Remboursement d’une intervention chirurgicale de lipœdème dès le premier stade

Au Luxembourg, les actes chirurgicaux de lipœdème sont remboursés à partir du 3ème stade par la caisse nationale de santé. La députée du Parti démocratique Carole Hartmann a demandé au ministre concerné pourquoi les interventions chirurgicales ne sont pas remboursées dès le premier stade.

« Notre corps stocke des graisses afin de constituer des réserves d’énergies. Par « lipœdème» on entend le stockage anormalement localisé de ces graisses, le plus souvent réparties des hanches aux chevilles. 

Le lipœdème est une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la santé depuis 1940. Il peut passer par 4 phases aux cours desquelles les symptômes s’aggravent. Sans traitement la quantité des graisses sous la peau peut aller de 0,5 à 7 ou 8 litres. Ceci entraîne des difficultés à se mouvoir et donc à éliminer naturellement les graisses du corps. Des douleurs peuvent également survenir dès la phase 1. 

À ce sujet, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Sécurité sociale :

  • L’opération du lipœdème est-elle considérée comme intervention de chirurgie esthétique? Dans l’affirmative, pour quelles raisons?
  • En termes de prévention, Monsieur le Ministre ne juge-t-il pas utile de rembourser des interventions chirurgicaux de lipœdème dès la phase 1 afin d’éviter l’aggravation des symptômes? Dans la négative, pour quelles raisons?
  • Dans la réponse à la question parlementaire N°3404 du 8 janvier 2021, Monsieur le Ministre a expliqué que la Commission de Nomenclature a décidé d’introduire deux nouveaux actes pour le traitement du lipœdème en phase 3. Monsieur le Ministre, peut-il fournir des précisions concernant ces nouveaux actes? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Pédiatrie au Luxembourg

Si l’enfant est malade mais que le pédiatre n’est pas disponible à ce moment-là, les parents peuvent emmener leur enfant à la clinique pédiatrique, à la clinique Bohler ou au service pédiatrique ambulatoire du Centre hospitalier du Nord. Outre les longs délais d’attente, les parents du nord et de l’est du pays en particulier doivent souvent faire de longs trajets. Les députés du Parti démocratique André Bauler et Carole Hartmann ont donc demandé à la ministre de la Santé combien de personnes travaillent en pédiatrie et si d’autres structures seront proposées pour le nord et l’est du pays.

lire plus...

Quand le Groupe de Support Psychologique du CGDIS intervient-il ?

En tant qu’administration du CGDIS, le Groupe de Soutien Psychologique intervient lors d’accidents, de catastrophes ou d’autres incidents. Où les équipes de bénévoles ont-elles été déployées récemment, qu’en est-il de leur effectif et est-ce que la crise sanitaire a aggravé la situation pour ces équipes aussi ? Nos députés Claude Lamberty et Max Hahn se sont renseignés auprès du Ministère responsable.

lire plus...