Le droit à l’oubli pour certaines pathologies?

Le dispositif du droit à l'oubli dans le cadre de l'assurance solde restant dû est en vigueur depuis janvier 2020. Un Comité de suivi et de réévaluation fut instauré afin de veiller à la bonne application des dispositions de la convention et au respect des engagements des parties. C'est dans ce contexte que notre député Gusty Graas a posé une série de questions à Madame la Ministre de la Santé.

« Le 1er janvier 2020 est entrée en vigueur une convention entre le ministère de la Santé et l’Association des Compagnies d’Assurance et de Réassurance (ACA), mettant en œuvre un dispositif « droit à l’oubli » dans le cadre de l’assurance solde restant dû.

L’objectif de cette convention est entre autres de faciliter l’accès à cette assurance aux personnes présentant un risque aggravé en raison d’une pathologie cancéreuse, d’une infection virale à l’hépatite C ou d’une infection par le VIH.

Un Comité de suivi et de réévaluation fut instauré afin de veiller à la bonne application des dispositions de la convention et au respect des engagements des parties.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

  • Madame la Ministre, dispose-t-elle des chiffres de personnes ayant pu accéder à une assurance solde restant dû grâce à la convention mentionnée ci-dessus ?
  • Le Comité de suivi a-t-il reçu toutes les données statistiques de l’année 2020 des compagnies d’assurance signataires, comme l’exige la convention ? Dans l’affirmative, quelles conclusions peuvent être tirées de ces données ?
  • Est-il éventuellement prévu d’élargir le droit à l’oubli à d’autres pathologies ?
  • Par combien de réclamations le Comité de suivi a-t-il été saisi l’année dernière ? Quelles ont été les suites réservées à ces réclamations ? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Pourquoi le rappel d’appareils respiratoires a-t-il été annoncé si tard ?

En juillet 2021, une entreprise a rappelé ses appareils respiratoires médicaux dans le monde entier. Ce rappel n’a toutefois été annoncé que fin octobre au Luxembourg. Le député du DP Gusty Graas a demandé à la ministre de la Santé qui est responsable de la communication avec les personnes concernées dans une telle situation, pourquoi l’information n’a pas été communiquée à temps et si les procédures devraient éventuellement être adaptées.

lire plus...

Des mesures supplémentaires sont-elles prises pour faire face aux nombreux cas de bronchiolite ?

Le nombre élevé de bronchiolites entraîne une surcharge des services de pédiatrie. En France, le “plan blanc” a été annoncé au niveau national, un plan sanitaire d’urgence et de crise visant à améliorer le fonctionnement des hôpitaux en cas d’épidémie.
Les députés du DP Carole Hartmann et Gilles Baum ont voulu savoir de la Ministre de la Santé si des mesures supplémentaires seront prises dans notre pays pour continuer à garantir les soins de santé à nos enfants et comment éviter à l’avenir une surcharge des services pédiatriques.

lire plus...

AMMD démissionne du Conseil de gérance de l’Agence eSanté

Les membres de l’AMMD ont démissionné du Conseil de gérance de l’Agence eSanté. Les députés du DP Carole Hartmann et Gusty Graas ont voulu savoir de la part des ministres responsables comment ils réagiraient à cette démission, quels effets cela aurait sur le fonctionnement du Conseil de gérance et si un dialogue avec l’AMMD sera recherché.

lire plus...