Les opérations sur les enfants intersexes – à quand leur interdiction au Luxembourg ?

Les opérations sur les enfants intersexes ne sont pas rares. L'intersexualité est souvent considérée comme un problème médical qui doit être résolu. Que ces enfants soient en bonne santé ou non, ils sont déniés un choix, qu’ils auraient dû avoir eu la chance de prendre plus tard. En Allemagne, une loi en discussion devrait désormais interdire cette pratique et encourager les enfants intersexes dans leur autodétermination. Une telle loi est également envisagée ici au Luxembourg. Où en sommes-nous et quand cette loi sera-t-elle soumise? Nos députés Carole Hartmann et Max Hahn ont demandé auprès des ministères responsables.

« La brochure ‘Let’s talk about sex !’ publiée par le Ministère de la Santé en 2020, définit une personne intersexe comme étant née « avec des caractères sexués qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins.»

Selon le ‘Plan d’action national pour la promotion des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes’, « parmi les 6050 enfants nés au Luxembourg en 2016, jusqu’à 103 enfants présentent une variation des caractéristiques sexuées. » Alors que la majorité des enfants intersexes sont nés en bonne santé, et malgré les effets négatifs sur les plans physique ainsi que psycho-social, des enfants intersexes sont soumis à des opérations d’assignation de sexe irréversibles dans au moins 21 pays de l’Union européenne.

Dans l’accord de coalition 2018-2023 il est convenu que « les interventions chirurgicales ou médicales chez les mineurs incapables de discernement et chez qui le sexe biologique ne peut pas être clairement déterminé seront interdites par la loi, sauf les cas de nécessité vitale. »

En Allemagne, le gouvernement a présenté en décembre 2020 un premier projet de loi (Gesetzesentwurf 19/24686) destiné à protéger les enfants nés avec des variations des caractéristiques sexuées, à sauvegarder leur droit d’autodétermination de genre et à interdire des traitements ciblés de changement de sexe pour les enfants concernés. Une demande annexée réclame des fonds de compensation, pour indemniser les personnes ayant été assujetties à une telle intervention sans leur consentement préalable.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé, Madame la Ministre de la Justice et Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration :

  • Mesdames les Ministres, peuvent-elles fournir des informations sur le nombre de nouveau-nés intersexes au Luxembourg par an pendant les cinq dernières années ?
  • Combien de ces enfants ont subi des opérations d’assignation ?
  • Existe-t-il des recommandations de la part du ministère de la Santé pour les hôpitaux et le personnel médical sur la manière comment guider et informer au mieux les parents d’enfants intersexués ?
  • En attendant l’introduction de nouvelles dispositions légales, le ministère de la Santé décourage-t-il d’ores et déjà activement la pratique d’assignation de sexe dans les hôpitaux ?
  • Quel est l’état d’avancement de l’élaboration d’un projet de loi visant à interdire l’assignation d’un sexe chez les nouveau-nés tel que prévu par l’accord de coalition ? Pour quand un tel projet de loi pourrait-il être déposé à la Chambre des députés ?
  • À l’instar de l’initiative allemande, est-il prévu d’introduire la possibilité d’un dédommagement pour les personnes ayant subi une telle intervention sans leur consentement ? »

Réponse

D’après les informations dont disposent le ministère de la Santé, trois interventions chirurgicales ont été pratiquées au Luxembourg ces dernières six années sur des enfants intersexes pour cause d’un syndrome adréno-génital. L’accord de gouvernement de 2018 entend clairement donner suite à une motion du 25 juillet 2018 votée par la Chambre des Députés qui prévoit e.a. de charger le comité interministériel LGTBI de se pencher sur les objectifs et les actions concernant les personnes intersexes en vue de légiférer en la matière dans les meilleurs délais. Un avant-projet de loi visant à interdire l’assignation d’un sexe chez les nouveaux-nés pourrait être soumis au Conseil de gouvernement d’ici la fin de l’année.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Comment le service aux patients peut-il être amélioré à l’avenir pour les mammographies ?

La Commission européenne a émis une recommandation pour faire la mammographie pour les femmes âgées de 45 à 74 ans. Actuellement, au Luxembourg, le dépistage obligatoire n’est pratiqué que pour les femmes de plus de 50 ans. Il faut souvent trop de temps pour obtenir un rendez-vous pour un check-up. Notre députée Carole Hartmann a demandé au Ministère de la Santé si cela va changer à l’avenir.

lire plus...

Poutine utilisera-t-il les référendums pour recourir à des armes plus puissantes ?

Dans son allocution télévisée, le président russe a désigné l’intégrité territoriale de la Russie comme la priorité absolue. Et si les référendums dans la région de Donestk étaient en faveur de la Fédération de Russie ? Poutine verra-t-il cela comme une incitation à utiliser des armes plus tranchantes ? Notre député Gusty Graas a vérifié auprès du Ministère des Affaires étrangères et européennes.

lire plus...

Quand y aura-t-il une solution digitale uniforme pour le système de santé publique au Luxembourg ?

Avec l’application santé, le Réseau Santé Numérique en collaboration avec l’AMMD a développé une application qui permettrait au patient d’effectuer numériquement toutes ses démarches médicales. Malgré un accord politique, cette application ne serait-elle utilisée que de manière conditionnelle et limitée ? Pourquoi l’application n’est-elle pas utilisée et quand y aura-t-il des solutions uniformes dans ce fichier ? Nos adjoints Carole Hartmann, Gilles Baum et Gusty Graas se sont inscrits.

lire plus...

Retards dans les tests de dépistage de la tuberculose pour les réfugiés ukrainiens

Les personnes ayant fui l’Ukraine et souhaitant travailler ou aller à l’école au Luxembourg, doivent au préalable se soumettre à une visite médicale et à un test de tuberculose pour compléter leur dossier. En raison de retards dans les rendez-vous, bon nombre de ces personnes sont actuellement bloquées dans le processus. Quand ces personnes sont-elles autorisées à commencer à chercher un emploi et ces enfants n’ont-ils pas le droit d’aller à l’école ? Notre députée Carole Hartmann a interpellé les ministères compétents.

lire plus...