Formation et apprentissage tout au long de la vie

Quel bilan le ministre du travail dresse-t-il des formations offertes dans le cadre du chômage partiel?

Afin d'éviter les licenciements pendant le ralentissement économique causé par la pandémie de Covid-19, le gouvernement luxembourgeois a introduit un régime de chômage partiel. En outre, le ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Economie sociale et solidaire a proposé des bons de formation. Les députés André Bauler et Carole Hartmann souhaitent connaître l'appréciation du ministre du Travail sur ce dispositif de formation.

« Durant la phase aiguë de la crise pandémique, Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire avait décidé de soutenir les personnes se trouvant au chômage partiel en leur offrant des formations continues dans les domaines les plus divers.

Voilà pourquoi nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire:

  • Monsieur le Ministre peut-il fournir des statistiques en la matière, données qui distinguent selon l’âge, le sexe, la provenance professionnelle, le niveau d’éducation des gens ou encore le lieu de résidence – si faire se peut ?
  • Quel a été le taux de participation parmi toutes les personnes éligibles ?
  • Combien de personnes ont participé à des formations mettant l’accent principal sur l’apprentissage de techniques digitales ?
  • Dans quelle mesure les participants ont-ils changé d’emploi en se dirigeant vers d’autres horizons professionnels »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Comment a évolué la situation des Dubliners au Luxembourg ces dernières années ?

Depuis fin octobre, les hommes « Dubliners » qui voyagent seul ne peuvent plus être acceptés dans les structures d’accueil. En effet, les bâtiments sont rares et les structures sont surpeuplées. La priorité doit être donnée aux enfants, aux femmes et aux personnes vulnérables. Mais comment les chiffres ont-ils évolué ces dernières années et comment cette situation est-elle parvenue ? Nos députés Corinne Cahen et Gusty Graas se sont renseignés auprès du ministère compétent.

lire plus...

Les tests rapides d’orientation diagnostique permettent-ils de lutter contre la pénurie d’antibiotiques ?

La France envisage de n’autoriser la prescription d’antibiotiques que si un test rapide d’orientation diagnostique est effectué au préalable. Celui-ci permet de déterminer avec certitude s’il s’agit d’une infection bactérienne ou virale.
Cela permettrait d’une part de lutter contre la pénurie d’antibiotiques et d’autre part de réduire la résistance aux antibiotiques.
Les députés du DP Gilles Baum et Gusty Graas ont demandé à la Ministre de la Santé combien d’antibiotiques ont été prescrits au Luxembourg au cours des cinq dernières années et si les médecins devraient être davantage sensibilisés à la prescription de tests d’orientation diagnostique.

lire plus...