Le droit à l’oubli pour certaines pathologies?

Le dispositif du droit à l'oubli dans le cadre de l'assurance solde restant dû est en vigueur depuis janvier 2020. Un Comité de suivi et de réévaluation fut instauré afin de veiller à la bonne application des dispositions de la convention et au respect des engagements des parties. C'est dans ce contexte que notre député Gusty Graas a posé une série de questions à Madame la Ministre de la Santé.

« Le 1er janvier 2020 est entrée en vigueur une convention entre le ministère de la Santé et l’Association des Compagnies d’Assurance et de Réassurance (ACA), mettant en œuvre un dispositif « droit à l’oubli » dans le cadre de l’assurance solde restant dû.

L’objectif de cette convention est entre autres de faciliter l’accès à cette assurance aux personnes présentant un risque aggravé en raison d’une pathologie cancéreuse, d’une infection virale à l’hépatite C ou d’une infection par le VIH.

Un Comité de suivi et de réévaluation fut instauré afin de veiller à la bonne application des dispositions de la convention et au respect des engagements des parties.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

  • Madame la Ministre, dispose-t-elle des chiffres de personnes ayant pu accéder à une assurance solde restant dû grâce à la convention mentionnée ci-dessus ?
  • Le Comité de suivi a-t-il reçu toutes les données statistiques de l’année 2020 des compagnies d’assurance signataires, comme l’exige la convention ? Dans l’affirmative, quelles conclusions peuvent être tirées de ces données ?
  • Est-il éventuellement prévu d’élargir le droit à l’oubli à d’autres pathologies ?
  • Par combien de réclamations le Comité de suivi a-t-il été saisi l’année dernière ? Quelles ont été les suites réservées à ces réclamations ? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Est-ce que la présence de la punaise diabolique a déjà été confirmée au Luxembourg ?

La punaise diabolique bambou est un insecte envahissant originaire d’Asie qui cause de nombreux maux de tête aux viticulteurs, producteurs de fruits et légumes. Ces punaises peuvent effectivement causer de très gros dégâts dans les vignes, les vergers ou les jardins potagers. Les membres du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé aux ministres concernés si ces insectes s’étaient déjà propagés au Luxembourg et si des dégâts avaient déjà été détectés dans les cultures.

lire plus...

Quel support pour la minorité Hazara persécutée en Afghanistan ?

Selon une investigation de la chaîne d’information BBC, la minorité Hazara serait à nouveau persécuté par les talibans en Afghanistan. Sous le prétexte d’y habiter illégalement, des centaines de personnes sont actuellement expulsées de leur maison. Notre député Gusty Graas a demandé au Ministère des Affaires étrangères et européennes si, à l’instar des missions lors de la prise de pouvoir des talibans, des interventions sont prévues afin de venir au secours à cette communauté et quelle sera la position du Gouvernement taliban au sein des Nations Unies.

lire plus...

Pour quand la disparition de la barrière ferroviaire à Diekirch gare?

Il y a un an, le ministre de la Mobilité a annoncé un réaménagement complet du quartier devant la gare de Diekirch, avec notamment la disparition de la barrière ferroviaire et la création d’un pôle d’échange. Le député du DP André Bauler a donc demandé où en étaient les études de faisabilité et quand les travaux pourraient commencer.

lire plus...

Qu’en est-il de la validité de la vaccination contre la Covid-19 ?

Certains pays limitent la validité de la vaccination contre la Covid-19 pour l’entrée sur le territoire. Pour les personnes qui ont été vaccinées au début de l’année, la validité de la vaccination expirera donc bientôt. Les députés du Parti démocratique Claude Lamberty et Carole Hartmann ont demandé aux ministres responsables si le Luxembourg prévoit également une telle limite de validité et ce qui peut être fait au niveau européen.

lire plus...