Will Putin use the referendums to resort to stronger weapons?

In his televised speech, the Russian President named Russia's territorial integrity as the top priority. What if the referendums in the Donestk region are in favor of the Russian Federation? Will Putin see this as an impetus to use sharper weapons? Our MP Gusty Graas raised the question with the Ministry of Foreign Affairs.

« Le territoire séparatiste pro-russe du Donbass, va organiser des référendums les 23 et 27 septembre prochains pour intégrer la Russie. Ces scrutins auront lieu dans les régions de Donetsk et de Lougansk, régions déjà reconnues comme indépendantes par le président russe. Or, à l’occasion de son discours télévisé ce mercredi 21 septembre, le Président de la fédération de Russie a brandi la menace nucléaire et la mobilisation de 300,000 réservistes. En effet, il a annoncé que si l’intégrité ‘territoriale’ de son État était menacée, tous les moyens à disposition seraient utilisés pour défendre la Russie et son peuple. Par ce constat, il déclare l’utilisation d’armes nucléaires comme justifiée pour pratiquement toute violation des frontières.

Simultanément, plus de 1000 arrestations ont été faites lors de manifestations anti-mobilisation partielle, et les vols pour quitter la Russie vers les pays les plus proches ont été pris d’assaut.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes :

  • Monsieur le Ministre, à votre avis, quel est le risque que le président russe exploitera un résultat positif des scrutins pour justifier l’intervention et l’usage d’autres armes et moyens militaires à sa disposition ?
  • Est-ce que Monsieur le Ministre estime que la fuite des citoyens russes vers d’autres pays puisse avoir un impact sur le consentement de sa propre population pour la guerre en Ukraine ?
  • Est-ce qu’il y a des réflexions au niveau de l’Union européenne concernant des réfugiés russes, actuellement impactés par les restrictions dans l’octroi de visas ? »

Answer

  1. Monsieur le Ministre, à votre avis, quel est le risque que le président russe exploitera un résultat positif des scrutins pour justifier l’intervention et l’usage d’autres armes et moyens militaires à sa disposition ?

Il est très difficile de prédire les intentions du Président russe. Dans la mesure où les quatre territoires annexés seraient considérés comme faisant partie de la Fédération de Russie, ils pourraient servir de prétexte pour légitimer l’usage d’autres armes et moyens militaires. Mais ni l’Union européenne, ni le reste de la communauté internationale n’ont reconnu le résultat des référendums. Ceci étant dit, les menaces du Président Poutine d’utiliser « d’autres armes » sont prises au sérieux, sachant que les armes en question peuvent aussi être de nature conventionnelle.

  • Est-ce que Monsieur le Ministre estime que la fuite des citoyens russes vers d’autres pays puisse avoir un impact sur le consentement de sa propre population pour la guerre en Ukraine ?

Il n’est pas aisé de juger de l’ampleur de la gronde au sein de la population russe. Celle-ci semble d’ailleurs être plus forte dans certaines régions, comme le Dagestan, que dans d’autres. Quant à la fuite des citoyens russes, due en grande partie à l’annonce d’une mobilisation partielle, elle peut indiquer une érosion du soutien à la guerre au sein de la population russe. Il semble toutefois improbable qu’à court terme l’attitude de la majorité de la population ne soit impactée par la nouvelle situation. 

  • Est-ce qu’il y a des réflexions au niveau de l’Union européenne concernant des réfugiés russes, actuellement impactés par les restrictions dans l’octroi de visas ?

Oui, cette question sera dans les semaines à venir l’un des principaux points de discussion au sein de l’Union européenne.

Would you like this parliamentary question to be translated into English?

Share:

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

More parliamentary questions

How has the situation of “Dubliners” in Luxembourg developed over the past few years?

Since the end of October, male “Dubliners” who are traveling as individuals can no longer be accepted in the refugee accommodation. This is because the options are scarce and the existing places are overcrowded. Priority should be given to children, women and vulnerable people. But how have the numbers developed over the past few years and how did we get into this situation? Our MPs Corinne Cahen and Gusty Graas inquired with the relevant ministry.

read more...

Do rapid diagnostic tests help against antibiotic shortages?

France is considering only allowing antibiotics to be prescribed if a rapid diagnostic test is carried out beforehand. This would make it possible to determine with certainty whether the infection is bacterial or viral.
This could on the one hand counteract the lack of antibiotics and on the other hand reduce antibiotic resistance.
DP MPs Gilles Baum and Gusty Graas asked the Minister of Health how many antibiotics have been prescribed in Luxembourg in the last five years and whether doctors should be made more aware of prescribing diagnostic tests.

read more...