Operations on intersex children – will they also be banned in Luxembourg?

Operations on intersex children are not uncommon. Intersexuality is often seen as a medical problem that needs to be addressed. Regardless of whether these children are healthy, they are being refused a choice that they should have been able to make a later date. In Germany, a law is currently being discussed prohibiting this practice and aiming to strengthen intersex children in their self-determination. Such a law is planned for Luxembourg. What is the latest stand on this law and when should this law be submitted? Our deputies Carole Hartmann and Max Hahn have inquired with the respective ministries.

« La brochure ‘Let’s talk about sex !’ publiée par le Ministère de la Santé en 2020, définit une personne intersexe comme étant née « avec des caractères sexués qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins.»

Selon le ‘Plan d’action national pour la promotion des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes’, « parmi les 6050 enfants nés au Luxembourg en 2016, jusqu’à 103 enfants présentent une variation des caractéristiques sexuées. » Alors que la majorité des enfants intersexes sont nés en bonne santé, et malgré les effets négatifs sur les plans physique ainsi que psycho-social, des enfants intersexes sont soumis à des opérations d’assignation de sexe irréversibles dans au moins 21 pays de l’Union européenne.

Dans l’accord de coalition 2018-2023 il est convenu que « les interventions chirurgicales ou médicales chez les mineurs incapables de discernement et chez qui le sexe biologique ne peut pas être clairement déterminé seront interdites par la loi, sauf les cas de nécessité vitale. »

En Allemagne, le gouvernement a présenté en décembre 2020 un premier projet de loi (Gesetzesentwurf 19/24686) destiné à protéger les enfants nés avec des variations des caractéristiques sexuées, à sauvegarder leur droit d’autodétermination de genre et à interdire des traitements ciblés de changement de sexe pour les enfants concernés. Une demande annexée réclame des fonds de compensation, pour indemniser les personnes ayant été assujetties à une telle intervention sans leur consentement préalable.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé, Madame la Ministre de la Justice et Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration :

  • Mesdames les Ministres, peuvent-elles fournir des informations sur le nombre de nouveau-nés intersexes au Luxembourg par an pendant les cinq dernières années ?
  • Combien de ces enfants ont subi des opérations d’assignation ?
  • Existe-t-il des recommandations de la part du ministère de la Santé pour les hôpitaux et le personnel médical sur la manière comment guider et informer au mieux les parents d’enfants intersexués ?
  • En attendant l’introduction de nouvelles dispositions légales, le ministère de la Santé décourage-t-il d’ores et déjà activement la pratique d’assignation de sexe dans les hôpitaux ?
  • Quel est l’état d’avancement de l’élaboration d’un projet de loi visant à interdire l’assignation d’un sexe chez les nouveau-nés tel que prévu par l’accord de coalition ? Pour quand un tel projet de loi pourrait-il être déposé à la Chambre des députés ?
  • À l’instar de l’initiative allemande, est-il prévu d’introduire la possibilité d’un dédommagement pour les personnes ayant subi une telle intervention sans leur consentement ? »

Answer

According to the Ministry of Health, three operations for the adreno-genital syndrome were performed on intersex children in Luxembourg in the past six years. The 2018 governmental agreement clearly states that it will follow a motion deposited by the Chamber of Deputies on July 25, 2018 and instruct the LGTBI inter-ministerial committee to examine the goals and measures relating to intersex people in order to draft legislation as soon as possible. A bill banning the assignment of a sex to newborns could be presented to the government council by the end of the year.

Would you like this parliamentary question to be translated into English?

Share:

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

More parliamentary questions

Strengthening the rights of pregnant self-employed workers

Pregnant employees can apply for dispensation from work before their maternity leave, for example if they are unable to work for health reasons. The self-employed do not have this option, which can have a negative impact on the recalculation of their maternity benefits.
DP MPs Carole Hartmann and Mandy Minella have asked the relevant ministers whether paid dispensation from work or an equivalent mechanism will be introduced for pregnant self-employed workers.

read more...

Is a pharmacy coming to Bettendorf?

In 2023, the then Minister of Health rejected the installation of a pharmacy in Bettendorf. As the population in the region around Bettendorf continues to grow, DP MP André Bauler has asked the new Minister of Health whether she would reconsider her predecessor’s decision. Has the Minister of Health possibly already been contacted by the municipality of Bettendorf and could other municipalities get a new pharmacy?

read more...

Introduction of skin cancer screening?

Since 2008, skin cancer screening has been available in Germany for all policyholders aged 35 and over. As a result, many cases of skin cancer are detected earlier.
DP MPs André Bauler and Gilles Baum wanted to know from the Minister for Health how skin cancer figures have developed here in the country since 2013, whether such screening would also be useful in Luxembourg and why only figures for melanoma (black skin cancer) are collected.

read more...