Dépression après la naissance

La naissance d'un enfant est l'un des plus beaux moments de la vie de chaque parent. Dans certains cas, il arrive toutefois que la mère ou le père développe une "dépression postnatale", qui se manifeste entre autres par une profonde tristesse. Dans ce contexte, notre députée Carole Hartmann s’est informée sur la prise en charge des personnes concernées auprès de la Ministre de la Santé.

« No der Gebuert erliewe vill Mammen eng kuerz Phase an där si sech traureg, gereizt, midd a veronséchert fillen – dee sougenannte „Baby Blues“.  An der Reegel verflitt dëse Gemittszoustand ganz ouni Behandlung an hält just e puer Stonnen oder Deeg un.

Wann d’Symptomer allerdéngs méi schlëmm ginn a sech iwwer Wochen oder souguer Méint ewech zéien, ka sech dohannert eng eescht Erkrankung mat potenziell schwéiere Folge fir d’Mamm, d’Kand an d’Famill verstoppen. Riets geet vun der „post-nataler Depressioun“. Hei ass et wichteg sou schnell wéi méiglech ëm Hëllef ze froen.

An deem Kader wollt ech der Madamm Gesondheetsministesch folgend Froe stellen:

  • Wéi vill jonk Mammen leiden zu Lëtzebuerg an der Moyenne ënnert „post-natalen Depressiounen“ ? Wéi huet sech dës Zuel iwwer déi leschte Joren verännert a wat sinn d’Ursaachen dofir ?
  • Ginn et bestëmmte Facteuren, déi de Risk un enger „post-nataler Depressioun“ ze  erkranken erhéijen? Kann de sozio-kulturellen Hannergrond eventuell och eng Roll heibäi spillen ?
  • Ënnert wéi enger Form gi schwanger Fraen an hir Partner iwwer de Sujet vun der „post-nataler Depressioun“ sensibiliséiert? Wéi eng Preventiounsmesuren existéieren zu Lëtzebuerg ?
  • Wéi eng Strukturen ginn et hei am Land fir de betraffene Persounen ze hëllefen? Wéi eng Zorte vu Behandlungen ginn ugebueden a ginn dës vun der Krankekeess rembourséiert ?
  • Nieft de Mammen kënnen och d‘Pappen no der Gebuert ënnert gréisseren Depressiounen leiden. Huet d’Madamm Ministesch eventuell Statistiken iwwer d’Unzuel vun de betraffene Männer? »

Réponse

Selon la ministre de la Santé, le Luxembourg ne collecte pas de statistiques sur la dépression périnatale. Cependant, elle serait bien consciente qu’il existe des mères et des pères qui souffrent de ce problème. Le stress et les complications pendant la grossesse ou l’accouchement, les conflits au sein de la famille ou avec le partenaire, ainsi que les problèmes financiers et sociaux seraient des facteurs de risque bien connus. En ce qui concerne les mesures de prévention, la thématique serait abordée dans les cours prénataux et discutée avec les médecins, infirmières, sage-femmes etc.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires