Les interventions de médecine esthétique au Luxembourg provoquent-elles souvent des effets secondaires indésirables ?

L'intérêt pour la médecine esthétique ne cesse de croître. Malheureusement, il arrive aussi régulièrement que des interventions soient pratiquées par des personnes sans formation adéquate. Les conséquences sont de véritables dangers pour les patients. Le député du DP Gusty Graas a voulu savoir des ministres concernés s'il existe des chiffres sur les interventions esthétiques au Luxembourg et combien de fois des patients ont dû être traités en raison d'effets secondaires indésirables.

Question

« Une étude de l’International Master Course in Aging, un congrès européen réunissant les professionnels du secteur de la chirurgie et de la médecine esthétiques a révélé que depuis 2019 les 18 à 34 ans ont davantage recours à la chirurgie esthétique que les 50 à 60 ans.

En France, le nombre d’interventions en chirurgie esthétique a ainsi bondi de 20% en 2020.

Cet intérêt accru pour les interventions esthétiques attire également des faux professionnels sans formation adéquate. Cela représente un réel risque pour les patients, qui peuvent se retrouver avec des déformations du visage, une peau rétractée ou des croûtes noires.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé et à Monsieur le Ministre de la Sécurité sociale :

  • Est-ce que le nombre d’interventions esthétiques par année est connu au Luxembourg?
  • Madame et Monsieur les Ministres, disposent-ils de chiffres concernant les patients traités au Luxembourg pour des effets secondaires indésirables causés par des interventions de chirurgie ou médecine esthétiques ?
  • Dans l’affirmative, quel est l’âge des patients traités ?
  • Madame la Ministre, dispose-t-elle d’informations sur des « faux professionnels » qui proposent des traitements dans le domaine de la médecine esthétique au Luxembourg ? Dans l’affirmative, comment le ministère de la Santé entend-il lutter contre ces traitements médicaux illégaux ? »

Réponse

–    Est-ce que le nombre d’interventions esthétiques par année est connu au Luxembourg ?

Le nombre d’interventions esthétiques n’est pas connu au Luxembourg.

–    Madame et Monsieur les Ministres, disposent-ils de chiffres concernant les patients traités au Luxembourg pour des effets secondaires indésirables causés par des interventions de chirurgie ou médecine esthétiques ?

–    Dans l’affirmative, quel est l’âge des patients traités ?

Le ministère de la Santé ne dispose d’aucune information sur le traitement de patients pour des effets secondaires indésirables causés par des interventions de chirurgie ou de médecine esthétiques.

–    Madame la Ministre, dispose-t-elle d’informations sur des « faux professionnels » qui proposent des traitements dans le domaine de la médecine esthétique au Luxembourg ? Dans l’affirmative, comment le ministère de la Santé entend-il lutter contre ces traitements médicaux illégaux ?

Le ministère de la Santé n’a pas connaissance de « faux professionnels » qui proposent des traitements dans le domaine de la médecine esthétique au Luxembourg.

En ce qui concerne la lutte contre d’éventuels traitements médicaux illégaux, les fonctionnaires de la Direction de la Santé disposant de la qualité d’officiers de police judiciaire, sont autorisés à effectuer des contrôles dans les cabinets et peuvent ainsi constater d’éventuels exercices illégaux.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Évolution du chômage dans le secteur immobilier ?

En raison de la crise dans le secteur de l’immobilier, de plus en plus d’entreprises doivent licencier du personnel. Le député du DP André Bauler a demandé au Ministre du Travail s’il existait des chiffres sur l’évolution du chômage, combien de travailleurs ont retrouvé un emploi et combien de personnes ont bénéficié des mesures de formation continue de l’Adem.

lire plus...
Luxembourg Police car vehicle

Plus de présence policière dans le quartier de la gare ?

En matière de criminalité liée à la drogue, les quartiers gare et Hollerich sont souvent nommés. Les habitants réclament plus de sécurité, les commissariats de police ne sont ouverts que de manière limitée ou devraient disparaître complètement à l’avenir. Dans ce contexte, qu‘est-ce qui est fait pour assurer une présence policière ? Notre députée Corinne Cahen a posé la questions aux ministères responsables.

lire plus...

Une passerelle pour mieux relier la gare de Cents-Hamm et Hamm?

Une passerelle pour piétons et cyclistes entre la gare de Cents-Hamm et Hamm pourrait rendre les transports publics plus intéressants pour de nombreuses personnes qui travaillent ou vont à l’école à Hamm, et le trajet serait nettement plus sûr. La députée DP Corinne Cahen a donc demandé au ministre de la Mobilité et des Travaux publics Yuriko Backes si la construction d’une telle passerelle n’était pas envisageable.

lire plus...