Ukraineschen

Combien de Luxembourgeois font la guerre en Ukraine?

Gusty Graas a demandé au ministre des Affaires étrangères s'il savait si des ressortissants ou des résidents luxembourgeois s’étaient engagés dans la légion étrangère ukrainienne.

Suite à l’invasion russe de l’Ukraine, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait un appel aux étrangers de rejoindre la légion internationale pour la défense de l’Ukraine. Le pays disposant d’une base légale à cet effet, les volontaires sont, après leur inscription, intégrés au sein de l’armée régulière ukrainienne. Ainsi les volontaires deviennent des combattants et bénéficient ainsi des protections à leur égard, aux termes de l’article 43 du Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), du 8 juin 1977. En date du 6 mars, le Ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba, a annoncé que plus de vingt mille personnes originaires de cinquante-deux pays avaient déjà déclaré leur souhait de rejoindre la légion étrangère ukrainienne.

Dans ce contexte j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  • Monsieur le Ministre a-t-il connaissance de ressortissants ou résidents luxembourgeois ayant adhéré à la légion étrangère ukrainienne, ou du moins qui ont exprimé leur volonté de le faire ?
  • Comment Monsieur le Ministre se positionne-t-il par rapport à l’engagement de ressortissants ou résidents luxembourgeois au sein de la légion étrangère ukrainienne?
  • Quelles sont les procédures à suivre si un ressortissant ou résident luxembourgeois décède ou est fait prisonnier de guerre en Ukraine ?
  • Existe-t-il des mesures de soutien ou de suivi avant ou après un engagement d’un ressortissant ou résident luxembourgeois au sein de la légion étrangère ukrainienne ? Dans la négative, Monsieur le Ministre est-il en cours d’élaborer un tel dispositif ?

Réponse

Monsieur le Ministre a-t-il connaissance de ressortissants ou résidents luxembourgeois ayant adhéré à la légion étrangère ukrainienne, ou du moins qui ont exprimé leur volonté de le faire ?

Le Ministère des Affaires étrangères et européennes n’a pas connaissance de ressortissants ou résidents luxembourgeois ayant adhéré à la légion étrangère ukrainienne.

Comment Monsieur le Ministre se positionne-t-il par rapport à l’engagement de ressortissants ou résidents luxembourgeois au sein de la légion étrangère ukrainienne ?

Le Ministère des Affaires étrangères et européennes déconseille formellement aux ressortissants et résidents luxembourgeois de se rendre en Ukraine.

Quelles sont les procédures à suivre si un ressortissant ou résident luxembourgeois décède ou est fait prisonnier de guerre en Ukraine ?

Le traitement des combattants décédés et des prisonniers de guerre est régi par les Conventions de Genève et leurs Protocoles additionnels.

Existe-t-il des mesures de soutien ou de suivi avant ou après un engagement d’un ressortissant ou résident luxembourgeois au sein de la légion étrangère ukrainienne ? Dans la négative, Monsieur le Ministre est-il en cours d’élaborer un tel dispositif ?

Comme indiqué, le Ministère des Affaires étrangères et européennes n’a pas connaissance d’un tel engagement. Aucune mesure de soutien ou de suivi ne s’applique dès lors.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

De l’eau potable de la Moselle?

Des études sont actuellement menées pour éventuellement traiter l’eau de la Moselle à des fins de consommation humaine à l’avenir. Les députés du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé quand ces études seront terminées et quelle est la qualité de l’eau de la Moselle.

lire plus...

Extension de la peine de mort au Bélarus

Le 18 mars de cette année, le Bélarus a étendu par décret la possibilité d’être condamné à la peine de mort, de sorte que désormais non seulement les auteurs d’un acte terroriste mais aussi ceux qui auraient tenté un tel acte peuvent être punis de la peine de mort. L’opposition voit dans cette décision une tentative de réprimer la libre expression d’opinion et les opposants au gouvernement. Comment évaluer cette situation ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné auprès du Ministère des Affaires étrangères.

lire plus...