Fonctionnaire civil, syndicaliste et politicien par conviction

Le gilet de Jos. Schaack correspond à la couleur du ciel – bleu clair: nous sommes arrivés à la fin d’avril, le soleil brille et le Luxembourg souhaite revoir un printemps comme celui de l’année dernière, quand le pays était strictement confiné.

Nous nous installons à la terrasse du jardin. L’ancien secrétaire d’État, fonctionnaire et syndicaliste est conscient qu’il appartient à ceux qui sont privilégiés :

«Il est très clair que ce sont des temps difficiles, par exemple pour les familles avec enfants, et vivant dans un petit appartement». Jos et sa femme se sentent bien pris en charge: “Le gouvernement a brillamment surmonté cette crise unique.” Et une fois la facture doit être payée ? “Alors les larges épaules devraient supporter plus que les étroites !»

Pas de 1ère classe pour le soldat J.S.

Le père de Jos. Travaillait aux chemins de fer. Petit garçon, il vit dans une maison de la CFL à Pétange, qui est partagée par deux familles. «Je vivais une enfance belle et heureuse. J’avais rejoint les scouts à l’époque, mais le football a toujours été mon numéro un.» Quand la famille s’installe en ville, Jos joue dans la jeunesse de l’Union au «Verluerekascht». Il passe son examen des fin d’études au «Jongelycée» de Limpertsberg. Immédiatement après, en 1965, il doit servir dans l’armée pendant 8 mois. Le service obligatoire avait été réduit cette année-là; en 1968, il a été complètement aboli. Bien fait: «L’armée n’était pas du tout mon monde, j’étais contre. Et je suis toujours fier aujourd’hui de faire partie des deux personnes de ma compagnie qui n’ont PAS obtenu leur diplôme de première classe. Pour moi, c’était une sorte de récompense personnelle.»

Exemple Daleiden

De l’uniforme, le chemin conduit immédiatement à l’administration fiscale en 1966, où Jos. Schaack commence comme fonctionnaire. De la fiscalité des personnes physiques, il est passé aux sociétés et enfin au service de révision.

«Je me sentais bien là-bas. Mon travail était intéressant et utile et m’a donné une vue d’ensemble de notre société.»

Dans la fonction publique, Jos. s’est alors engagé auprès de la CGFP. Même aujourd’hui, il est encore plein d’appréciation lorsqu’il parle de l’ancien président Jos Daleiden: «Jos a été un modèle pour moi. Un homme accessible, correct et serviable. Vous pouviez toujours compter sur lui.

Les acquisitions de la fonction publique n’auraient pas été possible sans le CGFP et sans Jos Daleiden.»

À 23 ans, Jos. Schaack épouse Andrée Hentzen. Ils ont eu 2 enfants, Danielle et Philippe. Ils ont déménagé de Belair à Bertrange, où le couple vit toujours aujourd’hui. «On m’a souvent demandé de m’impliquer dans la politique municipale, mais je ne voulais pas choisir mon camp chez moi.»

Pacta Sunt Servanda

Cependant, cela était sur le point de changer lorsqu’en 1998 le gouvernement CSV-LSAP a décidé d’une réforme controversée des retraites dans la fonction publique. Le DP soutient la fonction publique sous le slogan Pacta Sunt Servanda, et Lydie Polfer et Henri Grethen demandent à Jos Schaack s’il veut se présenter aux élections de 1999. Avec ses collègues du CGFP, Ferd Milbert et Fernand Gatti, Jos. devient candidat sur la liste DP. «La fonction publique était dans une situation désespérée et ne pouvait plus rien attendre du gouvernement à l’époque. Certains d’entre nous ont dû sortir et restaurer la cohésion sociale!» dit Jos. très agité encore aujourd’hui, en frappant la main sur la table.

Vous devez voter pour Xavier

Les fonctionnaires veillent enfin à ce que le DP soit le grand vainqueur des élections. Il en résulte le gouvernement Juncker-Polfer. Jos. obtient 7 voix de moins sur la liste 3 qu’un certain Xavier Bettel. «C’était parce que j’avais dit à toute ma famille qu’ils devaient absolument voter pour Xavier», se souvient Jos et rit de tout son cœur. Il est nommé secrétaire d’État à la fonction publique et à la réforme administrative. «Nous avons bien travaillé et, entre autres, assuré à nouveau un traitement normal des fonctionnaires. Nous avons également négocié deux accords salariaux.»

Il ne comprend toujours pas la défaite de 2014.

Cercle complet

Immédiatement après la dernière réunion du Conseil du gouvernement, Jean-Claude Juncker demande à Jos. Schaack de devenir le nouveau directeur des douanes. Un terrain auquel l’ancien fonctionnaire des impôts n’est pas étranger, notamment au niveau de l’UE. «Nous avions une excellente ambiance. J’étais très, très heureux à la douane.» Cependant, contrairement à certains de ses prédécesseurs, il n’a jamais porté d’uniforme. «Cela ne m’aurait pas convenu.» Enfin, le cercle de sa carrière professionnelle s’est clôturé avec cet emploi.

Depuis sa retraite en 2008, Jos. Schaack profite pleinement de son temps libre qu’il passe à lire, à voyager et à faire du sport. Et surtout, il aime passer du temps avec ses 5 petits-enfants …

Deelen:

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Weider Artikelen

Yuriko Backes

Yuriko Backes – la nouvelle ministre des Finances

En tant que ministre des Finances, il est naturel de veiller à ce que nos finances publiques restent solides. En effet, nous voulons préparer notre pays à l’avenir en mettant l’accent sur le développement durable et en investissant dans le développement numérique.

Bureau du Citoyen

Le Premier ministre Xavier Bettel a annoncé à l’automne dernier la formation d’un Bureau du citoyen pour le climat. Tout a commencé fin janvier : lors de la première d’une quinzaine de réunions, les membres ont d’abord été informés de l’état actuel de la politique climatique.

Xavier Bettel

Focus sur la cohésion sociale

Dans son discours sur l’état de la nation, le Premier ministre Xavier Bettel a souligné les objectifs sociaux-libéraux du gouvernement en annonçant de nouvelles mesures sociales.

Gilles Baum

Santé ! A nos excellents Vins et Crémants

Gilles Baum a récemment demandé une interpellation sur la viticulture à la Chambre des députés. A ses yeux, la viticulture n’est pas seulement un secteur économique important de notre pays, mais aussi un élément essentiel de notre patrimoine national. Le DP insiste donc sur une discussion régulière sur la viticulture au sein du Parlement.

Spotlight: Sheila Schmit

Sheila Schmit a définitivement trouvé sa voie. Il y a deux ans, elle a créé sa propre entreprise en tant que sage-femme indépendante. Avant cela, elle avait travaillé pendant 15 ans à l’hôpital d’Esch, entre autres. Mais elle était fatiguée du travail en équipe, de la structure
organisationnelle de l’hôpital et des conditions de travail.