Carole Hartmann

Carole, nous sommes à mi-chemin de la période législative actuelle. Comment s’est déroulé votre premier mandat de parlementaire jusqu’à présent ?

Au début, tout était nouveau et excitant, bien sûr. J’ai été heureuse de pouvoir compter sur mes collègues du DP. Ils m’ont beaucoup aidée et j’ai rapidement appris à connaître les procédures du « Krautmaart ». Voilà pourquoi j’ai pu me familiariser rapidement avec le travail à la Chambre. Pour moi, c’est un grand honneur de siéger au Parlement. Je veux utiliser ce temps de manière efficace pour défendre les intérêts des citoyens.

Quelles sont tes priorités politiques au Parlement ?

Je m’engage particulièrement pour des modèles de travail plus flexibles, adaptés à notre époque. Les schémas de travail rigides ne reflètent plus la réalité de la vie des gens. Nous avons besoin de solutions qui tiennent compte de leurs besoins réels. La promotion du télétravail, ainsi que des horaires de travail et d’ouverture plus flexibles, et l’introduction du temps de travail annuel, font partie de mes priorités absolues. Ce serait une situation gagnant-gagnant pour les employés et les entreprises. En tant qu’avocat, le système judiciaire me tient également à cœur. Je souhaite que nos procédures soient modernisées et simplifiées pour améliorer l’accès des citoyens à la justice.

Depuis le début de la crise du Covid, tu as défendu les salariés et les entreprises.

Il faut absolument éviter que des personnes perdent leur emploi à cause de la pandémie. Cela vaut aussi bien pour les salariés que pour les indépendants. Avec le chômage partiel, le gouvernement dispose d’un outil puissant pour maintenir des milliers d’emplois. Cependant, les indépendants ne peuvent pas en bénéficier. Nous devons discuter de la création d’une sorte de chômage partiel ou de salaire de substitution pour les indépendants, afin de les aider à rester à flot lors de futures crises.

«Je m’engage pour des modèles de travail plus flexibles et adaptés à notre époque.»

Vous êtes également conseillère communale à Echternach. Quelles sont les plus grandes préoccupations de la ville ?

Echternach est une ville attrayante à de nombreux points de vue différents . Je veux améliorer l’accessibilité et la mobilité de la ville, que ce soit à pied, à vélo, en bus ou en voiture, afin de maintenir sa position de destination commerciale et touristique. Même en tant que membre de l’opposition, plusieurs de mes suggestions sont en train d’être réalisées: p.ex. la remise en état de nos rues et de nos trottoirs – notamment pour les adapter aux besoin des personnes à mobilité réduite -, l’extension des places de stationnement pour voitures et vélos autour de la place du marché, la préservation de places de stationnement pour les bus dans le centre, un parking fermé amovible près de l’ancienne gare et une meilleure communication sur les travaux. Cependant, je dois constater un manque de priorités et de coordination dans la mise en œuvre de ces projets par la majorité actuelle.

Deelen:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Weider Artikelen

Congrès national 2021

L’année dernière, nous avons écrit l’histoire tous ensemble. En tant que premier parti au Luxembourg, le DP a mis en place un congrès numérique démocratique, innovant et interactif.

Marc Hansen

Le nouvel accord salarial

Le nouvel accord salarial avec la CGFP permettra à l’avenir au gouvernement de mettre l’accent sur les conditions de travail des fonctionnaires dans la fonction publique.

DP-Lëntgen

Le DP a désormais une section locale dans la commune de Lintgen

Depuis octobre 2020, la dernière commune de la vallée de l’Alzette dispose également d’une section DP. En 2023, les élections communales à Lintgen se feront pour la première fois au scrutin de liste avec représentation proportionnelle. Pour le Parti démocrate, il est donc important de bien s’organiser dès maintenant.

Patrick Goldschmidt

Ville de Luxembourg : plus d’espace pour les gens

Promouvoir la mobilité douce, donner plus de place aux gens dans les espaces publics, rendre la ville plus attrayante. Déjà avant la pandémie, beaucoup de travail avait été fait au Knuedler, et la crise du Covid a certainement contribué à accélérer le processus.