Combien d’hommes souffrent d’un cancer du sein au Luxembourg ?

Les hommes aussi peuvent être atteints d'un cancer du sein. Les députés du DP Gilles Baum, Carole Hartmann et Gusty Graas ont demandé à la ministre de la Santé combien d'hommes sont concernés au Luxembourg et si des mammographies sont effectuées chez les hommes.

Question

« En Allemagne, environ 700 hommes développent un cancer du sein chaque année. Dans la plupart des cas, le cancer du sein dépend de l’hormone sexuelle, l’œstrogène. Un taux élevé d’œstrogènes constitue donc un risque pour les hommes. Cela peut notamment être dû à un surpoids important, à des maladies du foie ou à la prise d’hormones, par exemple lors d’un changement de sexe.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé :

– Madame la Ministre, dispose-t-elle de chiffres concernant les hommes atteints d’un cancer du sein au Luxembourg ?

– Des mammographies sont-elles également effectuées chez les hommes au Luxembourg ? Dans l’affirmative, combien ?

– Madame la Ministre, juge-t-elle utile d’inclure les hommes présentant des facteurs de risque dans le programme national de dépistage du cancer du sein, qui s’adresse actuellement aux femmes âgées de 50 à 70 ans ? Dans la négative, pour quelles raisons ? »

Réponse

« Madame la Ministre, dispose-t-elle de chiffres concernant les hommes atteints d’un cancer du sein au Luxembourg ? »

Dans le Rapport National du Cancer 2020[1] publié par l’Institut National du Cancer (INC), le nombre exact de cas incidents de cancers du sein pour l’année 2013[2] chez l’homme au Luxembourg n’est pas précisé car il est inférieur à 5. Le cancer du sein chez l’homme est rare et représente moins de 1% de tous les cancers du sein.

« Des mammographies sont-elles également effectuées chez les hommes au Luxembourg ? Dans l’affirmative, combien ? »

Entre 2017 et 2021, 80 à 100 mammographies par an ont été réalisées chez des personnes de sexe masculin.

Suite à une demande auprès de la Caisse Nationale de Santé (CNS), les différents actes remboursés par la CNS entre 2017 et 2021 par patient assuré de genre masculin se présentent comme suit :

AnnéeCode CNS[3]Nombre d’actes par patientNombre de patients[4]
20178V51195
8V5222
20188V511101
8V5221
20198V51195
8V5223
20208V51186
8V5221
20218V51178
8V5222

Tableau 1: Nombre d’actes 8V51 / 8V52 remboursés par patient assuré de genre masculin par année.[5]

Nombre d’actes (8V51/8V52) par patient 2017-2021Nombre de patients
1421
216
35
51

Tableau 2: Nombre d’actes 8V51 / 8V52 remboursés par patient assuré de genre masculin sur la période 2017 à 2021

« Madame la Ministre, juge-t-elle utile d’inclure les hommes présentant des facteurs de risque dans le programme national de dépistage du cancer du sein, qui s’adresse actuellement aux femmes âgées de 50 à 70 ans ? Dans la négative, pour quelles raisons ? »

Un dépistage systématique, par exemple par mammographie, n’est pas justifié pour tous les hommes en raison de la rareté de la maladie. En effet un dépistage du cancer du sein adressé à tous les hommes n’aurait aucun effet sur la mortalité par cancer du sein, d’une part, et engendrerait d’autre part un nombre très élevé d’examens inutiles.[6]/[7]

Les hommes les plus à risque doivent être invités à être attentifs aux symptômes suspects qui pourraient survenir. En raison du petit volume des seins masculins, la palpation d’un nodule (souvent dur et adhérent à la peau ou au pectoral) est assez facile ; il peut également y avoir un écoulement, un eczéma chronique ou une rétraction du mamelon. Dans ce cas un avis médical doit être demandé. La mammographie et l’échographie doivent être réalisées par le radiologue sénologue en cas de clinique suspecte, avec une biopsie pour confirmation du diagnostic. En effet, des lésions bénignes sont également possibles (kyste, lipome, abcès…).

Le pronostic et les traitements sont comparables à ceux du cancer féminin et dépendent également du stade au moment du diagnostic.


[1] https://sante.public.lu/fr/publications/r/rapport-national-cancer-2020.html

[2] https://www.rnc.lu/Publications/Factsheets-épidémiologiques

[3] 8V51 – Mammographie unilatérale, toutes incidences | 8V52 – Mammographie bilatérale

[4] Les données sont issues des données de remboursement.

[5] Source: Caisse Nationale de Santé

[6] A short guide to cancer screening: increase effectiveness, maximize benefits and minimize harm (WHO int.)

[7] Screening: when is it appropriate and how can we get it right. (WHO int.)

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Comment le contact avec la famille en dehors de la prison est-il maintenu ?

Les visites familiales et le temps pour le partenaire ne sont possibles en prison que dans une mesure limitée. Ceci, alors que ces relations sont un soutien important pour le détenu et contribuent à sa stabilité. Quelle est la situation au Luxembourg en ce moment ? Est-ce que la nouvelle prison a été utilisée pour créer plus d’opportunités ? Notre député Pim Knaff a demandé les détails au Ministère de la Justice.

lire plus...

Pourquoi le rappel d’appareils respiratoires a-t-il été annoncé si tard ?

En juillet 2021, une entreprise a rappelé ses appareils respiratoires médicaux dans le monde entier. Ce rappel n’a toutefois été annoncé que fin octobre au Luxembourg. Le député du DP Gusty Graas a demandé à la ministre de la Santé qui est responsable de la communication avec les personnes concernées dans une telle situation, pourquoi l’information n’a pas été communiquée à temps et si les procédures devraient éventuellement être adaptées.

lire plus...

Des mesures supplémentaires sont-elles prises pour faire face aux nombreux cas de bronchiolite ?

Le nombre élevé de bronchiolites entraîne une surcharge des services de pédiatrie. En France, le “plan blanc” a été annoncé au niveau national, un plan sanitaire d’urgence et de crise visant à améliorer le fonctionnement des hôpitaux en cas d’épidémie.
Les députés du DP Carole Hartmann et Gilles Baum ont voulu savoir de la Ministre de la Santé si des mesures supplémentaires seront prises dans notre pays pour continuer à garantir les soins de santé à nos enfants et comment éviter à l’avenir une surcharge des services pédiatriques.

lire plus...

AMMD démissionne du Conseil de gérance de l’Agence eSanté

Les membres de l’AMMD ont démissionné du Conseil de gérance de l’Agence eSanté. Les députés du DP Carole Hartmann et Gusty Graas ont voulu savoir de la part des ministres responsables comment ils réagiraient à cette démission, quels effets cela aurait sur le fonctionnement du Conseil de gérance et si un dialogue avec l’AMMD sera recherché.

lire plus...