Dénomination des Lycées

Ginn d’Nimm vun de Lycéeën ugepasst?

Säit der Reform vun 2017 funktionéiert den eemolege Regime vum „Technique“ ënnert dem Numm „Enseignement Général“. Dem Deputéierten André Bauler ass allerdéngs opgefall, datt et nach ëmmer eng Partie Lycéeën am Land gëtt, déi de Numm „Lycée technique de…“ droen. An deem Kader wollt hien vum Educatiounsminister wëssen, ob d’Nimm vun dëse Schoulen an Zukunft sollen ugepasst ginn.

« Il y a quelques années, le législateur a remplacé le terme « technique » par celui de « général » dans la dénomination de l’enseignement technique. Plusieurs lycées du pays continuent pourtant à être dénommés « Lycée technique de … » alors qu’il mériterait de les appeler, par voie de conséquence, « Lycée général de … » ou de leur attribuer, tout simplement, une nouvelle dénomination.

Voilà pourquoi j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de l’Enfance :

  • Est-il prévu d’adapter les dénominations des lycées concernés en remplaçant le terme « technique » par celui de « général » ?
  • Monsieur le Ministre pourrait-il indiquer les établissements scolaires dont le nom changera dans un avenir proche ? Quels seraient dès lors les lycées qui se verraient attribuer le nom d’une personnalité luxembourgeoise ? Les directions concernées auraient-elles déjà soumis au ministère des propositions en la matière ? »

Äntwert

En réponse à la question de l’honorable Député, je rappelle tout d’abord que la plupart des lycées techniques tenaient – ou tiennent encore – leur dénomination de règlements grand-ducaux pris en exécution des articles 1er et 45 de la Loi du 21 mai 1979 portant 1. organisation de la formation professionnelle et de l’enseignement secondaire technique 2. organisation de la formation professionnelle continue.

En vertu de la loi du 29 août 2017, l’enseignement secondaire « technique » est devenu l’enseignement secondaire « général ». De la nouvelle dénomination de cet ordre d’enseignement, il ne découle cependant pas d’obligation pour les lycées de changer de nom.

Dans ce contexte, je tiens à préciser que l’initiative d’un changement de nom doit émaner des lycées eux-mêmes ; il n’est pas dans mon intention de susciter ni d’imposer un tel changement.

Toutefois, il m’importe de souligner que tout changement de nom d’un lycée doit être un projet porté par l’ensemble de la communauté scolaire qui, aux termes de la loi du 25 juin 2004 portant organisation des lycées, se compose des élèves, des enseignants, des membres de la direction, des membres des différents services du lycée, ainsi que des parents des élèves.

À la suite de l’introduction de l’enseignement secondaire « général », un certain nombre de lycées techniques ont souhaité changer de dénomination ; dans tous les cas, j’ai donné mon assentiment aux projets qui m’ont été soumis, de sorte que de nouvelles dénominations ont été introduites, soit par voie de règlement grand-ducal, soit par voie législative : Lycée Guillaume Kroll, École d’hôtellerie et de tourisme du Luxembourg, Maacher Lycée, Lycée Nic-Biever, École de Commerce et de Gestion – School of Business and Management, Lycée Mathias Adam, Lycée Josy Barthel, Lycée des Arts et Métiers, Lënster Lycée International School, Lycée Michel-Lucius.

J’aviserai tout nouveau projet de changement de nom avec bienveillance tout en tenant compte du critère énoncé plus haut, à savoir le soutien de tous les partenaires constituant la communauté scolaire.

À l’automne 2021, le Gouvernement compte soumettre au législateur un projet de loi portant création d’une nouvelle école européenne agréée sur le territoire de la commune de Luxembourg. Toutefois, aucun choix n’a encore été arrêté en ce qui concerne la dénomination de cet établissement.

Dir wëllt dës parlamentaresch Fro op Lëtzebuergesch iwwersat kréien?

Deelen:

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Weider parlamentaresch Froen

Rechter vu schwangeren Independanteë verbesseren

Schwanger Salariéen, kënne virum Congé de maternité eng bezuelten Aarbechtsdispens ufroen, wann si z.B. aus gesondheetleche Grënn net schaffe kënnen. Independanteën hunn dës Méiglechkeet net, wat sech negativ op de Recalcul vun hirer Indemnitéit fir de Mammecongé auswierke kann.
D’DP-Deputéiert Carole Hartmann a Mandy Minella wollte vun den zoustännege Ministere wëssen, ob eng remuneréiert Dispens oder een equivalente Mechanismus fir schwanger Independanteën agefouert wäert ginn.

weiderliesen...

Kënnt eng Apdikt op Bettenduerf ?

2023 hat déi deemoleg Gesondheetsministesch d’Schafe vun enger Apdikt zu Bettenduerf nach ofgeleent. Well d’Populatioun an der Regioun ronderëm Bettenduerf awer weider wiisst huet den DP-Deputéierten André Bauler bei der neier Gesondheetsministesch nogefrot, ob si d’Decisioun vun hirer Virgängerin iwwerdenke géif. Ass d’Gesondheetsministesch eventuell scho vun der Gemeng Bettenduerf kontaktéiert ginn a kéinten nach weider Gemengen eng nei Apdikt kréien?

weiderliesen...

Aféierung vun engem Depistage fir Hautkriibs ?

Zanter 2008 gëtt et an Däitschland een Depistage fir Hautkriibs fir all Assuré ab 35 Joer. Doduercher gi vill Fäll vun Hautkriibs méi fréi entdeckt.
D’DP-Deputéiert André Bauler a Gilles Baum wollte vun der Gesondheetsministesch wëssen, wéi d’Zuele vun Hautkriibs sech hei am Land zanter 2013 entwéckelt hunn, ob esou een Depistage och zu Lëtzebuerg sënnvoll wier a firwat just d’Zuele fir schwaarzen Hautkriibs erhuewe ginn.

weiderliesen...