Diabetes

Tritt Typ-2-Diabetes bei Kindern und Jugendlichen häufiger auf?

Seit der Pandemie scheinen die Fälle von Typ-2-Diabetes bei Kindern und Jugendlichen in Deutschland zuzunehmen. Die DP-Abgeordneten Gilles Baum und Gusty Graas haben bei den zuständigen Ministern nachgefragt, ob es auch in Luxemburg eine Zunahme gibt und wie oft die Behandlung durch einen Ernährungsberater erstattet wurde.

Frage

« Le diabète de type 2 apparaît généralement à partir de 40 ans. Mais cette maladie est également de plus en plus fréquente chez les personnes plus jeunes. En Allemagne, les médecins constatent depuis la pandémie une tendance à l’augmentation du diabète de type 2 chez les enfants et les adolescents.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé et à Monsieur le Ministre de la Sécurité sociale :

  • Combien de cas de diabète de type 2 ont été constatés chez les enfants et les adolescents au Luxembourg au cours des cinq dernières années ?

Le diabète étant souvent lié à l’obésité, une diététique peut être prescrite pour le traiter.

  • Combien de remboursements de diététiques ont été effectués au cours des cinq dernières années ? Combien de traitements ont concerné des enfants ?
  • Monsieur le Ministre, pour quelles raisons les traitements de groupe chez les diététiciens ne sont-ils pas remboursés ?
  • Madame la Ministre, existe-t-il des délais d’attente pour pouvoir entamer un traitement chez un diététicien ? Dans l’affirmative, quelle est la durée de cette attente ? »

Antwort

1. Combien de cas de diabète de type 2 ont été constatés chez les enfants et des adolescents au Luxembourg au cours des cinq dernières années?

Généralement le diabète de type 2 se manifeste chez les adultes. Durant les dernières années, de plus en plus de cas sont diagnostiqués chez les enfants et adolescents avec prédominance entre 15 et 19 ans.

Ces cas sont diagnostiqués par le médecin traitant ou l’endocrinologue et suivent leur traitement à domicile. Ils sont à cet âge assez indépendants dans leur traitement et ne passent pas par la médecine scolaire.

Ni le ministère de la Santé ni le ministère de la Sécurité sociale ne dispose de données sur le nombre absolu de personnes atteintes d’un diabète. Néanmoins, sur base du remboursement des médicaments antidiabétiques par la Caisse nationale de santé (CNS), une estimation peut être produite. La sélection se limite aux personnes protégées résidentes qui ont acheté des antidiabétiques dans une pharmacie ouverte au public au Luxembourg et qui ont été remboursés par la CNS. Ce nombre ne comprend que les personnes qui suivent un traitement pour leur diabète. En conséquence, les personnes protégées atteintes du diabète sans avoir recours à une médication ne sont pas comprises.

Les antidiabétiques peuvent être classés en deux groupes : les médicaments injectables, notamment l’insuline et ses dérivés, et les antidiabétiques oraux. En général, les malades atteints d’un diabète de type 1 se retrouvent plutôt dans le groupe des médicaments du type insuline tandis que ceux atteints du diabète de type 2 se retrouvent plutôt dans le groupe des antidiabétiques oraux. Toutefois, certains malades ont recours à des médicaments des deux groupes indépendamment de leur type de diabète et le type de diabète ne détermine pas d’office le traitement administré. Par conséquent, le traitement médical à lui seul ne suffit pas pour différencier entre le diabète de type 1 et 2.

En 2021, 304 enfants et adolescents ont bénéficié d’un remboursement de la CNS pour l’achat d’antidiabétiques dans une pharmacie ouverte au public au Luxembourg. Parmi ces 304 patients, 215 ont acheté des antidiabétiques à injecter (insuline) et 61 des antidiabétiques oraux (Tableau 1). La sélection des médicaments est opérée suivant le code ATC dans lequel ils sont classés.

Catégorie d’antidiabétique (ATC)20172018201920202021
A10A – Injections (Insuline et dérivés)215223226225236
A10B – Antidiabétiques oraux6163566673
Total A10 (les deux catégories confondues)272282278284304

Tableau 1: Nombre de patients par catégorie d’antidiabétique chez les enfants et adolescents (18 ans et moins) a b[1]

2. Combien de remboursements de diététiques ont été effectués au cours des cinq dernières années? Combien de traitements ont concernés des enfants ?

