Patrick Goldschmidt

Être aux côtés des habitants de Bonnevoie et de la Gare

Chers auditeurs,

Depuis des années, nous avons un problème de sécurité dans certaines parties de la Ville, notamment à la Gare et à Bonnevoie. Ce n’est pas nouveau et je ne sais pas si mes mains suffisent à énumérer combien de fois la commune est intervenue auprès des autorités nationales pour obtenir plus de compétences et plus d’aide… Nous voulons simplement avoir les moyens pour nous rapprocher de nos devoirs les plus importants : à savoir, celle d’assurer la sécurité des citoyens de la ville de Luxembourg. Nous soulignons depuis longtemps que quelque chose doit être fait… et 8 personnes sur 10 impliquées dans une enquête récente sont du même avis.

Le Collège des bourgmestre et échevins réclame depuis longtemps plus de policiers sur le terrain, une base légale pour l’expulsion (« Platzverweis ») et plus de pouvoirs pour les agents municipaux.

Depuis le mois de décembre de l’année dernière, nous avons engagé une société de gardiennage privée qui patrouille dans les rues concernées avec des chiens. Le soutien des citoyens est énorme. L’opposition cependant avance des arguments purement juridiques… Oui, on nous accuse même de violer le monopole de la force publique.

Ce n’était pas le cas et ce ne sera pas le cas à l’avenir ! Notre initiative est un véritable « appel à l’aide », car nous voulons simplement rétablir la sécurité et le sentiment de sécurité des habitants concernés. Ni plus, ni moins ! Et lorsque 2 personnes sur 3 saluent la mesure dans un sondage, cela montre à quel point les habitants approuvent cette mesure. La Ville de Déifferdeng a engagé une telle entreprise depuis 2 ans… ainsi que d’autres communes du pays. Mais on n’en parle pas… ni au niveau politique, ni au niveau syndical.

Chers auditeurs,

La Ville de Luxembourg a maintenant pris ses responsabilités, parce que nous ne voyions pas d’autre issue, parce que nous ne pouvons pas laisser les habitants sans solution face à cette situation. Ceci étant la première étape.

Cependant, pour que la situation s’améliore durablement, nous avons besoin de la collaboration combinée de toutes les autorités nationales et locales. En clair, cela signifie : plus de police, un moyen d’expulser, plus de compétences pour la police et pour les agents municipaux, une meilleure formation, une clarification de la législation sur les sociétés de gardiennage privées, des réglementations plus claires, qui permettent par exemple d’intervenir à l’entrée des immeubles. Bien entendu, l’encadrement social doit également être renforcé pour améliorer la situation en matière de criminalité, de prostitution et de drogue.

En attendant, les premières initiatives laissent présager une réaction positive des ministères directement concernés. Le problème national ne peut être abordé que si toutes les parties sont engagées. La Ville de Luxembourg a fait un premier pas. Allez, essayons de faire bouger les choses… et cela tous ensemble.

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus d'actualités

Pierre Gramegna

Un début d’année encourageant

Le 28 février 2021, le Ministre des finances, Pierre Gramegna, a présenté la situation des finances publiques aux députés de la Commission des finances et du budget et la Commission du contrôle de l’exécution budgétaire de la Chambre des députés.

lire plus...
Lydie Polfer

La sécurité publique dans la capitale

« Le premier rôle de l’État et des municipalités est de garantir la sécurité des citoyens. Il y a un énorme manque de sécurité à la gare et à Bonnevoie, mais ce n’est pas un phénomène nouveau », a déclaré la bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, à la Chambre des députés lors d’une heure d’actualité sur la sécurité publique.

lire plus...
André Bauler

Promouvoir davantage l’économie créative du Luxembourg

En 2015, l’économie créative du Luxembourg a permis de créer une valeur ajoutée d’environ 400 millions d’euros et d’employer plus de 7 000 personnes. Dans une question élargie au ministre des Classes moyennes, notre député André Bauler a voulu savoir comment le secteur s’est développé et quelles en seraient les perspectives d’avenir.

lire plus...