Les opérations sur les enfants intersexes – à quand leur interdiction au Luxembourg ?

Les opérations sur les enfants intersexes ne sont pas rares. L'intersexualité est souvent considérée comme un problème médical qui doit être résolu. Que ces enfants soient en bonne santé ou non, ils sont déniés un choix, qu’ils auraient dû avoir eu la chance de prendre plus tard. En Allemagne, une loi en discussion devrait désormais interdire cette pratique et encourager les enfants intersexes dans leur autodétermination. Une telle loi est également envisagée ici au Luxembourg. Où en sommes-nous et quand cette loi sera-t-elle soumise? Nos députés Carole Hartmann et Max Hahn ont demandé auprès des ministères responsables.

« La brochure ‘Let’s talk about sex !’ publiée par le Ministère de la Santé en 2020, définit une personne intersexe comme étant née « avec des caractères sexués qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins.»

Selon le ‘Plan d’action national pour la promotion des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes’, « parmi les 6050 enfants nés au Luxembourg en 2016, jusqu’à 103 enfants présentent une variation des caractéristiques sexuées. » Alors que la majorité des enfants intersexes sont nés en bonne santé, et malgré les effets négatifs sur les plans physique ainsi que psycho-social, des enfants intersexes sont soumis à des opérations d’assignation de sexe irréversibles dans au moins 21 pays de l’Union européenne.

Dans l’accord de coalition 2018-2023 il est convenu que « les interventions chirurgicales ou médicales chez les mineurs incapables de discernement et chez qui le sexe biologique ne peut pas être clairement déterminé seront interdites par la loi, sauf les cas de nécessité vitale. »

En Allemagne, le gouvernement a présenté en décembre 2020 un premier projet de loi (Gesetzesentwurf 19/24686) destiné à protéger les enfants nés avec des variations des caractéristiques sexuées, à sauvegarder leur droit d’autodétermination de genre et à interdire des traitements ciblés de changement de sexe pour les enfants concernés. Une demande annexée réclame des fonds de compensation, pour indemniser les personnes ayant été assujetties à une telle intervention sans leur consentement préalable.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé, Madame la Ministre de la Justice et Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration :

  • Mesdames les Ministres, peuvent-elles fournir des informations sur le nombre de nouveau-nés intersexes au Luxembourg par an pendant les cinq dernières années ?
  • Combien de ces enfants ont subi des opérations d’assignation ?
  • Existe-t-il des recommandations de la part du ministère de la Santé pour les hôpitaux et le personnel médical sur la manière comment guider et informer au mieux les parents d’enfants intersexués ?
  • En attendant l’introduction de nouvelles dispositions légales, le ministère de la Santé décourage-t-il d’ores et déjà activement la pratique d’assignation de sexe dans les hôpitaux ?
  • Quel est l’état d’avancement de l’élaboration d’un projet de loi visant à interdire l’assignation d’un sexe chez les nouveau-nés tel que prévu par l’accord de coalition ? Pour quand un tel projet de loi pourrait-il être déposé à la Chambre des députés ?
  • À l’instar de l’initiative allemande, est-il prévu d’introduire la possibilité d’un dédommagement pour les personnes ayant subi une telle intervention sans leur consentement ? »

Réponse

D’après les informations dont disposent le ministère de la Santé, trois interventions chirurgicales ont été pratiquées au Luxembourg ces dernières six années sur des enfants intersexes pour cause d’un syndrome adréno-génital. L’accord de gouvernement de 2018 entend clairement donner suite à une motion du 25 juillet 2018 votée par la Chambre des Députés qui prévoit e.a. de charger le comité interministériel LGTBI de se pencher sur les objectifs et les actions concernant les personnes intersexes en vue de légiférer en la matière dans les meilleurs délais. Un avant-projet de loi visant à interdire l’assignation d’un sexe chez les nouveaux-nés pourrait être soumis au Conseil de gouvernement d’ici la fin de l’année.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Tularémie aussi au Luxembourg?

En Allemagne, la tularémie se propage toujours. Cette maladie infectieuse peut également être transmise à l’homme. Y a-t-il des cas d’animaux malades au Luxembourg en ce moment ? Où sont les risques et pour qui ? Les chasseurs et les agriculteurs ont-ils été informés sur la situation ? Quelles mesures préventives sont en place pour éviter une propagation au Grand-Duché ? Les députés Claude Lamberty et Max Hahn ont demandé au ministère responsable.

lire plus...

Des installations de récupération d’eau de pluie dans les bâtiments publics pour économiser de l’eau potable?

L’installation d’un système de récupération d’eau de pluie pour l’utiliser à différentes fins, est une opportunité d’économiser de l’eau potable, surtout lorsque la sécheresse et la chaleur mettent les eaux souterraines sous pression. Les députés du DP Max Hahn et André Bauler ont interrogé le ministre responsable quelle était la situation en ce qui concerne les bâtiments publics.

lire plus...

Une solution pour le musée de la Police?

À l’époque, la collection historique de la police était hébergée dans l’ancien garage de la Gendarmerie, un bâtiment digne de protection à Verlorenkost, où les travaux de construction du futur garage du gouvernement devraient commencer en 2022. Par conséquent, une solution définitive ou du moins provisoire pour la collection devrait être trouvée cette année. Dans ce contexte, notre député André Bauler a posé quelques questions à la Ministre de la Culture et au Ministre de la Police.

lire plus...

Extension du chômage partiel dans le secteur de la construction

En raison de la pénurie de matières premières et d’autres matériaux, le gouvernement a décidé de prolonger le chômage partiel dans le secteur de la construction jusqu’en juin. Dans ce contexte, les députés du Parti démocratique André Bauler et Carole Hartmann ont demandé aux ministres responsables, entre autres, combien d’entreprises sont concernées par cette mesure et quelles conditions doivent être remplies pour pouvoir demander le chômage partiel.

lire plus...