Que se passe-t-il si les termes du droit de garde ne sont pas respectés ou si l’enfant est enlevé par un(e) partenaire ?

En cas de divorce, un droit de garde partagée est souvent un compromis visant à déterminer qui aura la garde des enfants à quel moment et pour combien de temps. Cependant, ce qui est convenu n'est pas toujours respecté. De plus en plus souvent, il y a des cas où un parent garde les enfants avec soi plus longtemps ou ne leur permet pas de retourner chez l’ex-partenaire. Parfois, les enfants sont même emmenés à l'étranger, donc complètement enlevés par un partenaire. Souvent dans ces cas, la police est dans l’incapacité d’agir. Les députés Carole Hartmann et Pim Knaff ont demandé au Ministère responsable combien de ces cas il existent au Luxembourg et comment ils sont traités.

« En juin 2018, la loi instituant le juge aux affaires familiales et portant réforme du divorce et de l’autorité parentale a institué le principe de l’autorité parentale conjointe. Dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel, les parents d’un ou de plusieurs enfants règlent par convention (homologuée par le juge aux affaires familiales) e.a. les modalités de l’exercice de l’autorité parentale.

Dans un article de presse au sujet du divorce au Luxembourg, une avocate ainsi que l’ancien Ombudsman fir Kanner a Jugendlecher ont cependant affirmé qu’il existe souvent des cas au Luxembourg où un ou les deux partenaires n’observent pas les conventions susvisées.

Certaines personnes choisiraient (littéralement) de détenir leur(s) enfant(s) et la police se trouverait, dans ces situations, dans l’impossibilité d’intervenir. D’autres personnes choisiraient même d’enlever leur(s) enfant(s).

La ‘Convention sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants’ de la Conférence de la Haye prévoit que le lieu de résidence d’un enfant ne peut être changé sans l’accord des deux parents. Il arriverait néanmoins souvent que l’un ou l’autre des parents décide d’emmener l’enfant à l’étranger. Même si les autorités judiciaires pourraient ordonner le retour de l’enfant, peu de pays suivraient la convention internationale.

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Justice et à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure :

  • Au cours des cinq dernières années, combien de cas d’enlèvement d’enfant par un parent ont pu être recensés?
  • Dans ce contexte, combien de fois les autorités judiciaires ont-elles du invoquer la Convention sur les aspects civils de l’enlèvement international d’enfants susmentionnée ?
  • Comment les autorités judiciaires et de police procèdent-elles si les autorités du pays vers lequel un enfant a été enlevé ne réagissent pas aux ordonnances judiciaires ?
  • Lors de la présentation du projet de loi menant à la loi du 27 juin 2018, Monsieur le Ministre de la Justice avait mentionné que dans certains cas, une inscription peut être faite sur le passeport d’un enfant, notant que l’enfant ne peut sortir du pays qu’avec l’accord des deux parents. Dans les cinq dernières années, combien de telles inscriptions ont été faites sur les passeports des enfants ? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Combien de personnes ont changé de nom jusqu’à présent?

En décembre, une nouvelle loi a été adoptée qui a simplifié le processus de changement de nom ou de prénom. Combien de personnes ont utilisé cette opportunité jusqu’à présent, combien de temps le processus prend-il et toutes les candidatures ont-elles également eu une suite favorable ? Notre député Carole Hartmann a demandé au ministère de la Justice.

lire plus...

Introduction d’un troisième genre

Des discussions récentes ont ravivé la question du genre et de son importance dans une société. Les textes législatifs devraient également être plus inclusifs à l’avenir et s’adapter à une société en mutation. L’accord de coalition 2018-2023 prévoit un troisième sexe, c’est-à-dire une troisième option dans l’état civil. Où en est le travail sur ce projet et qu’est-ce qui est exactement prévu ici. ? Notre députée Carole Hartmann s’est renseignée auprès du ministère responsable.

lire plus...

Certificats d’incapacité de travail pendant la pandémie de Covid

La CNS a saisi plus de 1,1 million de certificats d’incapacité de travail en 2020, soit une augmentation significative par rapport à 2019. La députée du DP Carole Hartmann a voulu savoir de la part du Ministre de la Sécurité sociale, entre autres, quels étaient les secteurs les plus touchés, combien de temps duraient en moyenne les certificats d’incapacité de travail et combien de fois ils étaient prolongés.

lire plus...