Sanctions également contre les journalistes des médias d’État russes – que dit le ministère ?

Dans une interview, Dr. Florian Töpfl a souligné que les journalistes et les modérateurs des médias d'État russes ont une énorme influence sur l'attitude du peuple envers la guerre russe en Ukraine. Comme les oligarques et les grandes entreprises, eux aussi devraient être sanctionnés. Quelle est la position du ministère des Affaires étrangères à cet égard ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné.

« Dans une interview parue récemment dans le Luxemburger Wort, l’expert en communication Dr. Florian Töpfl a souligné le rôle clé que jouent les médias étatiques russes dans le cadre de la guerre contre l’Ukraine.

Les médias publics commandés par le Kremlin exerceraient notamment un contrôle quasi-total sur le discours politique et la perception de la population civile, de manière à exacerber la crise actuelle.

Ainsi le Dr. Töpfl supporte la demande d’imposer également des sanctions à des journalistes et présentateurs de télévision influents des médias étatiques russes, à l’instar des sanctions aux acteurs clés du régime de Poutine, tels que les oligarques proches du pouvoir.

Dans ce contexte, j’aimerais poser la question suivante à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  • Quelle est la position de Monsieur le Ministre quant à la l’imposition de sanctions aux journalistes et présentateurs des médias étatiques russes ?

Selon Monsieur le Ministre, quels autres acteurs du régime de Poutine devraient être soumis à des sanctions économiques afin de maximiser la pression sur la Russie pour mettre fin à cette guerre au plus vite ? »

Réponse

Quelle est la position de Monsieur le Ministre quant à la l’imposition de sanctions aux journalistes et présentateurs des médias étatiques russes ?

La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine est aussi une guerre d’information. Les journalistes et présentateurs des médias étatiques russes ont contribué, de longue date, à propager les mensonges du Kremlin et à préparer ainsi l’opinion russe à ce qui est présenté comme la nécessité d’une intervention en Ukraine. Les événements dans le Donbass ont été présentés afin de consolider la version officielle des autorités russes selon laquelle le gouvernement de Kiev, régulièrement qualifié de nazi, était en train de perpétrer un génocide contre les habitants russophones des régions séparatistes. Ce faisant, ils se sont rendus complices de la propagande du Kremlin dont l’objectif final a été de justifier une guerre illégale contre l’Ukraine. Ces médias font partie intégrante de la machine de guerre russe et ont été, à ce titre, sanctionnés par l’Union européenne.

Selon Monsieur le Ministre, quels autres acteurs du régime de Poutine devraient être soumis à des sanctions économiques afin de maximiser la pression sur la Russie pour mettre fin à cette guerre au plus vite ?

Toute nouvelle sanction contre les acteurs politiques et économiques russes fait l’objet de discussions entre partenaires européens, avec l’objectif de soutenir l’Ukraine et d’amener la Russie à mettre un terme à la guerre, immédiatement et sans condition.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

De l’eau potable de la Moselle?

Des études sont actuellement menées pour éventuellement traiter l’eau de la Moselle à des fins de consommation humaine à l’avenir. Les députés du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé quand ces études seront terminées et quelle est la qualité de l’eau de la Moselle.

lire plus...

Extension de la peine de mort au Bélarus

Le 18 mars de cette année, le Bélarus a étendu par décret la possibilité d’être condamné à la peine de mort, de sorte que désormais non seulement les auteurs d’un acte terroriste mais aussi ceux qui auraient tenté un tel acte peuvent être punis de la peine de mort. L’opposition voit dans cette décision une tentative de réprimer la libre expression d’opinion et les opposants au gouvernement. Comment évaluer cette situation ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné auprès du Ministère des Affaires étrangères.

lire plus...