Est-ce que la présence de la punaise diabolique a déjà été confirmée au Luxembourg ?

La punaise diabolique bambou est un insecte envahissant originaire d'Asie qui cause de nombreux maux de tête aux viticulteurs, producteurs de fruits et légumes. Ces punaises peuvent effectivement causer de très gros dégâts dans les vignes, les vergers ou les jardins potagers. Les membres du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé aux ministres concernés si ces insectes s'étaient déjà propagés au Luxembourg et si des dégâts avaient déjà été détectés dans les cultures.

D’marmoréiert Bamwanz ass en invasiivt Insekt aus Asien wat de Wënzer, Uebst- a Geméisgäertner vill Kappzerbrieches mécht. Dës Käffere kënnen effektiv ganz grouss Schied an de Wéngerten, Bongerten oder Geméisgäert uriichten. D’DP-Deputéiert André Bauler a Gusty Graas hu bei den zoustänneg Ministeren nogefrot, ob dës Käfferen sech och schonn zu Lëtzebuerg breet gemaach hunn an ob scho Schied an de Kulture constatéiert goufen.

« La punaise diabolique, ou punaise marbrée (Halyomorpha halys), est une espèce d’insectes envahissante originaire d’Asie de l’est. Observée en Europe depuis 2007, elle est présente en France depuis 2012, notamment en Alsace, mais aussi en Allemagne, Suisse, Italie, Autriche, Hongrie et Grèce.

La punaise diabolique est un problème pour plusieurs espèces cultivées. Elle peut causer des dommages importants à de nombreuses cultures de fruits et de légumes. Ces dommages peuvent non seulement affecter l’apparence des fruits et légumes, mais aussi affecter la production en causant leur avortement prématuré, ce qui nuit à leur mise sur le marché. 

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) lui a consacré en 2014 une analyse de risques montrant que cette espèce peut significativement nuire à l’arboriculture, à la viticulture, au maraîchage et à d’autres cultures. De plus, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a lancé un appel à vigilance via une application dénommée « AGIIR » pour que les citoyens puissent signaler sa présence.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable et à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural :

  • Est-ce que la présence de la punaise diabolique a déjà été confirmée au Luxembourg ?
  • Dans l’affirmative, quelles cultures étaient affectées ?
  • Que peut-on faire pour lutter contre cette espèce envahissante ?

Est-ce qu’une mise en place d’une application pour signaler la présence de cet insecte comme en France pourrait être envisagée ? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Quand l’application mobile sur les pollens sera-t-elle disponible ?

Le ministère de la Santé avait annoncé qu’une application gratuite serait proposée début 2020 pour informer les citoyens sur la concentration de pollen dans l’air.

Plus de trois ans après, cette application n’existe toujours pas. La députée du DP Carole Hartmann a donc demandé à la Ministre de la Santé où en étaient les travaux sur cette application et à qui le développement avait été confié ?

lire plus...

Le groupe Wagner est-il une organisation terroriste ?

Le 9 mai, l’Assemblée générale française a demandé dans une résolution d’ajouter le groupe Wagner à la liste des organisations terroristes. Quelle est la position de notre ministère des Affaires étrangères face à cette demande ? Le Luxembourg suivra-t-il ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné auprès du ministère compétent.

lire plus...

La prise en charge neurochirurgicale des patients au Luxembourg se détériore-t-elle ?

Récemment, la nomenclature des actes neurochirurgicales a été modifiée de manière à ce que les interventions intracrâniennes ne soient plus remboursées qu’au CHL, et non plus aux HRS. Les députés du DP Gilles Baum et Gusty Graas ont notamment demandé au ministre compétent si cette modification n’entraînait pas une détérioration de la prise en charge des patients et si le ministre n’était pas disposé à faire réexaminer cette modification.

lire plus...