Carole Hartmann

Notre environnement a un impact direct sur notre santé à bien des égards. La pandémie l’a clairement montré. C’est pourquoi le DP souhaite renforcer le rôle de la médecine environnementale et de la politique de santé.

À l’avenir, nous ne devrions pas nous concentrer uniquement sur les zoonoses, c’est-à-dire les maladies infectieuses transmises entre l’homme et l’animal. D’autres facteurs jouent également un rôle important dans notre santé, plus encore que nous n’en sommes conscients. La mauvaise qualité de l’air, de l’eau ou du sol, l’excès de lumière ou de bruit, les pesticides et les allergies peuvent nuire à notre santé et à notre bien-être. Cependant, ils ne sont souvent pas reconnus comme la cause première de nos problèmes de santé.

C’est là que la médecine environnementale entre en jeu. Il s’agit d’un type de médecine causale, qui vise à étudier les causes profondes des problèmes de santé plutôt que de traiter uniquement les symptômes. En tant que telle, elle prend également en compte la génétique et notre environnement naturel dans le diagnostic. Pour que les patients puissent bénéficier de la médecine environnementale, il est impératif que la nomenclature soit adaptée afin que les analyses et les traitements – par exemple les désintoxications – puissent être remboursés par la caisse nationale d’assurance maladie. Il faut cesser de penser que le traitement des symptômes par des médicaments est suffisant. Il faut apprendre à mieux comprendre les liens, à s’attaquer directement aux causes des symptômes et à approfondir le travail de prévention en le rendant plus étendu.

La sensibilisation joue également un rôle important dans ce contexte, car beaucoup de gens ne connaissent pas vraiment la médecine environnementale. Cela vaut autant pour la population en général que pour les professionnels de la santé. Les médecins, les infirmières et les sages-femmes doivent être sensibilisés et formés. Ce n’est qu’une fois cet objectif réalisé que nous pourrons bénéficier du grand potentiel de la médecine environnementale.

Carole Hartmann, Deputée

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus d'actualités