Une fausse couche est un moment horrible pour tout parent. La fin d'une nouvelle vie, avant même qu'elle ne commence. En Nouvelle-Zélande, une loi a été adoptée pour permettre aux parents de prendre un congé supplémentaire dans ce cas. Dans cette situation, ils doivent avoir le temps pour le deuil. Les députés Carole Hartmann et Max Hahn ont demandé si des congés semblables seront instaurés aux Luxembourg.

« Lorsqu’une femme tombe enceinte, l’annonce du nouveau membre de famille est pour le couple très souvent source de joie, et les parents futurs commencent à tout préparer pour l’arrivée du nouveau-né. Or, malheureusement toutes les grossesses ne sont pas sans complications.

Au Luxembourg, un enfant né vivant est inscrit sur les registres de l’état civil endéans les 5 jours qui suivent l’accouchement. Si l’enfant meurt après son inscription, l’enfant est considéré être doté de tous les droits d’une personne juridique. Suivant l’article 79-1 du Code civil, si l’enfant est mort-né, « l’officier de l’état civil établit un acte d’enfant sans vie. Cet acte est inscrit à sa date sur les registres de décès », énonçant entre autres des détails tels le jour, l’heure, le lieu de l’accouchement, ainsi que le sexe ou les noms de l’enfant. L’inscription de ces détails peut aider les parents à assimiler la mort du nouveau-né, qu’ils n’ont pas eu l’opportunité de connaître, et dont ils pleurent le départ prématuré.

En mars 2021, la Nouvelle-Zélande a approuvé une nouvelle législation donnant droit aux femmes faisant une fausse-couche ou donnant naissance à un enfant mort-né, et à leur conjoint, à un congé spécial payé de trois jours, ceci dans le but de permettre aux couples de se remettre de la perte de leur enfant futur. Un congé maternité similaire existe au Québec à cette même fin, donnant droit à un congé maternité de 18 semaines si l’arrêt de la grossesse est survenu à compter de la 20ème semaine.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire, à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration et à Madame la Ministre de la Santé :

  • Combien de cas de fausses couches et d’enfants mort-nés y a-t-il au Luxembourg par année ?
  • Est-ce que les parents de nouveau-nés décédés avant leur inscription sur les registres de l’état civil ont également droit à des jours de congés extraordinaires ?
  • Dans la négative, y a-t-il des réflexions, à l’instar de l’exemple de la Nouvelle-Zélande, d’accorder aux femmes ayant souffert une fausse couche ou l’accouchement d’un enfant mort-né, ainsi qu’à leur conjoint des congés exceptionnels ? »

Réponse

La plupart des fausses couches ont lieu avant la 22° semaine d’aménorrhée. Le Registre de surveillance de la santé périnatale au Luxembourg n’est pas un outil permettant de reporter de manière exhaustive et représentative l’ensemble des fausses couches, et ses données sont à considérer avec réserve. Actuellement, un congé extraordinaire, qui s’appliquerait au cas de figure n’existe pas dans le Code du travail et l’introduction d’un tel congé n’est pas prévue dans l’accord de coalition 2018-2023. Cependant, le gouvernement se montre ouvert d’en discuter avec les partenaires sociaux.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Covid Test

Utilisation des tests sérologiques au Luxembourg

Des tests sérologiques permettent de déterminer si une personne a été infectée par le virus Sars-CoV-2 dans le passé et si elle a formé des anticorps contre cette infection. Cependant, un test sérologique négatif, quelques mois après un test PCR positif, soulève la question si le test PCR était faussement positif. Sur cette question, le député du DP Gusty Graas a voulu savoir de la part de la ministre de la Santé, entre autres, combien de tests sérologiques ont déjà été effectués et s’il existe des informations sur les tests PCR faussement positifs.

lire plus...

Captage et stockage d’émissions CO2 dans l’industrie?

Un nouveau règlement de l’UE permet aux États membres d’autoriser les technologies de capture, d’utilisation et de stockage du carbone pour atteindre leurs objectifs climatiques, en particulier dans les processus industriels où les émissions sont difficiles à éviter. Concrètement, cela signifie que les entreprises peuvent capter leurs émissions et, par ex. les stocker géologiquement. Les députés du DP Gusty Graas et Max Hahn ont voulu savoir quelle était la position du Luxembourg, quels États membres envisagent d’appliquer cette disposition et ce que cela pourrait signifier pour les entreprises luxembourgeoises.

lire plus...