En 2021, 6 058 personnes protégées résidentes, dont 819 enfants et adolescents, ont bénéficié d’un remboursement de la part de la CNS pour des soins diététiques [2] prestés au Luxembourg (Tableau 2). Au total, 21 533 remboursements pour des soins diététiques ont été effectués pour cette même année, ce qui représente une augmentation de 56,7% par rapport à l’année précédente.

Tableau 2: Nombre de remboursements de diététiques par groupe d’âge a b [3]

Groupe d’âge201920202021
Enfants (< 18 ans)1 0501 8112 880
Adultes (18 ans et plus)6 22911 92718 653
Total7 27913 73821 533

3. Monseur le Ministre, pour quelles raisons les traitements de groupe chez les diététiciens ne sont-ils pas remboursés?

A défaut de code spécifique relatif à un traitement de groupe dans la nomenclature des actes et services des diététiciens une prise en charge par l’assurance maladie est impossible.

Néanmoins, la nomenclature de l’endocrinologie vient d’être finalisée entre les professionnels de santé et la Caisse nationale de santé (CNS). Elle fera l’objet d’une demande standardisée lors d’une prochaine réunion utile de la Commission de nomenclature. La proposition de nomenclature comprend un nombre important d’actes, 16 en tout, pour améliorer la prise en charge et le suivi de la maladie diabétique chez l’adulte et le mineur incluant également des actes d’éducation thérapeutique, dont 2 nouveaux actes sont prévus.

4. Madame la Ministre, existe-t-il des délais d’attente pour pouvoir entamer un traitement chez un diététicien? Dans l’affirmative, quelle est la durée de cette attente?

Le délai d’attente chez les diététiciens libéraux n’est pas connu du ministère de la Santé et peut varier d’un professionnel à un autre. Suite aux examens de dépistage en médecine scolaire et lors d’un constat d’existence d’un problème de glycosurie ou même de surcharge pondérale, un avis est envoyé aux parents d’élèves afin de consulter leur médecin traitant.

En parallèle, une consultation gratuite est proposée aux élèves dans les services diététiques offerts par la ligue médico-sociale. Le délai de consultation est de plus ou moins un mois selon le retour des avis.


[1] Source : bases de données de la sécurité sociale, calcul IGSS. a. Données établies selon la date de la prestation, b. selon l’âge au premier janvier de l’année considérée.

[2] Uniquement les prestations contenues dans la nomenclature des actes et services des diététiciens, entrée en vigueur le 1er janvier 2019, sont considérées.

[3] Source : bases de données de la sécurité sociale, calcul IGSS. a. Données établies selon la date de la prestation, b selon l’âge au premier janvier de l’année considérée.

Möchten Sie eine Übersetzung dieser parlamentarischen Anfrage auf Deutsch ?

Teilen:

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Weitere parlamentarische Fragen

Trinkwasser aus der Mosel?

Derzeit werden Untersuchungen durchgeführt, um das Wasser der Mosel in Zukunft möglicherweise zu Trinkwasser aufzubereiten. Die DP-Abgeordneten André Bauler und Gusty Graas haben nachgefragt, wann diese Studien abgeschlossen sein werden und wie es um die Wasserqualität der Mosel steht.

weiterlesen...

Erweiterung der Todesstrafe in Belarus

Am 18. März dieses Jahres hat Belarus per Dekret die Möglichkeit mit der Todesstrafe bestraft zu werden erweitert, sodass nun nicht nur die Täter einer terroristischen Handlung, sondern auch diejenigen, die eine solche Tat versucht haben sollen, mit der Todesstrafe bestraft werden können. Die Opposition sieht in dieser Entscheidung einen Versuch, die freie Meinungsäußerung und die Regierungsgegner zu unterdrücken. Wie ist diese Situation einzuschätzen? Unser Abgeordneter Gusty Graas hat sich beim Außenministerium erkundigt.

weiterlesen...

Handyradare auch in Luxemburg?

In Trier und Mainz hat die Polizei ein Pilotprojekt eines mobilen Handyradars gestartet. Die DP-Abgeordneten Gusty Graas und Max Hahn haben nachgefragt, ob dieses Radar nicht auch in Luxemburg eingesetzt werden könnte.

weiterlesen...