Quel est le taux de réponse moyen aux invitations envoyées dans le cadre du programme de dépistage «Large Scale Testing»?

Alors que la deuxième phase du programme de dépistage à grande échelle expire le 24 mars 2021, le gouvernement vient d'annoncer qu'une troisième phase sera lancée d'ici le 15 mars 2021 et s'achèvera le 15 juillet 2021. Dans ce contexte, la députée Carole Hartmann aimerait savoir de la part du ministre de la Santé, quel est le taux de réponse moyen aux invitations envoyées dans le cadre du programme de dépistage «Large Scale Testing»?

« Depuis le 24 février 2020, plus de 1,8 million de tests de dépistage ont été réalisés au Luxembourg, dont un million dans le cadre du programme de dépistage “Large Scale Testing”.

La deuxième phase du programme de dépistage à large échelle venant à échéance le 24 mars 2021, le gouvernement vient d’annoncer qu’une troisième phase sera lancée au plus tard le 15 mars 2021 et prendra fin le 15 juillet 2021. 

Au vu des données et statistiques recueillies jusqu’à présent, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

  • Quel est, ventilé par tranche d’âge et par secteur d’activités, le taux de réponse moyen aux invitations envoyées dans le cadre du programme de dépistage “Large Scale Testing” ?
  • Combien de résidents ont déjà subi au moins un test de dépistage dans le cadre du “Large Scale Testing” ? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

De l’eau potable de la Moselle?

Des études sont actuellement menées pour éventuellement traiter l’eau de la Moselle à des fins de consommation humaine à l’avenir. Les députés du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé quand ces études seront terminées et quelle est la qualité de l’eau de la Moselle.

lire plus...

Extension de la peine de mort au Bélarus

Le 18 mars de cette année, le Bélarus a étendu par décret la possibilité d’être condamné à la peine de mort, de sorte que désormais non seulement les auteurs d’un acte terroriste mais aussi ceux qui auraient tenté un tel acte peuvent être punis de la peine de mort. L’opposition voit dans cette décision une tentative de réprimer la libre expression d’opinion et les opposants au gouvernement. Comment évaluer cette situation ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné auprès du Ministère des Affaires étrangères.

lire plus...