Combien de pédiatres travaillent actuellement au Luxembourg ?

Aujourd'hui déjà, le nombre de pédiatres travaillant dans le pays est insuffisant. Avec la croissance démographique, les délais d'attente vont encore s'allonger. Les députés du DP André Bauler et Gilles Baum ont demandé aux ministres compétents combien de pédiatres travaillent actuellement au Luxembourg, combien de Luxembourgeois étudient la pédiatrie et combien de pédiatres seront nécessaires d'ici 2025.

Question

« Il est un secret de polichinelle que le pays souffre actuellement d’un déficit de pédiatres si bien que, face à une croissance démographique tangible, les délais d’attente des patients concernés vont croissant dans bien des cas. Voilà pourquoi nous aimerions poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Santé et à Monsieur le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche :

  • Combien de médecins pédiatres exercent actuellement au Luxembourg ? Combien d’eux travaillent dans des hôpitaux en y étant affectés de manière stable ?
  • Comment la démographie médicale se présente-t-elle à l’heure qu’il est en précisant tout particulièrement le nombre d’étudiants en pédiatrie inscrits dans des universités à l’étranger ou à l’Université du Luxembourg ?
  • Madame la Ministre peut-elle quantifier les besoins en soins pédiatriques d’ici fin 2025? Combien de médecins spécialisés seront requis pour y répondre dans de bonnes conditions ? »

Réponse

–    Combien de médecins pédiatres exercent actuellement au Luxembourg ? Combien d’eux travaillent dans des hôpitaux en y étant affectés de manière stable?

Selon le registre professionnel du ministère de la Santé, 123 médecins-spécialistes en pédiatrie exercent actuellement au Luxembourg dont 94 travaillent dans des hôpitaux.

–    Comment la démographie médicale se présente-t-elle à l’heure qu’il est en précisant tout particulièrement le nombre d’étudiants en pédiatrie inscrits dans des universités à l’étranger ou à l’Université du Luxembourg ?

Actuellement, l’Université du Luxembourg n’offre pas de formation de spécialisation en médecine dans le domaine de la pédiatrie. En effet, la loi du 31 juillet 2020 portant organisation d’études spécialisées en médecine à l’Université du Luxembourg prévoit dans sa mouture actuelle uniquement des programmes d’études menant au diplôme d’études spécialisées en médecine dans les domaines de la neurologie, de l’oncologie et de la médecine générale.

Concernant la poursuite de telles études à l’étranger, il y a lieu de signaler que la base de données relative aux aides financières pour études supérieures ne distingue pas parmi les bénéficiaires de cette aide entre les différentes spécialités médicales suivies par les étudiants.

Par conséquent, des chiffres tangibles concernant le nombre de médecins en voie de formation résidents poursuivant une spécialisation en pédiatrie ne sauraient être fournis.

–    Madame la Ministre peut-elle quantifier les besoins en soins pédiatriques d’ici fin 2025? Combien de médecins spécialisés seront requis pour y répondre dans de bonnes conditions ? »

L’étude « Etat des lieux des professions médicales et des professions de santé au Luxembourg » réalisée par Marie-Lise Lair prévoit les départs prévisibles avec hypothèse de départ en pension à 65 ans suivants :

  • 2022 : 4
  • 2023 : 2
  • 2024 : 1
  • 2025 : 3

En matière de besoins en soins pédiatriques, les départs ci-dessus devront au moins être remplacés.

Il reste à noter que parallèlement à la prise en charge par les médecins-spécialistes en pédiatrie, le médecin-généraliste joue également un rôle essentiel dans la prise en charge des enfants.

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires

De l’eau potable de la Moselle?

Des études sont actuellement menées pour éventuellement traiter l’eau de la Moselle à des fins de consommation humaine à l’avenir. Les députés du DP André Bauler et Gusty Graas ont demandé quand ces études seront terminées et quelle est la qualité de l’eau de la Moselle.

lire plus...

Extension de la peine de mort au Bélarus

Le 18 mars de cette année, le Bélarus a étendu par décret la possibilité d’être condamné à la peine de mort, de sorte que désormais non seulement les auteurs d’un acte terroriste mais aussi ceux qui auraient tenté un tel acte peuvent être punis de la peine de mort. L’opposition voit dans cette décision une tentative de réprimer la libre expression d’opinion et les opposants au gouvernement. Comment évaluer cette situation ? Notre député Gusty Graas s’est renseigné auprès du Ministère des Affaires étrangères.

lire plus...