Asphaltage à l’aide du gravillon : n’y a-t-il pas d’alternatives ?

Le député du DP André Bauler a appris qu'un grand nombre de véhicules dans les environs de Koetschette auraient été endommagés suite au redressement d'une route. Par conséquent, il a demandé au ministre compétent s'il n'existait pas d'autres solutions que le gravillonnage afin d’éviter des dégâts résultant d’un renouvellement de route par les P&Ch.

« Il me revient que suite aux travaux de route sur le CR308 entre Koetschette et Grevels, qui a été goudronné à l’aide de gravillon (« Rollsplitt »), de nombreux dégâts auraient été constatés par les riverains, tels que des fenêtres de voitures et de tracteurs cassées ainsi que des bosses dans bon nombre de véhicules.

Dans ce cadre j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Mobilité et des Travaux publics :

  • L’Administration des ponts et chaussées a-t-elle reçu des réclamations à cet égard ? Dans l’affirmative, combien de réclamations ont été recensées ?
  • Pour quelles raisons le goudronnage à l’aide de gravillon est-il toujours employé ? N’existe-t-il pas d’alternative à cette technique ?
  • Le gravillon est-il utilisé pour tous les chantiers de ce genre ? Quels sont les paramètres déterminant l’usage de gravillon lors de travaux de route ? »

Souhaitez-vous une traduction en français de cette question parlementaire ?

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp

Plus de questions parlementaires