Corinne Cahen

Entretien avec la Ministre de la Famille Corinne Cahen

DP : Corinne, tu visites régulièrement des maisons de retraite et des maisons de soins. Comment vont les gens ? 

CC : La plupart du temps, les résidents se sentent bien. Cependant, des personnes âgées me disent tous les jours qu’elles ne veulent plus jamais être enfermées. Je peux très bien comprendre cette situation. Nous ferons donc tout notre possible pour que chacun puisse vivre sa vie de manière indépendante, y compris dans les maisons de retraite et de soins. En même temps, nous protégerons bien sûr les habitants au maximum de la Covid-19. Les résidents des maisons de retraite et de soins sont presque tous vaccinés. J’espère que la Covid 19 ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir.

DP : Qu’a fait le ministère de la Famille pendant la crise jusqu’à présent?

CC : En mars de l’année dernière, nous nous sommes efforcés de faire en sorte que les foyers disposent des équipements de protection nécessaires. Cela n’a pas été facile à l’époque, nous étions en manque de tout. En collaboration avec les chargés de direction, nous avons veillé à ce que les résidents soient maintenus mentalement et physiquement en mouvement lors du premier lockdown. Nous avons également élaboré et adopté des recommandations avec le ministère de la Santé et avec la COPAS (c’est-à-dire le secteur), auxquelles les maisons ont toutes adhéré. Ces recommandations règlent le comportement des responsables, du personnel, des résidents et, dans différentes situations, le matériel qu’ils doivent utiliser ainsi que les procédures qu’ils doivent suivre.

Il était important pour nous de donner à tout moment des réponses différenciées à des situations très différentes.

Corinne Cahen

En outre, avec les médecins, nous avons organisé ce que l’on appelle des lignes de garde pour que les personnes puissent être traitées et soignées à la maison – même pendant la nuit et les week-ends. Il était important pour nous de toujours trouver un équilibre entre la protection contre le virus et la liberté individuelle. De plus, les mesures devaient être telles qu’elles ne rendent pas les gens plus malades que la Covid elle-même.

Nous avons organisé le Kit Covid (les bons médicaments pour que les gens puissent être correctement soignés), nous avons organisé des formations à l’hygiène et nous avons mis en place des indicateurs de suivi. Tout cela sans oublier le contact permanent que j’ai toujours entretenu avec la direction pour pouvoir réagir ensemble à chaque situation individuelle.

Nous avons également immédiatement mis en place la réserve sanitaire, sur laquelle les gestionnaires se sont également appuyés. Il ne faut pas oublier qu’en raison de la quarantaine et de l’isolement, il y avait un manque de personnel à plusieurs reprises.

Avec le LST, nous avons introduit un test systématique dans les maisons en automne 2020, les résidents et le personnel ont été régulièrement testés et fin décembre 2020, la campagne de vaccination a commencé.

Lorsque des tests rapides fiables ont enfin été introduits l’année dernière, ils ont été intégrés dans la loi COVID et sont aujourd’hui encore utilisés systématiquement par les résidents, le personnel et les visiteurs.

DP : Quelle a été la pire chose pour toi pendant cette période ?

CC : Le pire, c’est quand les gens tombent malades et meurent. J’ai moi-même vécu tellement de situations graves et cela me touche énormément. J’ai aussi souffert lorsque les gens pleuraient parce qu’ils n’étaient pas autorisés à voir leur famille. C’est horrible de devoir priver les gens de leur liberté pour les protéger. Et puis faire le grand écart, entre les personnes qui craignent terriblement le virus, et celles qui préfèrent prendre le risque de prendre leurs proches dans leurs bras plutôt que d’être isolées. C’est pourquoi, en automne, nous avons également décidé de ne plus fermer les structures, mais d’augmenter considérablement les mesures de sécurité autour des maisons, avec les lignes de garde, les tests et ensuite la vaccination.

DP : Comment le secteur se prépare-t-il pour l’automne ?

CC : Les résidents sont presque tous vaccinés et ils auront maintenant droit à une troisième vaccination pour augmenter à nouveau leurs anticorps. Cela signifie que l’évolution d’une infection ne devrait pas être aussi grave. Je serais heureuse si le taux de vaccination était encore plus élevé pour le personnel.

Je vais publier de nouvelles recommandations, que nous avons élaborées avec le secteur des soins et celui de la santé. Il s’agit surtout de savoir comment se comporter lorsque certains résidents sont à nouveau positifs au virus. Ceux qui emménagent dans des structures doivent être mis en quarantaine s’ils ne sont pas vaccinés.

DP : Est-il possible de visiter à nouveau les maisons de retraite et les maisons de soins ?

CC : Oui, les visites sont essentielles pour les personnes âgées. C’est pourquoi nous voulons tout faire pour ne plus restreindre les visites. Le “covid check” s’applique lors de la visite d’une maison de retraite ou d’une maison de soins.

Cela fonctionne très bien et nous allons continuer à le faire. Le visiteur doit porter un masque et, si possible, garder ses distances. Tout le monde doit contribuer à faire éloigner le virus des structures. Évidemment, cela fonctionne mieux quand les mesures sanitaires sont respectées.

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus d'actualités

Atert-Wark – la nouvelle section locale du DP au nord du pays

La commune der Mertzig, avec son bourgmestre Mike Poiré, a rejoigné la section locale de Redange et la section de fusion Atert-Wark s’est formée. Jusqu’en 2020 la commune de Mertzig faisait partie de la section locale de la « Nordstad ».

L’ancienne section de Redange a depuis très longtemps collaboré avec la section de Rambrouch. C’est pour cette raison que la section de Rambrouch avec son nouveau président seront également présentés.

lire plus...