Carole Hartmann

Il faut remettre les intérêts des salariés au premier plan

Le DP est convaincu que chaque collaborateur sait comment travailler au mieux. Le droit du travail doit donc correspondre aux idées et aux réalités des travailleurs.

Les salariés comme les employeurs souhaitent davantage de flexibilité dans l’organisation des heures de travail. Des horaires de travail plus flexibles garantissent un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et les entreprises peuvent mieux adapter leur travail à l’environnement économique. Pour le DP, il est donc évident que le dialogue social dans les entreprises doit être renforcé.

Les conventions collectives ou les plans sectoriels ne sont pas toujours la meilleure solution en tant qu’approche par le haut. Après tout, ce sont les employés et les employeurs qui connaissent le mieux leur entreprise. C’est pourquoi nous avons besoin de plus de flexibilité pour des accords internes entre les délégations du personnel et les employeurs.

Nous voulons donc un droit du travail avec la flexibilité nécessaire pour toutes les entreprises – que ce soit avec ou sans convention collective. Il n’est pas acceptable non plus pour le PDD que les entreprises et leurs salariés ne puissent bénéficier de modèles innovants tels que les comptes épargne-temps, sans convention collective.

Cependant, il serait très avantageux pour les employés de pouvoir répartir leurs heures de travail de manière plus flexible, surtout si leur chemin pour se rendre au travail est plus long. Cela rendrait les entreprises plus attrayantes pour les frontaliers, dont notre pays dépend fortement.

Le récent débat sur les heures de travail du dimanche reflète ceci également. Pour beaucoup de gens, quatre heures de travail sur un aller-retour de deux heures ne valent tout simplement pas la peine. Des réglementations rigides empêchent ainsi les entreprises et les salariés de mieux organiser leur travail.

Notre droit du travail doit être rapidement modernisé et donner plus de liberté aux gens. C’est précisément pour cela que le DP s’engage. Il s’agit notamment des comptes d’épargne temps général et du temps de travail annuel. Cela donne aux salariés une plus grande autonomie et aux entreprises une meilleure compétitivité.

Les demandes du DP reposent sur les intérêts des salariés qui veulent eux-mêmes travailler de manière plus flexible. Dans le même temps, nous n’abolirons pas les droits fondamentaux des salariés – tels que le nombre maximum d’heures de travail par jour et par semaine.

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus d'actualités

Claude Lamberty

Un paquet de solidarité pour le pays et les gens

Dans sa Tribune Libre à la radio cette semaine, notre secrétaire général Claude Lamberty évoque le paquet de solidarité historique de 830 millions d’euros, sur lequel la Tripartite s’est mis d’accord afin d’apporter aux citoyens et aux entreprises le soutien nécessaire pour traverser la crise actuelle.

lire plus...

Tous unis contre la Russie

Dans sa tribune libre à la radio, notre député Gusty Graas parle des attaques russes contre l’Ukraine et des mesures dont disposent les pays qui veulent défendre la liberté contre le régime de Wladimir Poutine.

lire plus...
Yuriko Backes

Yuriko Backes – la nouvelle ministre des Finances

En tant que ministre des Finances, il est naturel de veiller à ce que nos finances publiques restent solides. En effet, nous voulons préparer notre pays à l’avenir en mettant l’accent sur le développement durable et en investissant dans le développement numérique.

lire plus...

Bureau du Citoyen

Le Premier ministre Xavier Bettel a annoncé à l’automne dernier la formation d’un Bureau du citoyen pour le climat. Tout a commencé fin janvier : lors de la première d’une quinzaine de réunions, les membres ont d’abord été informés de l’état actuel de la politique climatique.

lire plus...