Qu’est-ce qui est fait pour réduire les pollutions sonores causées par l’aéroport?

Depuis que la procédure de départ des avions volant vers le sud a été modifiée pendant la pandémie, les communes à l'est du Findel sont exposées à des nuisances sonores plus fortes. Les députés du DP Claude Lamberty et Max Hahn ont demandé ce qui était fait pour remédier à ces nuisances.

« Il nous revient que sur la piste d’atterrissage 06 de l’aéroport de Luxembourg, les procédures d’envol des avions en direction du Sud ont été modifiées. La mesure aurait été décidée par Belgocontrol – l’autorité de contrôle de l’espace aérien – dans le contexte d’ajustements liés à la crise sanitaire.

Depuis le changement des procédures, les avions bifurquent vers le Sud à une moindre distance du seuil Est de la piste d’atterrissage et également à une moindre hauteur que dans le passé. Ils survolent ainsi à basse altitude des agglomérations situées à l’Est et adjacentes à l’aéroport.

Il en résulte un fort accroissement des nuisances sonores sur le territoire des agglomérations concernées. De nombreux riverains, des associations de riverains ainsi que des autorités locales ont à maintes reprises formulé des réclamations à ce sujet.

Voilà pourquoi nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Mobilité et des Travaux publics :

  • Monsieur le Ministre peut-il confirmer le changement des procédures d’envol tel que décrit ci-devant ?
  • Quelles sont les raisons de ce changement des procédures d’envol ?
  • Au vu de l’accroissement des nuisances sonores auxquelles sont exposées les riverains, est-il prévu d’adapter les procédures d’envol ? Dans la négative, quelles en seraient les raisons ? »

Réponse du Ministre de la Mobilité et des Travaux publics à la question parlementaire n° 7401 du 21 décembre 2022 de Monsieur le Député Claude Lamberty et de Monsieur le Député Max Hahn.

La procédure normalisée de départ aux instruments « GTQ2T » a été mise à jour avant la crise sanitaire. Le changement de cette route de départ GTQ a été imposé pour des raisons de sécurité aérienne, notamment à cause de la proximité d’une zone militaire sous responsabilité allemande située à l’est du pays. Cette zone militaire dénommée « TRA Lauter » est un espace aérien fermé au trafic aérien civil.

Cette modification n’a pas été décidée de manière unilatérale par « Skeyes » (le nom de « Belgocontrol » a été changé depuis plusieurs années), mais par les experts de l’Administration de la Navigation Aérienne (ANA) en coopération avec un expert de Skeyes. La raison unique pour ce changement étant le maintien de la sécurité aérienne en raison de l’agrandissement de la zone militaire TRA Lauter.

L’ANA a essayé de réduire les impacts sonores au-dessus des communes concernées par une augmentation de l’altitude minimale de vol des aéronefs de 1700 pieds à 2200 pieds avant initiation du cap vers le sud et le survol des zones habités. L’altitude de survol est donc plus haute et pas plus basse que dans le passé. Pourtant, cette hausse de l’altitude de survol de 500 pieds (environ 150 mètres) ne semble pas avoir amélioré significativement la perception du bruit par les riverains.

Actuellement, les experts de l’ANA sont en train de vérifier la possibilité d’augmenter davantage l’altitude au-delà de 2200 pieds avant d’initier le cap vers le sud.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

Les tests rapides d’orientation diagnostique permettent-ils de lutter contre la pénurie d’antibiotiques ?

La France envisage de n’autoriser la prescription d’antibiotiques que si un test rapide d’orientation diagnostique est effectué au préalable. Celui-ci permet de déterminer avec certitude s’il s’agit d’une infection bactérienne ou virale.
Cela permettrait d’une part de lutter contre la pénurie d’antibiotiques et d’autre part de réduire la résistance aux antibiotiques.
Les députés du DP Gilles Baum et Gusty Graas ont demandé à la Ministre de la Santé combien d’antibiotiques ont été prescrits au Luxembourg au cours des cinq dernières années et si les médecins devraient être davantage sensibilisés à la prescription de tests d’orientation diagnostique.

lire plus...

Combien de patients n’ont plus obtenu de rendez-vous dans un hôpital de la capitale ?

Récemment, un hôpital de la capitale a envoyé des lettres aux patients les informant que certains services médicaux ne pouvaient plus accepter de nouveaux rendez-vous, sauf en cas d’urgence ou de cas très complexe.
Le député du DP Gusty Graas a demandé à la Ministre de la Santé comment cette incapacité a pu se produire, si d’autres hôpitaux sont également concernés et ce qui est entrepris pour remédier à cette situation.

lire plus...

Assiste-t-on à une commercialisation des logements thérapeutiques ?

Les logements thérapeutiques sont actuellement proposés par la psychiatrie extrahospitalière conventionnée pour les personnes souffrant de problèmes psychiques.
Des rumeurs circulent à présent selon lesquelles le ministère de la Santé envisage de confier à une entreprise commerciale la gestion de logements thérapeutiques.
Les députés du DP Gusty Graas et Gilles Baum ont demandé à la ministre de la Santé si ces rumeurs étaient fondées et, dans l’affirmative, pourquoi on s’engageait dans cette voie plutôt que de soutenir les acteurs existants de la psychiatrie extrahospitalière conventionnée.

lire plus...

Y a-t-il aussi un abus des “inhibiteurs de la pompe à protons” au Luxembourg ?

Selon une étude scientifique récente, la prise à long terme de ce que l’on appelle les “inhibiteurs de la pompe à protons” (IPP), qui sont utilisés contre les troubles gastriques, augmente le risque de démence. Le député du DP Gusty Graas a demandé aux ministres compétents s’ils étaient au courant de cette étude, quelles conclusions ils en tiraient et si des chiffres sur l’utilisation des IPP au Luxembourg étaient connus.

lire plus...