Les patients sont-ils refusés aux urgences de l’hôpital de Kirchberg ?

Les députés du DP Max Hahn et Gusty Graas ont appris que l'hôpital de Kirchberg refusait parfois, pendant la "petite garde", des patients amenés aux urgences en ambulance. Dans une question parlementaire, ils ont donc voulu demander aux ministres compétents si cela était vrai et, dans l'affirmative, ce qui était fait pour éviter de tels cas.

Question

« Dans la région centrale, les deux hôpitaux Hôpital Kirchberg et le Centre Hospitalier (CHL) organisent à tour de rôle le service de garde.

En semaine, les deux hôpitaux sont ouverts de 7h00 à 17h00, ce qui permet au service de secours du CGDIS de se rendre à l’hôpital de service le plus proche dans la région (à quelques exceptions près). Cela présente l’avantage non seulement de permettre aux patients de recevoir le plus rapidement possible d’autres diagnostics médicaux et thérapies, mais aussi de libérer rapidement les véhicules d’intervention pour d’autres missions de secours.

Il nous revient maintenant que ces derniers mois, la “petite garde” (de 7 à 17 heures les jours ouvrables) de l’hôpital du Kirchberg a refusé à plusieurs reprises de prendre en charge des patients, et ce à partir de 15h30 / 16h00 environ. Il en résulte que les véhicules de secours et leurs patients doivent parcourir de plus longues distances depuis le lieu d’intervention.

En outre, il arriverait aussi qu’après l’admission des véhicules de secours et leurs patients au service des urgences de l’hôpital Kirchberg, cet hôpital refuserait néanmoins de prendre en charge ces patients qui devraient alors être transférés au CHL.

Les équipes de secours donnent parfois un feedback au Central des Secours d’Urgence du 112 (CSU 112), même si ce n’est pas systématique.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de l’Intérieur et à Madame la Ministre de la Santé :

  • Madame la Ministre de l’Intérieur combien de cas de refus d’admission de patients par l’hôpital Kirchberg ont été enregistrés auprès du CSU 112 depuis le début de l’année 2022? Quelles en sont les causes ?
  • Combien de cas de refus d’admission de patients par le Centre Hospitalier ont été enregistrés par le CSU 112 depuis le début de l’année 2022? Quelles en sont les causes ?
  • Ces chiffres sont-ils transmis par le CGDIS ? Dans l’affirmative, qui est le destinataire ?
  • Quel est l’impact sur la disponibilité des véhicules d’intervention ?
  • Des instructions sont-elles données à l’équipe de secours sur ce qu’il convient de faire dans un tel cas ? Dans l’affirmative, lesquelles ?
  • Madame la Ministre de la Santé, est-elle au courant de ce problème ?
  • Que compte faire Madame la Ministre de la Santé concernant ce sujet ?
  • Les patients qui se présentent eux-mêmes au service des urgences de l’hôpital du Kirchberg avant 17 heures dans le cadre de la “petite garde” sont-ils également refusés ou dirigés vers le CHL ? »

Réponse

Depuis la mise en place de la garde parallèle des services d’urgence du CHL et de l’Hôpital Kirchberg, le 1er juin 2021, un accord – fruit du travail collaboratif – a été retenu entre le ministère de la Santé, le CGDIS et les deux hôpitaux précités. L’orientation des patients est indépendante de la garde diurne proposée par les deux hôpitaux et s’effectue de manière alternée.  

L’accord détermine les règles d’orientation des patients de la région Centre lors des périodes de garde parallèle pour permettre aux patients de recevoir le plus rapidement possible une prise en charge médicale adaptée et au CGDIS de garantir sa couverture opérationnelle.

A notre connaissance il n’y a pas eu de refus de prise en charge ni de la part du CHL ni de la part de l’Hôpital Kirchberg, mais des réorientations pour des motifs médicaux ou organisationnels.

Le Central des secours d’urgence 112 assure le suivi de toute réorientation vers un autre établissement hospitalier par le biais d’un officier santé ainsi que l’appui à l’équipage des ambulances.

Dans une démarche de constante amélioration, les cas de réorientation ont été analysés et un bilan du fonctionnement de la garde parallèle sera préparé par le ministère de la Santé pour aborder tous ces aspects.

Enfin, nous tenons à conclure que ces cas de réorientation restent exceptionnels.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Renforcer les droits des indépendantes enceintes

Les salariées enceintes peuvent demander une dispense de travail avant leur congé de maternité, par exemple si elles sont incapables de travailler pour des raisons de santé. Les indépendantes n’ont pas cette possibilité, ce qui peut avoir un impact négatif sur le recalcul de leur indemnité pécuniaire de maternité.
Les députées du DP Carole Hartmann et Mandy Minella ont demandé aux ministres compétents si une dispense de travail rémunérée ou un mécanisme équivalent serait introduit pour les indépendantes enceintes.

lire plus...

Une pharmacie va-t-elle s’installer à Bettendorf ?

En 2023, la Ministre de la Santé de l’époque avait refusé d’installer une pharmacie à Bettendorf. Comme la population de la région de Bettendorf ne cesse de croître, le député du DP André Bauler a demandé à la nouvelle Ministre de la Santé si elle reconsidérerait la décision de son prédécesseur. La Ministre de la Santé a-t-elle peut-être déjà été contactée par la commune de Bettendorf et d’autres communes pourraient-elles recevoir une nouvelle pharmacie?

lire plus...

Introduction d’un dépistage du cancer de la peau ?

Depuis 2008, il existe en Allemagne un dépistage du cancer de la peau pour tous les assurés âgés de 35 ans et plus. De nombreux cas de cancer de la peau sont ainsi détectés plus tôt.
Les députés du DP André Bauler et Gilles Baum ont voulu savoir de la Ministre de la Santé comment les chiffres du cancer de la peau ont évolué ici dans le pays depuis 2013, si un tel dépistage serait également utile au Luxembourg et pourquoi seuls les chiffres du mélanome (cancer noir de la peau) sont collectés.

lire plus...
Kanner App Bildung

Réaffectation des enseignants de l’enseignement fondamental dans leur commune

Les députés du DP Gilles Baum et Barbara Agostino ont posé des questions au Ministre de l’Éducation national concernant la réaffectation des enseignants de l’enseignement fondamental dans leur commune. Ils voulaient notamment savoir combien de postes ont été publiés sur la liste 1bis ces 5 dernières années, quel est l’approche concernant la priorisation des candidats et, de manière générale, si la nomination pour la liste 1 par les communes est toujours de mise.

lire plus...