Pollution de la Moselle par la centrale nucléaire de Cattenom?

Il paraît qu'il y a eu une pollution de la Moselle près de la centrale nucléaire de Cattenom. Les députés du DP Gusty Graas et Max Hahn ont demandé des précisions supplémentaires à la ministre compétente.

« Récemment, à la suite d’une alerte pollution dans la Moselle au niveau de l’écluse de Cattenom, un important dispositif des services d’urgence a dû être déployé. D’après un communiqué de presse de la centrale nucléaire de Cattenom, les résidus d’hydrocarbures auraient comme origine la station de rejet de la centrale.

Dans ce contexte nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable :

  • Madame la Ministre, est-elle au courant de cet incident ?
  • Est-ce que les services de Madame la Ministre sont en contact avec les autorités françaises, notamment en ce qui concerne la sécurité nucléaire à la suite de cet incident ?
  • Madame la Ministre peut-elle fournir des détails y relatifs ?
  • Est-ce qu’une pollution de la Moselle du côté de la frontière luxembourgeoise a été détectée ?
  • Est-il possible d’estimer d’ores et déjà l’impact de la pollution en question sur la faune et flore aquatique ? »

Réponse

  • Madame la Ministre, est-elle au courant de cet incident ?

Oui, une pollution du cours d’eau « Moselle » par des hydrocarbures en date du 20 février 2022 est confirmée.

  • Est-ce que les services de Madame la Ministre sont en contact avec les autorités françaises, notamment en ce qui concerne la sécurité nucléaire à la suite de cet incident ?

L’Administration de la gestion de l’eau (AGE) a été informée de la pollution du cours d’eau « Moselle » par les autorités françaises via la plateforme des Commissions Internationales pour la Protection de la Moselle et de la Sarre (CIPMS). La source de la pollution et les mesures prises pour y remédier ont également été communiquées via cette plateforme.

  • Madame la Ministre peut-elle fournir des détails y relatifs ?

Suite au signalement d’une pollution du cours d’eau « Moselle » par la Police grand-ducale, le groupe d’intervention pollutions de l’AGE s’est rendu à Remich le matin du 20 février 2022 et a pu constater des irisations sur le cours d’eau liées à une pollution par des hydrocarbures. En cherchant la source de la pollution, l’agent sur place a constaté ensemble avec les agents de la police grand-ducale et les autorités allemandes (Wasserschutzpolizei, Freiwillige Feuerwehr) que la pollution provenait du territoire français et que les autorités françaises étaient déjà informées. Ces dernières ont informé les autorités luxembourgeoises et allemandes par la suite (via la plateforme CIPMS), que la source de la pollution était recherchée.

En date du 21 février l’AGE a reçu l’information que l’origine des irisations constatées se situait en amont de l’écluse de Koenigsmacker, au niveau de la station de rejet des eaux d’exploitation non radioactives de la centrale nucléaire de Cattenom et qu’il s’agissait d’installations situées hors zone nucléaire.

Pour limiter les dégâts environnementaux, les autorités françaises ont mis en place un barrage flottant entre la station de rejet de la centrale et l’écluse de Koenigsmacker. En complément, des absorbants d’hydrocarbures ont été utilisés et des actions de pompage étaient en place.

Dans les jours qui ont suivi, aucune pollution de la Moselle n’a pu être constatée au Luxembourg.

  • Est-ce qu’une pollution de la Moselle du côté de la frontière luxembourgeoise a été détectée ?

Voir réponses 1-3.

  • Est-il possible d’estimer d’ores et déjà l’impact de la pollution en question sur la faune et flore aquatique ?

Aucune conclusion ne peut être tirée en ce qui concerne les dommages environnementaux. Cependant, la quantité d’hydrocarbures déversée et indiquée par le pollueur et le débit élevé du cours d’eau au moment de la pollution laissent supposer que l’impact sur la faune et la flore sera faible.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Renforcer les droits des indépendantes enceintes

Les salariées enceintes peuvent demander une dispense de travail avant leur congé de maternité, par exemple si elles sont incapables de travailler pour des raisons de santé. Les indépendantes n’ont pas cette possibilité, ce qui peut avoir un impact négatif sur le recalcul de leur indemnité pécuniaire de maternité.
Les députées du DP Carole Hartmann et Mandy Minella ont demandé aux ministres compétents si une dispense de travail rémunérée ou un mécanisme équivalent serait introduit pour les indépendantes enceintes.

lire plus...

Une pharmacie va-t-elle s’installer à Bettendorf ?

En 2023, la Ministre de la Santé de l’époque avait refusé d’installer une pharmacie à Bettendorf. Comme la population de la région de Bettendorf ne cesse de croître, le député du DP André Bauler a demandé à la nouvelle Ministre de la Santé si elle reconsidérerait la décision de son prédécesseur. La Ministre de la Santé a-t-elle peut-être déjà été contactée par la commune de Bettendorf et d’autres communes pourraient-elles recevoir une nouvelle pharmacie?

lire plus...

Introduction d’un dépistage du cancer de la peau ?

Depuis 2008, il existe en Allemagne un dépistage du cancer de la peau pour tous les assurés âgés de 35 ans et plus. De nombreux cas de cancer de la peau sont ainsi détectés plus tôt.
Les députés du DP André Bauler et Gilles Baum ont voulu savoir de la Ministre de la Santé comment les chiffres du cancer de la peau ont évolué ici dans le pays depuis 2013, si un tel dépistage serait également utile au Luxembourg et pourquoi seuls les chiffres du mélanome (cancer noir de la peau) sont collectés.

lire plus...
Kanner App Bildung

Réaffectation des enseignants de l’enseignement fondamental dans leur commune

Les députés du DP Gilles Baum et Barbara Agostino ont posé des questions au Ministre de l’Éducation national concernant la réaffectation des enseignants de l’enseignement fondamental dans leur commune. Ils voulaient notamment savoir combien de postes ont été publiés sur la liste 1bis ces 5 dernières années, quel est l’approche concernant la priorisation des candidats et, de manière générale, si la nomination pour la liste 1 par les communes est toujours de mise.

lire plus...