’est exprimé cette semaine sur l’importance de l’inclusion numérique au Luxembourg. Cela signifie les efforts qui sont déployés dans ce pays pour que tout le monde puisse entrer dans la nouvelle ère numérique.

lire plus...