Dénomination des Lycées

Les noms des lycées seront-ils adaptés ?

Depuis la réforme de l'enseignement secondaire en 2017, l'ancien régime de l'enseignement technique porte désormais le nom "enseignement général". Notre député André Bauler a toutefois constaté qu'il existe encore un certain nombre d’écoles secondaires au Luxembourg qui portent le nom de "Lycée technique de...". C’est ainsi qu’il a demandé au ministre de l’Éducation, de l'Enfance et de la Jeunesse si les noms des écoles concernées seront bientôt modifiés.

« Il y a quelques années, le législateur a remplacé le terme « technique » par celui de « général » dans la dénomination de l’enseignement technique. Plusieurs lycées du pays continuent pourtant à être dénommés « Lycée technique de … » alors qu’il mériterait de les appeler, par voie de conséquence, « Lycée général de … » ou de leur attribuer, tout simplement, une nouvelle dénomination.

Voilà pourquoi j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de l’Enfance :

  • Est-il prévu d’adapter les dénominations des lycées concernés en remplaçant le terme « technique » par celui de « général » ?
  • Monsieur le Ministre pourrait-il indiquer les établissements scolaires dont le nom changera dans un avenir proche ? Quels seraient dès lors les lycées qui se verraient attribuer le nom d’une personnalité luxembourgeoise ? Les directions concernées auraient-elles déjà soumis au ministère des propositions en la matière ? »

Réponse

En réponse à la question de l’honorable Député, je rappelle tout d’abord que la plupart des lycées techniques tenaient – ou tiennent encore – leur dénomination de règlements grand-ducaux pris en exécution des articles 1er et 45 de la Loi du 21 mai 1979 portant 1. organisation de la formation professionnelle et de l’enseignement secondaire technique 2. organisation de la formation professionnelle continue.

En vertu de la loi du 29 août 2017, l’enseignement secondaire « technique » est devenu l’enseignement secondaire « général ». De la nouvelle dénomination de cet ordre d’enseignement, il ne découle cependant pas d’obligation pour les lycées de changer de nom.

Dans ce contexte, je tiens à préciser que l’initiative d’un changement de nom doit émaner des lycées eux-mêmes ; il n’est pas dans mon intention de susciter ni d’imposer un tel changement.

Toutefois, il m’importe de souligner que tout changement de nom d’un lycée doit être un projet porté par l’ensemble de la communauté scolaire qui, aux termes de la loi du 25 juin 2004 portant organisation des lycées, se compose des élèves, des enseignants, des membres de la direction, des membres des différents services du lycée, ainsi que des parents des élèves.

À la suite de l’introduction de l’enseignement secondaire « général », un certain nombre de lycées techniques ont souhaité changer de dénomination ; dans tous les cas, j’ai donné mon assentiment aux projets qui m’ont été soumis, de sorte que de nouvelles dénominations ont été introduites, soit par voie de règlement grand-ducal, soit par voie législative : Lycée Guillaume Kroll, École d’hôtellerie et de tourisme du Luxembourg, Maacher Lycée, Lycée Nic-Biever, École de Commerce et de Gestion – School of Business and Management, Lycée Mathias Adam, Lycée Josy Barthel, Lycée des Arts et Métiers, Lënster Lycée International School, Lycée Michel-Lucius.

J’aviserai tout nouveau projet de changement de nom avec bienveillance tout en tenant compte du critère énoncé plus haut, à savoir le soutien de tous les partenaires constituant la communauté scolaire.

À l’automne 2021, le Gouvernement compte soumettre au législateur un projet de loi portant création d’une nouvelle école européenne agréée sur le territoire de la commune de Luxembourg. Toutefois, aucun choix n’a encore été arrêté en ce qui concerne la dénomination de cet établissement.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Est-ce que la présence de la punaise diabolique a déjà été confirmée au Luxembourg ?

La punaise diabolique bambou est un insecte envahissant originaire d’Asie qui cause de nombreux maux de tête aux viticulteurs, producteurs de fruits et légumes. Ces punaises peuvent effectivement causer de très gros dégâts dans les vignes, les vergers ou les jardins potagers. Les membres du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé aux ministres concernés si ces insectes s’étaient déjà propagés au Luxembourg et si des dégâts avaient déjà été détectés dans les cultures.

lire plus...

Quel support pour la minorité Hazara persécutée en Afghanistan ?

Selon une investigation de la chaîne d’information BBC, la minorité Hazara serait à nouveau persécuté par les talibans en Afghanistan. Sous le prétexte d’y habiter illégalement, des centaines de personnes sont actuellement expulsées de leur maison. Notre député Gusty Graas a demandé au Ministère des Affaires étrangères et européennes si, à l’instar des missions lors de la prise de pouvoir des talibans, des interventions sont prévues afin de venir au secours à cette communauté et quelle sera la position du Gouvernement taliban au sein des Nations Unies.

lire plus...

Pour quand la disparition de la barrière ferroviaire à Diekirch gare?

Il y a un an, le ministre de la Mobilité a annoncé un réaménagement complet du quartier devant la gare de Diekirch, avec notamment la disparition de la barrière ferroviaire et la création d’un pôle d’échange. Le député du DP André Bauler a donc demandé où en étaient les études de faisabilité et quand les travaux pourraient commencer.

lire plus...

Qu’en est-il de la validité de la vaccination contre la Covid-19 ?

Certains pays limitent la validité de la vaccination contre la Covid-19 pour l’entrée sur le territoire. Pour les personnes qui ont été vaccinées au début de l’année, la validité de la vaccination expirera donc bientôt. Les députés du Parti démocratique Claude Lamberty et Carole Hartmann ont demandé aux ministres responsables si le Luxembourg prévoit également une telle limite de validité et ce qui peut être fait au niveau européen.

lire plus...