Combien y a-t-il de vandalisme au Luxembourg, et quel en est le coût ?

Les dommages intentionnels entraînent souvent des coûts inutiles et il faut utiliser de l'argent qui aurait également pu être utilisé à des fins positives. Au Luxembourg aussi, nous ne sommes pas à l'abri du vandalisme - mais où se produit-il le plus et quels coûts entraîne-t-il ? Nos députés Max Hahn et Claude Lamberty se sont renseignés auprès du Ministère responsable.

D’Bereetschaft vun eenzele Persoune Gebaier oder aner Saache muttwëlles ze beschiedegen gëtt och hei zu Lëtzebuerg ëmmer méi offensichtlech. An och wann Vandalismus iwwer den Artikel 526 vum Strofgesetz verbueden an och strofbar ass, ginn ëmmer mol erëm och ëffentlech Bauten, Plazen oder Monumenter beschmiert, futti gemaach oder komplett zerstéiert. Dëst bréngt dann och grouss Käschte mat sech, déi op anerer Plaz méi sënnvoll kéinte genotzt ginn.

An deem Kader wollte mir dem Här Minister fir Mobilitéit an ëffentlech Aarbechten folgend Froe stellen:

  • Wéi oft ass et iwwer déi lescht 5 Joer pro Joer zu Lëtzebuerg zu Fäll vu Vandalismus un ëffentleche Gebaier an Installatioune komm?
  • Wat huet d’Reparatioun vun duerch Vandalismus zerstéiert Installatioun de Staat iwwer déi lescht 5 Joer pro Joer kascht?
  • Wéi vill Leit sinn iwwer déi lescht 5 Joer wéinst Vandalismus zu Lëtzebuerg verbaliséiert ginn?
  • Gëtt et Pläng vum Ministère dëser Evolutioun entgéint ze wierken? Wa jo, kann den Här Minister Detailer dozou ginn?

Wat fir Plazen am Land si besonnesch concernéiert?“

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

De l’eau potable de la Moselle?

Des études sont actuellement menées pour éventuellement traiter l’eau de la Moselle à des fins de consommation humaine à l’avenir. Les députés du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé quand ces études seront terminées et quelle est la qualité de l’eau de la Moselle.

lire plus...

Extension de la peine de mort au Bélarus

Le 18 mars de cette année, le Bélarus a étendu par décret la possibilité d’être condamné à la peine de mort, de sorte que désormais non seulement les auteurs d’un acte terroriste mais aussi ceux qui auraient tenté un tel acte peuvent être punis de la peine de mort. L’opposition voit dans cette décision une tentative de réprimer la libre expression d’opinion et les opposants au gouvernement. Comment évaluer cette situation ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné auprès du Ministère des Affaires étrangères.

lire plus...