Reconnaissance internationale de l’écocide comme crime: quels sont les efforts du Luxembourg?

Le gouvernement a arrêté dans son accord de coalition actuel qu'il soutiendra la reconnaissance de l'écocide. Les députés du DP Gusty Graas et Max Hahn ont voulu savoir des ministres compétents quels ont été les efforts du Luxembourg jusqu'à présent dans ce sens.

« Lors de l’assemblée des États parties au Statut de Rome en décembre dernier, la Belgique a plaidé pour l’élargissement des compétences de la Cour pénale internationale pour y inclure le crime d’écocide, c.-à-d. la destruction volontaire de systèmes écologiques causant des dégâts graves et durables à l’écosystème terrestre.

Par ailleurs, en ce qui concerne le Luxembourg, l’accord de coalition actuel affirme que : « La reconnaissance de l’écocide en droit pénal international sera soutenue. »

Dans ce contexte nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes et à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable :

– Quels efforts ont été entrepris jusqu’à présent par le Luxembourg au niveau européen et international afin de faire reconnaître l’écocide dans le droit européen et international ?

– Est-ce que le Luxembourg participe dans des groupes de travail internationaux pour développer un concept juridique précis d’écocide ainsi que des pistes pour son mise en application ? Dans l’affirmative, quel en est l’état des travaux ?

– Madame la Ministre juge-t-elle opportun l’introduction de la notion d’écocide dans la législation nationale, à l’instar des initiatives en France et en Belgique ? Dans l’affirmative, est-il prévu d’élaborer un projet de loi ? »

Réponse

Le Luxembourg suit de près les réflexions internationales sur cette question, ainsi que les différentes initiatives au niveau national et international, ont indiqué les ministres dans leur réponse. En ce qui concerne l’introduction de la notion d’écocide dans le droit luxembourgeois, il serait encore trop tôt pour se prononcer.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Comment le service aux patients peut-il être amélioré à l’avenir pour les mammographies ?

La Commission européenne a émis une recommandation pour faire la mammographie pour les femmes âgées de 45 à 74 ans. Actuellement, au Luxembourg, le dépistage obligatoire n’est pratiqué que pour les femmes de plus de 50 ans. Il faut souvent trop de temps pour obtenir un rendez-vous pour un check-up. Notre députée Carole Hartmann a demandé au Ministère de la Santé si cela va changer à l’avenir.

lire plus...

Poutine utilisera-t-il les référendums pour recourir à des armes plus puissantes ?

Dans son allocution télévisée, le président russe a désigné l’intégrité territoriale de la Russie comme la priorité absolue. Et si les référendums dans la région de Donestk étaient en faveur de la Fédération de Russie ? Poutine verra-t-il cela comme une incitation à utiliser des armes plus tranchantes ? Notre député Gusty Graas a vérifié auprès du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

lire plus...

Quand y aura-t-il une solution digitale uniforme pour le système de santé publique au Luxembourg ?

Avec l’application santé, le Réseau Santé Numérique en collaboration avec l’AMMD a développé une application qui permettrait au patient d’effectuer numériquement toutes ses démarches médicales. Malgré un accord politique, cette application ne serait-elle utilisée que de manière conditionnelle et limitée ? Pourquoi l’application n’est-elle pas utilisée et quand y aura-t-il des solutions uniformes dans ce fichier ? Nos adjoints Carole Hartmann, Gilles Baum et Gusty Graas se sont inscrits.

lire plus...

Retards dans les tests de dépistage de la tuberculose pour les réfugiés ukrainiens

Les personnes ayant fui l’Ukraine et souhaitant travailler ou aller à l’école au Luxembourg, doivent au préalable se soumettre à une visite médicale et à un test de tuberculose pour compléter leur dossier. En raison de retards dans les rendez-vous, bon nombre de ces personnes sont actuellement bloquées dans le processus. Quand ces personnes sont-elles autorisées à commencer à chercher un emploi et ces enfants n’ont-ils pas le droit d’aller à l’école ? Notre députée Carole Hartmann a interpellé les ministères compétents.

lire plus...