Current political situation on Cyprus

Geopolitical tensions in Cyprus have recently taken a new dimension. Turkey plans to bring the inhabitants of Famagusta back under Turkish Cypriot administration by encouraging them to claim their land at the Property Commission, where their property will be contested. As this occupation violates international agreements, including some EU decisions, our MP Gusty Graas has addressed some questions to the Minister of Foreign Affairs.

« Les tensions géopolitiques qui durent depuis des décennies sur l’île chypriote ont récemment culminé dans l’occupation de la ville fantôme de Famagouste, abandonnée par les résidents chypriotes grecs suite à l’invasion turque de l’île en 1974, par des forces armées turques. La Turquie prévoit d’inciter les résidents chypriotes grecs légitimes de Famagouste à retourner sous l’administration chypriote turque en les encourageant à réclamer leurs propriétés devant « l’inefficace » Commission des biens immobiliers, où leur propriété sera alors contestée.

A noter que cette occupation enfreint les accords de droit international y relatifs, notamment les décisions de l’UE en la matière ainsi que les résolutions 550 (1984) et 789 (1992) du Conseil de sécurité de l’ONU.

La situation actuelle pose non seulement un danger pour la stabilité politique de la République de Chypre, mais aussi pour la stabilité de la Méditerranée de l’Est entière.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  • Quelle est la position du Luxembourg et de l’Union européenne concernant les développements récents sur l’île de Chypre ?
  • Quelles suites le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne entend-il réserver aux actions du gouvernement turque ?
  • Quelle est la position du Luxembourg en ce qui concerne la « solution à deux États » pour la République de Chypre, telle qu’évoquée par le président turc et refusée catégoriquement par la présidente de la Commission von der Leyen ? »

Answer

Réponse à la question 1

L’Union européenne a fermement condamné les mesures unilatérales prises par la Turquie et les annonces inacceptables faites par le président turc et le dirigeant de la communauté chypriote turque le 20 juillet 2021 sur la réouverture d’une partie de la zone clôturée de Varosha. L’UE demande que l’on revienne immédiatement sur ces actions et que l’on annule toutes les mesures prises concernant Varosha depuis octobre 2020. Les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies concernant Varosha, en particulier les résolutions 550 (1984) et 789 (1992), doivent être intégralement respectées et appliquées.

L’UE insiste sur la nécessité d’éviter toute action unilatérale contraire au droit international et toute nouvelle provocation qui soit susceptible d’accroître les tensions sur l’île et de compromettre les efforts actuellement déployés pour trouver un terrain d’entente entre les parties en vue d’un règlement durable de la question chypriote.

Réponse à la question 2

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne discuteront lors de leur prochaine réunion des suites à réserver à un éventuel refus de la part de la Turquie de revenir sur ses actions contraires aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies. L’UE reste déterminée à recourir aux instruments et options dont elle dispose pour défendre ses intérêts et ceux de ses États membres ainsi que pour préserver la stabilité régionale.

Réponse à la question 3

Le Luxembourg reste pleinement attaché à un règlement global de la question chypriote, fondé sur une fédération bizonale et bicommunautaire, avec égalité politique, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies et aux principes sur lesquels l’Union est fondée.

Would you like this parliamentary question to be translated into English?

Share:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

More parliamentary questions

Pediatrics in Luxembourg

If the child is sick but the pediatrician is not available at the moment, parents can take their child to the children’s clinic, the Bohler Clinic or the children’s outpatient clinic in the North Hospital. In addition to long waiting times, parents from the north and east of the country in particular often have to travel long distances. DP MPs André Bauler and Carole Hartmann therefore wanted to know from the Minister of Health how many staff work in pediatrics and whether further services will be offered for the north and east.

read more...

When does the CGDIS – Psychological Support Group intervene?

As part of the CGDIS, the Psychological Support Group steps in when there are accidents, disasters or other incidents. Where have the volunteer teams been deployed recently, how many volunteers are currently committed in the teams and has the Covid crisis aggravated the situation for the teams over the past years? Our MPs Claude Lamberty and Max Hahn have asked the responsible ministry for clarifications.

read more...